Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

jeudi, 03 février 2011

Inoubliable comice

 Inoubliable comice agro pastoral  Ebolowa 2011 !!!

Après   vingt trois années d’attente et de préparation, le comice agro pastoral d’Ebolowa  a enfin eu lieu. Un évènement sublime et grandiose qui a battu tous les records…

 

Etienne Didier ONANA.

         Comme le dit la publicité d’une marque de bière bien connue au Cameroun, « Il  a fallu du temps ». Il a justement fallu du temps pour que le plus grand rendez-vous  du monde agricole, artisanal, pastoral prévu dans la capitale régionale du Sud- Cameroun se  tienne. Si nous ne reviendrons pas sur les mobiles qui ont empêché sa tenue jusqu’ici, force est de reconnaître que l’attente a été très longue au point où certaines langues ont même pensé qu’il ne se tiendrait plus. Un activiste très connu de la place, originaire de cette région, dans  un ouvrage commis il y a deux ou trois ans avait écrit que les populations du Sud avaient posé un préalable pour que ce comice ait lieu. On peut citer entre autres ; la construction d’un aéroport à Ebolowa et patati et patata. Si un certain nombre de réalisations a été fait, les organisateurs n’ont pas tenu compte de ces prétendues exigences qui, telles que présentées par cet écrivain, ressemblaient à des injonctions, voire à un certain chantage. Aujourd’hui, on peut dire que l’essentiel a été sauf. Mieux vaut tard que jamais, le comice d’ Ebolowa a eu lieu, les populations du Sud Cameroun d’où est originaire le Président de la République ont eu leur comice, leur comice agro pastoral. Il a été un succès, comme l’ont reconnu Paul BIYA et les nombreux participants. On peut même affirmer sans risque de se tromper que ces populations ont oublié cette longue attente.

         Le succès du comice agro pastoral va du temps mis pour sa préparation à la qualité et la quantité des exposants, en passant par le nombre des visiteurs, des moyens mis  et la qualité des produits exposés. Autre aspect à ne pas négliger, la prolongation du séjour  par le président de la république. Initialement prévu pour durer trois jours, c’est finalement quatre jours que Paul BIYA a décidé de consacrer à « ce comice des comices ». L’activité intense du chef de l’Etat au cours de cet évènement a simplement été remarquable et constitue un autre pan de l’énorme succès de ce rendez-vous « des seigneurs de la terre » Deux jours pour visiter les stands qui se chiffraient à plus de mille cinq cents. Environ quinze kilomètres parcourus, près de huit heures à écouter, observer, discuter, donner des conseils, apprécier le fruit du labeur, de la créativité, de l’ingéniosité et de l’imagination de ce monde qui en avait besoin. Nul doute que le fait seulement d’avoir vu de près le président de la république constituera un stimulant et un motif d’encouragement pour la suite de leur carrière ou de leur activité.  Le comice agro pastoral constituant une vitrine pour les acteurs de ce  secteur, il convient que les producteurs puissent produire, transformer  abondamment et qualitativement, qu’ils puissent exploiter à fond toutes les possibilités. Aucune filière ne devrait être en reste.    

         Les producteurs de riz par exemple devraient se battre pour nous produire un riz camerounais afin de nous éviter le dictat du riz importé et pas toujours au niveau de la bourse du camerounais moyen. Ca créerait des emplois, réduirait le chômage  et ça permettrait au Cameroun d’économiser les 500 milliards de francs dépensés chaque année pour importer cette denrée. Nous n’enrichirons plus les agriculteurs étrangers. Pour ce faire, les pouvoirs publics devraient apporter leur concours en facilitant la mécanisation et en créant les voies de communication pour diminuer  les difficultés d’écoulement de ces produits.

         Au niveau de l’élevage, la production de la volaille  par exemple est déjà bonne mais pas encore suffisante. Dans ce secteur comme dans le secteur porcin ou bovin, d’énormes sommes d’argent sont encore dépensées pour les  importations. Ce qui n’est pas normal. Le gouvernement devrait réfléchir sur les allègements à apporter au niveau du dédouanement des intrants. Encore qu’ici, les matières premières sont produites sur place. Il faudrait aussi encourager le nationalisme dans la consommation. Ne plus penser que ce qui sort de l’extérieur est forcement meilleur par rapport à ce qui est fait localement.        

Pour parvenir à ces fins, beaucoup de choses doivent être faites pour améliorer notre production. La mécanisation de tous ces secteurs d’activités. Une politique de formation et de recyclage permanent des différents acteurs, la création ou l’aménagement des voies de communication pour faciliter l’écoulement des productions entre autres.

En acceptant de passer quatre jours avec les acteurs du monde informel, Paul BIYA, le président de la république s’est d’avantage rapproché de ses populations en cette année électorale. Quelqu’un dirait qu’il a marqué quelques bons points même si pour cette échéance, il n’y aura pas match. C’est vrai qu’en politique, on ne néglige aucun détail.

Au sortir de cet évènement, l’on peut dire les acteurs du monde agro pastoral sortent grandis et réconfortés. Puissent maintenant les fruits tenir les nombreuses promesses et que l’on n’attende plus vingt ans. Beaucoup de personnes qui auront été à Ebolowa seront déjà passés outre tombe, comme beaucoup qui, depuis vingt ans ont attendu que le comice d’Ebolowa ait lieu.

 

Didier ONANA(c)mbolocameroon 94788688 /70311128

 

Les commentaires sont fermés.