Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Derniers échos de la fête de la jeunesse 2011

FETE DE LA JEUNESSE 2011 : Comme d’habitude !

 

Placée sous le thème « jeunesse et consolidation des acquis du cinquantenaire », la 45è édition de la fête nationale de la jeunesse a connu comme par le passé, un succès, même si, il y a encore à redire notamment sur la perception  même de cette fête par les jeunes et aussi les actions concrètes menées en faveur de celle-ci. Cette jeunesse  qui est encore et toujours coiffée ….à son absence.

Didier ONANA.

Comme à l’accoutumée, les activités se sont déroulées pendant pratiquement une semaine. Sur l’ensemble du territoire, on a remarqué une effervescence dans les établissements scolaires, les partis politiques et les autres mouvements de jeunesse scolarisée et non. Des séances d’investissement humain aux activités sportives, culturelles en passant par les campagnes de dépistage  de certaines maladies.  Le clou de tout ce ramdam a été   certainement le traditionnel message du Président de la République à la jeunesse suivie le lendemain, c'est-à-dire le 11 février, du défilé de cette jeunesse. Cette année, tout le monde a été servi. Les promesses, il y en a eu, et pas des moindres.

    Du discours très attendu de l’ « HOMME LION », il y a cette grosse promesse de faire recruter 25 000, jeunes diplômés dans la fonction publique ! Une déclaration qui a eu un grand retentissement au point où il est sur toutes les lèvres. Recruter 25 000 jeunes en une seule année, cela parait invraisemblable, pour certains, de la paranoïa pour d’autres, et pour une autre catégorie, du possible quand on  pense  aux élections d’octobre prochain. Certains jeunes que nous avons rencontré nous ont dit que ce recrutement annoncé est une éternelle fuite en avant et  qu’ils n’y croient guère. «  Ces 25 000 jeunes, quand bien même ils seraient recrutés travailleront où ? Ils  iront s’asseoir où ? Les Vieux ne leur laisseront aucun espace afin qu’ils puisent occuper les postes de travail. Certains de ces vieux exigeront comme ils font,  des lettres de  libération. Chose pas toujours facile  et qui crée des blocages d’où notre scepticisme »

Pour d’autres : «  Avec quoi seront-ils payés ? Dans le budget de l’année en cours, a t-on prévu cette action ? Où prendra t-on à peu près 22 milliards pour payer chaque mois toutes ces nouvelles recrues ? » Certains autres plaignent le Ministre des Finances. «  Paul BIYA donne des insomnies à ESSIMI MENYE. Il a parlé, et c’est à ce dernier d’exécuter et de  trouver des solutions. »

 Quoi qu’on dise, il sera difficile pour le gouvernement de réaliser cette promesse de son chef. Le Ministre des Finances, se verra obligé de créer des voies pour faire entrer de l’argent afin de ne pas faire le mentir. Les camerounais devront s’attendre à  une vie un peu plus chère, matérialisée par de nouvelles taxes et bonjour les pénuries et les flambées des prix.

 

               LE MEA CULPA DE PAUL BIYA A LA JEUNESSE

 

     Dans son  discours à la jeunesse, le président de la république, a reconnu que beaucoup de choses qui devaient être faites ne l’ont pas été. Ce ne sera que partie remise pourrait-on dire. Il cite les projets de Lom Pangar, de Memvele ou du port en eaux profondes de Kribi. Paul  BIYA qui a célébré son 78è anniversaire ce dimanche 13 février dit qu’il avait la conviction que nous étions la veille de la reprise de notre économie. Mais il accuse la crise économique  mondiale de n’avoir pas favorisé celle-ci. Ce qui a poussé un jeune rencontré de dire que le président de la république « est un esclave  de la crise économie mondiale. Il l’évoque régulièrement, comme pour dire qu’elle est la source de tous nos malheurs » Paul BIYA ajoute que pour résorber l’épineux problème de l’emploi des jeunes et la relance économique, il y a une solution : la mise sur pied ou l’avancée des projets structurants tels que le barrage  de la centrale hydro électrique de Lom Pangar, de Memvele, de Mekine,  ou celle de gaz naturel de Kribi. Il n’oublie pas les infrastructures qui sont un maillon important de la reprise économique. Il cite aussi la construction de nouvelles routes dans la plus part de nos régions,le démarrage des projets miniers , la poursuite ou la mise en œuvre des projets d’eau et de la distribution de l’énergie électrique.  Au  niveau social, il évoque le transport, revient sur la construction évoquée plus haut du port de Kribi, la construction des établissements scolaires, universitaires, sanitaires, sportives et les logements.  Le Chef de l’Etat camerounais promet à ses populations en général, des actions visant l’amélioration de leurs conditions de vie. Il cite la lutte contre le chômage  des jeunes, et exprime son optimisme lorsqu’il  dit « qu’il y aura une forte demande mondiale en matières premières d’origine minérale et végétale. Elles pourront stimuler la production ».

 

  RETROUSSEZ LES MANCHES ET  RETOURNERZ CULTIVER LA TERRE.

 

Autre solution pour l’emploi des jeunes camerounais, Paul BIYA  voit le travail de la terre. «  Notre agriculture dispose des atouts et des potentialités considérables qui peuvent être développés ». Il cite  entre autres la culture du  mais, du riz,du café,du  coton, du cacao,du  palmier à huile,de l’hévéa,  de la banane ou  de la canne à sucre. Ces cultures qui d’après lui peuvent susciter une augmentation sensible et un équilibre de notre économie, feront appel à plus de main d’œuvre et par conséquent, réduiront le chômage.  Il invite ses jeunes compatriotes à ne pas se détourner du travail de la terre garant de stabilité et d’épanouissement. « L’agriculture est capable de générer de nombreux s emplois, allant du plus simple au plus qualifié » poursuit Paul BIYA. Il leur recommande toutes fois de ne pas négliger les activités industrielles  et de service qui d’après lui, sont porteuses d’avenir et créatrices d’emplois. Il les engage dans le combat pour le développement.

Beaucoup d’autres sujets ont été évoqués par l’« Homme Lion »  dans son discours notamment, l’avènement du service civique national de participation au développement, l’éducation avec la création d’infrastructures  scolaires et la fourniture des équipements. Il a aussi fait un appel au civisme, au patriotisme, à la culture de la paix et au volontariat. Nous y reviendrons.

Etienne Didier ONANA ©mbolocameroon 94788688 /70311128.

 

Commentaires

  • Nos Amis les dictateurs: un documentaire à voir absolument: http://info.france2.fr/complement-denquete/

Les commentaires sont fermés.