Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

vendredi, 27 mai 2011

Lutte contre le paludisme

 

LUTTE CONTRE LE PALUDISME

LANCEMENT DE LA COLLECTION « PROGRESS AND IMPACT » THE ROLL BACK MALARIA

 

Mercredi 25 mai dernier, l’Hôtel Hilton a abrité la cérémonie de lancement des rapports de la série « PROGRESS AND IMPACT » de ROLL BACK MALARIA.

 

Cette cérémonie, riche en couleur a connu plusieurs temps forts parmi lesquels l’allocution du ministre de la Santé Publique André MAMA FOUDA, les exposés du Pr. Rose LEKE et un speach du Dr. TALLAH Esther et enfin des résultats des rapports sur la situation de la lutte contre le paludisme en Afrique et au Cameroun en particulier suivi d’une séance de questions/réponses. Ces travaux étaient entrecoupés des intermèdes musicaux, avec des artistes tels que Aunty CLO, OTTOU Marcelin, Richard KINGS et Princess KHADIZA Oumar qui ont agrémenté le public avec des airs de musique dont les thèmes portaient tous sur la lutte contre le paludisme. Le public a pu également vivre un sketch sur l’utilisation de la moustiquaire imprégnée.

Dans son allocution, le ministre de la Santé Publique nous apprend que « Près de 780.000 décès dans le monde sont la cause du paludisme, dont plus de 90% en Afrique. André MAMA FOUDA a également révélé que le paludisme représente 38% des motifs de consultation, 24% des décès enregistrés dans les formations sanitaires, dont 68% des décès des enfants de moins de 5ans selon le rapport 2010 du PNLP » (Programme National de Lutte contre le Paludisme).

La malaria est à l’origine de 26% des cas d’absentéisme sur le lieu de travail et représente 40% des dépenses de ménages dans notre pays.

Bien que le nombre de décès des enfants âgés de moins de 5 ans soit en baisse (il est passé de 4119 enfants en 2008 à 2992 enfants en 2010), le constat reste alarmant ; d’où la nécessité de doubler d’efforts pour lutter contre cette maladie qui a, depuis des lustres, fait énormément de victimes.

Pour le ministre en charge de la Santé « Le Gouvernement camerounais a mis sur pied, avec l’appui de ses partenaires, un ensemble de mesures concrètes conduisant à réduire l’avancement de cette maladie, à savoir :

  • La distribution gratuite depuis 2003 des moustiquaires imprégnées d’insecticides, aux enfants de moins de 5 ans et aux femmes enceintes ;

  • L’instauration depuis 2005 de la gratuité de la chimioprophylaxie avec le traitement préventif intermittent par la sulfadoxyne pyriméthamine chez la femme enceinte de plus de 4 mois de grossesse ;

  • La subvention des médicaments anti-palustres pour favoriser l’accès à un plus grand nombre à la prise en charge dans les formations sanitaires et à domicile. Aujourd’hui, un adulte se soigne convenablement une crise de paludisme avec moins de 300FCFA, soit un demi euro »

Pour l’observateur averti, il est clair que ces mesures ont du mal à être appliquées effectivement. Nous en voulons pour preuve la décision du Chef de l’Etat prise le 31 décembre 2010 concernant la suppression du coût de traitement du paludisme simple chez les enfants de moins de 5 ans ; nous apprenons qu’elle est mise en œuvre depuis le 01 février 2011, mais la réalité est toute autre dans nos différents établissements hospitaliers. Ce qui est vraiment dommageable pour notre pays qui connait un véritable problème avec l’application des décisions et lois, fussent-elles prises par la voix la plus autorisée du Cameroun.

Sur la pléiade des rapports et exposés faits par les experts des ONG et associations de lutte contre le paludisme, tellles que : PLAN Cameroon, ACMC, CCAM, l’UNICEF et l’OMS, il ressort que les moustiquaires imprégnées n’ont plus besoin d’être réimprégnées mais plutôt remplacées par d’autres moustiquaires neuves. Nous apprenons également que dans certains pays à l’instar du Ghana, du Kenya et dans une certaine mesure le Sénégal, les grandes entreprises sont impliquées dans la lutte contre le paludisme.

Vivement que dans notre pays les principales entreprises prennent aussi une part active dans la lutte contre cette maladie qui décime nos populations depuis des décennies, afin de donner un coup de main important à l’Etat qui semble essoufflé, avant qu’on ne trouve le vaccin contre la malaria.

 

Correspondance particulière- Jean Calvin YUGYE

20:54 Écrit par Bambino dans SANTE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : paludisme, lutte, éradication | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Les commentaires sont fermés.