Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

mercredi, 15 juin 2011

le leçons de Madame clinton

Mme Clinton : les dirigeants africains doivent répondre aux aspirations des jeunes


Par Stephen Kaufman

Washington - Les aspirations de la jeunesse africaine à un surcroît de libertés et de possibilités économiques ne sauraient être ignorées : tel est le message de la secrétaire d'État Hillary Rodham Clinton, qui a exhorté les dirigeants africains à devancer le désir de changement que ressentent les jeunes et à répondre aux besoins du continent.

Mme Clinton s'exprimait devant un parterre de diplomates réunis le 13 juin au siège de l'Union africaine, à Addis-Abeba (Éthiopie). Les dirigeants africains, a-t-elle insisté, doivent « se montrer à la hauteur de cette occasion historique », née de la révolution qui a balayé le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord - le fameux « Printemps arabe » -, et créer « un avenir dans lequel vos jeunes auront foi, un avenir que vos jeunes défendront et qu'ils aideront à construire ».

Plus de 40 % des Africains ont moins de 15 ans, et près des deux tiers des habitants du continent ont moins de 30 ans, a précisé la haute responsable.

« Ces jeunes sont en train de devenir adultes tous à la fois et sont tous connectés. Grâce aux médias sociaux, il n'y a plus de secrets », a-t-elle fait observer.

Impressionnée par l'« éloquence » et le « sens du militantisme » des jeunes Africains, la secrétaire d'État a noté que ces derniers voulaient réussir dans la vie, construire leur avenir et avoir des occasions de le faire.

« Leur message est on ne peut plus clair, a-t-elle dit : le statu quo est fini ; les vieilles méthodes de gouvernance ne sont plus acceptables ; il est temps que les dirigeants rendent des comptes, qu'ils traitent leur peuple avec dignité, qu'ils respectent ses droits et qu'ils produisent des débouchés économiques. S'ils s'y refusent, il est temps qu'ils tirent leur révérence. »

Les dirigeants qui s'accrochent au pouvoir à tout prix, a poursuivi Mme Clinton, qui suppriment toute dissension et qui profitent d'être au pouvoir pour s'enrichir et faire la fortune de leurs partisans se trouvent « à contre-courant de l'histoire », et le temps leur « donnera tort ».

Le suicide en décembre 2010 du jeune marchand ambulant tunisien qui a déclenché la révolution dans son pays reflète le désespoir du jeune homme, « car quoiqu'il fasse, un régime corrompu ne lui donnait aucune chance de traduire la sueur de son front en bienfaits économiques pour lui et sa famille », a rappelé la secrétaire d'État.

Beaucoup de jeunes consacrent des années à faire des études et à travailler dur, et ils méritent d'avoir accès à des occasions d'améliorer leur existence, a-t-elle insisté.

À cet égard, la secrétaire d'État s'est félicitée de la décision prise par l'Union africaine de faire participer les jeunes à ses discussions sur la promotion de cette catégorie de la population et sur le développement durable. Beaucoup de pays peuvent se targuer de réussites économiques remarquables depuis quelques années, six pays d'Afrique subsaharienne figurant même au palmarès des dix économies mondiales à la croissance la plus rapide au cours de la dernière décennie.

Pour autant, un avenir prospère n'est pas gagné d'avance, a averti Mme Clinton, qui a plaidé pour une plus grande diversité économique sur le continent.

« Plusieurs des économies les plus dynamiques du continent dépendent d'une seule industrie ou d'un seul produit d'exportation, qui est souvent une matière première », a fait observer la haute responsable. Cet état de fait peut avoir un effet dissuasif sur les nouvelles industries et, partant, la création d'emplois, et il « risque de concentrer les richesses du pays entre les mains de quelques privilégiés ».

Mme Clinton a accueilli avec satisfaction la pression en faveur de réformes politiques et économiques qui a donné naissance au printemps arabe et qui « a déjà germé dans un grand nombre de pays d'Afrique ». Elle en veut pour preuves l'attachement de nombreux pays à la démocratie et aux droits de l'homme, les investissements dans l'éducation et les programmes de santé et d'autres mesures encore destinées à répondre aux besoins des jeunes.

Parce qu'ils « croient profondément en ces valeurs » ainsi qu'« à la promesse et au potentiel des démocraties pluralistes, des marchés libres », a affirmé Mme Clinton, les États-Unis sont prêts à apporter leur appui aux gouvernements qui entreprennent des réformes.

Incontournables, les réformes le sont assurément : sans elles, a dit la secrétaire d'État, « les plus travailleurs, les meilleurs et les plus talentueux de vos jeunes soit seront frustrés et se dresseront contre les dirigeants de leurs pays, soit les quitteront pour trouver des débouchés dans d'autres ».

« Je n'ai jamais rencontré un seul émigré d'Afrique qui n'ait pas dit qu'il ou elle aurait aimé pouvoir réussir pareillement dans son pays d'origine, parmi les siens, au sein de sa famille » a dit Mme Clinton, exprimant l'espoir que le continent africain saura offrir des perspectives d'avenir à ses habitants « car c'est là que résident les promesses de leur avenir ».

 

23:44 Écrit par Bambino dans POLITIQUE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : clinton, jeunes, aspirations, besoins, continent | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Les commentaires sont fermés.