Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Impuissance et faiblesses sexuelles: La douleur silencieuse ...

    sex 003.jpg Faiblesses sexuelles : parlons-en !

 

De toutes les maladies dites « de la honte», la faiblesse sexuelle est celle qui fait le plus de ravages sur le plan moral, psychique ou psychologique.  Elle cause tellement de dégâts dans la société que si l’on n’a pas des nerfs solides, on perd la raison voire …la vie ! Ceux qui en souffrent supportent leur douleur dans  le silence  et doivent parfois affronter tous les regards et toutes les railleries de la société, au même titre que ceux qui ne parviennent pas ou n’ont pas d’enfants. A leur passage, on dit d’eux qu’« ils n’ont rien entre les jambes » ou que « leur machette  s’est égarée dans la palmeraie ». Par conséquent, ils ne doivent pas parler au milieu des « gens », des « vrais gens. »

         En Afrique, lorsqu’une femme met au monde un garçon, la première chose est de savoir s’il sera viril, s’il aura des « reins solides ». Ceux qui n’ont justement pas ces reins là voient leur supplice augmenter de manière exponentielle quand ils s’imaginent que leur conjointe ou leur épouse est « obligée » de satisfaire ses instinct libidineux avec leur beau-frère ou d’autres hommes, et que les enfants qui naissent dans leur foyer ne sont pas les leurs. D’autres achètent à prix d’or le silence de leur partenaire car si le secret est dehors… la vie devient inutile.

Mbolo Cameroon essaie de venir en aide à tous ceux qui sont dans cette situation en évoquant tout haut ce qu’ils cachent. Un proverbe Beti dit « si on cache, ça pourrit, si on fait étale, ça sèche ». Nous donnons la parole aujourd’hui à un physiothérapeute. Plus tard nous irons vers un tradi-praticien .

 sex 001.jpg

MBOLOCAMEROON : Monsieur NGUIMBOUS NKOUM François, vous êtes responsable  du Gic de santé « santé divine »à rue manguiers, que dites –vous aux camerounais qui se plaignent de la faiblesse sexuelle ?C’est quoi exactement ?

         NGUIMBOUS NKOUM François : La faiblesse sexuelle est la réduction de l’érection ou bien la réduction de la capacité de l’homme ou de la femme à accomplir l’acte sexuel.

 

MBOLOCAMEROON : Comment se manifeste cette maladie ?

 

NGUIMBOUS NKOUM François : Elle se manifeste dans plusieurs domaines. Ca peut être au niveau de l’organe psychique,(quand le message qui doit ouvrir les artères ne se forme pas pour mettre l’organe dans les bonnes conditions). Je tiens à signaler que la faiblesse sexuelle n’est pas l’impuissance sexuelle et vice versa.

 

MBOLOCAMEROON : Juste une parenthèse Dr. Qu’est ce que l’impuissance sexuelle si les deux sont liés. ?

sex 004.jpg

 

NGUIMBOUS NKOUM François : L’impuissance sexuelle est l’impossibilité d’érection de l’organe. Dans le langage familier, on dit que l’organe ne répond pas.

 

MBOLOCAMEROON : Pouvez-vous maintenant nous dire comment se manifeste la faiblesse sexuelle ?

NGUIMBOUS NKOUM François : Il faut d’abord savoir que chaque homme ou chaque femme se sent stimulé lorsqu’il a formulé une volonté dans son corps  pour aller vers son partenaire et c’est la capacité  qui fait problème. Puisque d’autres mettent long avant l’éjaculation et d’autres pas. On va commencer à constater que l’homme qui avait l’habitude d’avoir deux à trois rapports sexuels par jour a  une baisse de régime. Ce dernier va avoir un premier rapport sexuel mais il aura des difficultés à stimuler une seconde fois car cette stimulation ne se formera plus sans une débauche d’efforts. C’est comme ça que commence la faiblesse sexuelle. A un moment donné, le problème passe à l’étape suivante.

Dans cette étape, l’homme ressent au début ou au milieu de l’exécution, de l’acte sexuel, une baisse de régime de son organe, ce qui engendre une éjaculation précoce. Ainsi, l’homme se sentant menacé et de peur d’essuyer une honte de la part de sa partenaire, va stimuler le centre d’éjaculation et va par la même occasion éjaculer avant le terme de l’acte. A partir de ce moment, la stimulation sera de moins en moins présente avant même le début de l’acte et l’on tend ainsi vers l’impuissance sexuelle.

 

sex 005.jpg

MBOLOCAMEROON : Après les manifestations de la faiblesse sexuelle, pouvez-vous nous parler des causes de cette maladie ?

NGUIMBOUS NKOUM François :les causes sont multiples notamment la responsabilité ,les maladies sexuellement transmissibles,le vulgarisme,la malformation génétique,les causes spirituelles et la prostitution au sein des couples.

Je vais illustrer la responsabilité par le cas d’un jeune de 18 ans qui commence l’activité  sexuelle et ne pense qu’à sa petite amie qui se trouve quelque part  dans la ville. Toute la journée, il stimule son corps  comme il veut et l’entend. Maintenant quand ce dernier devient adulte, et avec toutes les responsabilités qui sont les siennes,il peut arriver à un moment donné que la place du cerveau pour accomplir l’acte sexuel ne soit plus spacieux et à ce niveau, l’acte se réduit automatiquement et quand il y a surcharge nerveux, automatiquement la réaction baisse.

Parlant les maladies sexuellement transmissibles, il y a le chlamydia la gonococcie, le diabète et l’hépatite ABC, mais rarement les C.

Le vulgarisme est un problème psychique qui est l’effet lié à la monotonie. On le sait, l’homme et la femme sont deux êtres curieux  qui voudraient découvrir de nouvelles choses au jour le jour. Mais lors que la monotonie s’impose dans un couple,il est fort probable que la motivation de l’acte sexuel  soit réduite et on assiste à un rituel presque forcé entre les partenaires. Le vulgarisme qui est presque étroitement lié  avec la prostitution  au sein de ménages, car l’un ou l’autre n’arrive plus à susciter la curiosité du ou de la partenaire.

La cause spirituelle  n’est pas visible. Elle intervient dans la vie des personnes qui entretiennent des relations sexuelles dans le rêve. Celles-ci ne ressentent pas la faiblesse dans le rêve, mais dans la réalité, elles se rendent compte du contraire.

 

 MBOLOCAMEROON : Quelles en sont les conséquences ?

 

NGUIMBOUS NKOUM François : Les conséquences peuvent être maritales, sociales et médicales. Sur le plan marital, nous constatons avec regret que cette situation, une fois dans le couple, que ce soit la femme frigide, que les deux ne peuvent plus satisfaire sexuellement leur partenaire et vont commencer à douter de leur fidélité et n’entretiendront  plus l’acte sexuel uniquement comme devoir conjugal, ce qui peut causer des problèmes pouvant conduire au divorce, car la complicité maritale est la complicité sexuelle.

Sur le plan social,le problème sexuel qui abouti au divorce affecte les enfants , puis que ça cause un déséquilibre sociale et on constate  que dans la société,,73% d’échecs proviennent des enfants issus des familles monoparentales.

Sur le plan médical, ça peut être un symptôme qui cache une maladie comme le diabète, ça peut être le résultat d’un trouble hormonal, ça peut être le résultat de la destruction d’un nerf génital ou nerf pneumogastrique (mal d’estomac ou colère).

 

MBOLOCAMEROON : Quelles sont les préventions possibles ?

 

NGUIMBOUS NKOUM François : Aujourd’hui, avec le trop de découvertes médicales, l’homme vieillit rapidement alors qu’avant, l’homme était en contact avec le sol. Les reptiles, les poissons, les infirmes qui marchent avec les mains n’ont pas de problèmes nerveux et sont rarement malades. La prévention est d’éviter  le vieillissement des nerfs. C’est à partir de là, qu’on peut prévenir la faiblesse sexuelle. Il faut éviter les maladies ou infections sexuellement transmissibles (MST, Ist) en se faisant soigner. Eviter la sédimentation  qui est l’accumulation de l’énergie sans les évacuer. Eviter les aphrodisiaques qui font doublement travailler les nerfs et pour finir, il ne faut pas mal traiter le paludisme qui est la principale cause des maladies dont nous souffrons, car il attaque les globules rouges.

MBOLOCAMEROON : Pour celui qui fait déjà l’impuissance sexuelle, quel traitement peut-il espérer ?

 sexe 00.jpg

NGUIMBOUS NKOUM François : Il faut au préalable se faire consulter par un médecin. Le traitement par la suite  sera fonction des résultats des examens à l’exemple de la redynamisation des fonctions nerveuses. Si le problème est lié à une pathologie infectieuse causée par virus, il faut traiter la cause. Si ce sont les séquelles de la maladie qui restent, il faut traiter  le patient  par es techniques de stimulations de l’organe notamment la vasoconstriction  qui permet de chasser le sang du cœur vers les organes et la vasodilatation  qui permet de chasser le sang des organes vers le cœur. N’oubliez pas que seul le médecin est habileté à vous prescrire le traitement et le suivi qui convient à votre cas.

 

Entretien : Carole P. TCHIENTCHEU & Didier ONANA

©mbolocameroon 2010 / 22 11 45 87

NB: Ces photos ne sont pas de nous.

Commentaires

  • je ne suis pas si puissant souvent je suis à 100% puissant souvent 15% puissant. Ma femme n'est pas toujours contente de moi que faire ?

Les commentaires sont fermés.