Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

vendredi, 18 mars 2011

Quatre nouvelles fédérations sportives au Cameroun

Quatre nouvelles fédérations sportives      bientôt au Cameroun

 

Ca y est !  Le Cameroun vient d’augmenter le nombre de ses fédérations sportives. C’est le fruit de la tenue samedi dernier d’une assemblée générale extraordinaire  de la fédération camerounaise des sports pour handicapés, convoquée par le ministre camerounais des sports et de l’éducation physique, Michel ZOAH. Des assises très attendues, émouvantes et nostalgiques….

Didier ONANA

Il fallait comme on a coutume de le dire en langage familier au Cameroun, avoir la pierre à la place du cœur pour   ne pas vivre avec mélancolie, les derniers instants du Lieutenant Colonel Emile ABENG MBOZO’O comme président de l’ex fédération camerounaise des sports pour handicapés, et surtout de lire le communiqué final constatant la dissolution de la structure qu’il a dirigée pendant neuf ans. Neuf ans de bonheur et aussi de difficultés où ce médecin de l’armée camerounaise a eu à affronter et à essuyer toutes sortes de réactions. Quoi qu’on dise aujourd’hui, le médecin Colonel Emile ABENG MBOZO’O sera rentré dans l’histoire comme ayant été le tout premier  et le tout dernier président de la fédération camerounaise des sports pour handicapés et celui qui, quelles que soient les conditions et la manière, aura conduit à sa dissolution et à la naissance des fédérations par type de handicap soit ; une pour les déficients visuels, une pour les handicapés physiques, une pour les sourds et enfin une pour les handicapés mentaux. Les quatre fédérations devant conduire à la mise sur pied dans quarante cinq jours du très attendu comité paralympique camerounais.

 Prenant la parole devant une assemblée surchauffée, le médecin Colonel Emile ABENG MBOZO’O, l’émotion dans la voix, dans un discours improvisé mais cohérent, a dit  que ce jour « est un grand jour pour le mouvement sportif  pour handicapés, un jour symbolique et plein de significations. Il consacre une phase de mutation et de transformation vers un idéal meilleur  avec la création prochaine d’un comité national paralympique ». Puis il a remercié le ministre des sports pour avoir favorisé cette montée en puissance. Il a ensuite fait l’historique du sport pour handicapés qui est parti du simple divertissement, la rééducation pour aboutir à la fédération en passant par la phase d’association. De la fédération, ce sport va vers quatre fédérations spécifiques pour chuter sur un comité paralympique. Il a fait une sorte d’esquisse de bilan ponctuée par la participation régulière des athlètes handicapés aux compétitions internationales avec chaque fois des lauriers. A ce jour, pas moins de six sportifs handicapés camerounais font les beaux jours des clubs occidentaux. Parlant des difficultés rencontrées pendant son règne, Emile ABENG a évoqué l’absence d’un secrétaire général  pendant et le départ pour des raisons diverses d’autres membres du bureau installé par l’ancien ministre des sports Pierre Ismaël BIDOUNG MKPATT. Ce qui a contribué à fragiliser son action. Il évoqué aussi ce qu’il a qualifié de « flou du comité paralympique mis sur pied par certaines personnes mais non reconnu ». Il a évoqué le non paiement des cotisations du Cameroun auprès des instances internationales. Il a terminé son propos en émettant le vœu que la mue que connaît le mouvement sportif pour handicapés aujourd’hui soit salvateur et lui permette de prendre son envol. C’est par des remerciements que Emile ABENG MBOZO’O a tiré a révérence comme président…

Arborant un ensemble de couleur beige, l’air grave mais serein, Michel ZOAH le ministre des sports et de l’éducation physique  a situé le contexte dans lequel se tient cette assemblée générale qui va en droite ligne des « résolutions fortes » des états généraux qui se sont tenus en novembre 2010 à Yaoundé. Ceux-ci  souhaitaient le renforcement  et la cohésion des structures  des disciplines paralympiques  comme stratégies  de développement de ces sports. Il a demandé aux  participants à cette assemblée d’examiner sans détour, sans complaisance et sans fioriture, les textes qui leur seront soumis. « Enrichissez et  amendez les afin qu’ils soient parmi les meilleurs possibles » C’est en donnant la suite du chronogramme de restructuration de ce mouvement qui prévoit dans les 30 jours suivant l’adoption des textes devant régir les quatre futures fédérations, les élections des conseils d’administration et des bureaux exécutifs, puis quinze jours plus tard, la naissance du comité paralympique camerounais.

Les travaux en commission ont permis aux nombreux participants de procéder à quelques amendements puis à l’adoption des statuts et règlements de ces quatre futures fédérations. Ainsi les déficients visuels ont  retenu «  la fédération camerounaise des sports pour déficients visuels : FECASDEV » les handicapé physiques «  Fédération camerounaise des sports pour handicapés physiques : FECASDEP » « Fédération camerounaise des sports pour sourds FECASSO » pour les Sourds, et pour les mentaux «  Fédération camerounaise des sports pour déficients intellectuels : FECASDI » C’est dans une ambiance pleine d’espoirs que les participants à cette assemblée générale se sont séparés. Rendez-vous est pris dans 30 jours pour les élections et déjà, les couleurs sont annoncées. Elles seront houleuses chez les Moteurs et les Visuels. Quant au Comité paralympique camerounais, les tractations vont bon train depuis. Certaines personnes auraient approché il y a quelques jours, monsieur NDOUDOUMOU Jean Jacques, le Directeur général de l’Agence de régulation des marchés publics (ARMP) pour lui proposer le poste de président… Ca va très vite !!!

Didier ONANA© mbolocameroon 22114587/70311128/94788688

 

 

Commentaires

bonjour; je souhaite avoir un rdv avec vous pour l'animation des pages sportives; vous pouvez me joindre au 99301043 je suis résident à douala.

cordialement

Écrit par : emile arroga | mercredi, 23 mars 2011

Salut Didier,

Tu pourrais aussi relayer cette information si elle te plaît.

Bonne soirée


UN SPORTIF HANDICAPE, INTERNATIONAL CAMEROUNAIS MORT QUELQUES MINUTES APRES AVOIR PARTICIPE A UN MARATHON.


Par cet article, nous voulons faire ressortir le degré d’appauvrissement de la personne handicapée en général et des sportifs handicapés en particulier qui sont capables de se suicider pour percevoir des pièces de nos francs CFA, quelque soit la somme. Ainsi, la clochardisation de la personne handicapée camerounaise va grandissant au quotidien.
Poussés par la mendicité, ils sont prêts à tout pour gagner une modique somme de 500 FRANCS CFA : même s’il faut y laisser la vie.

La scène se passe au Cameroun, dans la ville de Yaoundé, en présence du Ministre de la Jeunesse (Monsieur ADOUM Garoua), de Son Excellence Roger MILLA, du représentant du Préfet du Mfoundi, du représentant du Ministère des Affaires Sociales (MINAS) ainsi que des responsables de plusieurs organisations nationales et internationales.

En effet, faisant suite aux activités sportives marquant la célébration de la 39ème édition de la fête de l’Etat Unitaire du Cameroun qui se célèbrera le 20 Mai 2011, un marathon a été organisé par le Ministère de la Jeunesse et des athlètes déficients visuels ont été convoqués (NDLR : Malheureusement, comme le Cameroun est suspendu au Comité International Paralympique, il ne participe à aucune compétition internationale parrainée par cette instance faîtière du handisport telle que les coupes du monde, les championnats mondiaux ou les jeux paralympiques. En plus, la fédération camerounaise des sports pour handicapés (FECASH) ayant été dissoute par l’actuel ministre des sports afin de réorganiser le mouvement paralympique depuis la base, c’est dire qu’officiellement, le handisport n’existe plus au Cameroun) sur un critère de sélection dont seuls détiennent ceux qui les ont invités à prendre part à l’évènement.

Arrivés sur les lieux de la compétition aux environs de 07heures 30 minutes, les sportifs handicapés camerounais ont été réparties en deux catégories : les non voyants (B1) au nombre de 11 athlètes accompagnés de leurs guides et les mal voyants (B2 et B3) au nombre de 05 athlètes ainsi qu’une athlète féminine.

La distance à parcourir leur ayant été communiqué sur place (6 kilomètres environ), le départ s’est déroulé sans encombre et, malgré les problèmes liés à l’effort physique, tout ce beau monde a franchi la ligne d’arrivée dans l’ordre suivant :

Catégorie B1 (non voyants)
1er : AWA PATRICK
2ème : ATANGANA Charles
3ème : YOUMBI Luc
4ème : ATANGANA Ferdinand
5ème : BANECK Jacob (le sportif qui est décédé quelques minutes après)
6ème : MENGUE Dieudonné
7ème : AWONO
Etc.


Catégorie B2/B3 (mal voyants)
1er : MOHAMED Garba
2ème : NSANGOU Arouna
3ème : ATEBA Arno
4ème : NDO Patrick
5ème : BONFEU

Grande fut la surprise lorsqu’après la course, tous les efforts du staff médical pour ranimer notre athlète ont été vains : il va tirer sa dernière révérence dans l’ambulance qui le transportera à l’hôpital.

Après investigations, nous avons voulu connaître la prime qu’aurait perçue notre défunt athlète dans sa catégorie B1et avec son rang de 4ème. Consternés, nous avons appris que SA PRIME DE PARTICPATION ETAIT DE 500 FRANCS CFA (VOUS AVEZ BIEN LU, 500 FRANCS CFA !!!!). Les deux premiers de la course étaient primés à une modique somme dont nous ne pouvons révéler tandis que, du 3ème au dernier, ils touchaient une prime de participation de 500FRANCS CFA : somme qui ne pouvait même pas rembourser les frais de taxi de certains.

C’est dans la soirée que le Ministre de Jeunesse adressera ses condoléances à la famille si durement éprouvée.

Merci, BANECK Jacob, ta mort nous révèle les réalités sur la mendicité d’une couche quasi abandonnée et marginalisée, même en sport.

Sportivement, Raoul FOKAM

Écrit par : raoul | mercredi, 18 mai 2011

Les commentaires sont fermés.