Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

  • Canon de Yaoundé au bord de l'explosion

    P1050030.JPGLa nouvelle vient de tomber,Louis Marie Ondoua le directeur général du canon sportif de Yaoundé et certains de ses compères qui avaient contribué au limogeage de Célestin Bombock, l'ancien directeur général du club le plus mythique ont été sanctionnés ce jour par madame Céline EKO la présidente du conseil d'administration. Bitomo Jean-Claude et ses acolytes de l'encadrement techniques ont été chassés comme des rats palmistes du banc de touche pour incompétence caractérisée.
    P1050023.JPG="http://mbolocameroon.blogs.lalibre.be/media/00/00/3281874380.JPG" id="media-114712" title="" alt="P1050030.JPG" style="float: left; margin: 0.2em 1.4em 0.7em 0;" />
    En effet, la crise qui règne au sein de cette équipe n'est pas loin de se terminer. Après avoir chassé "l'allogène" Bombock Célestin de la direction de club, la paix n'est pas revenue. Les vieux démons qu'on connait bien et qu'on croyait endormis se sont réveillés. Le mal n'a pas été exorcisé. Heureusement que les mauvais résultats enregistrés lors des deux premières journées du championnat en cours sont venus réveiller madame Céline EKO sur l'une de ces photos de son sommeil et lui rappeler que le tout n'était pas chasser le " man belobo lobo" entendez (celui qui parle une langue inconnue ou incomprise de vous)" , mais d'extirper le vers du fruit . En deux journées de compétition, le Canon a encaissé sept buts et en marqué deux. Dimanche dernier l'équipe de la capitale a été copieusement tabassée par le jeune promu New star de Douala (5-1) après le (0-2) pris à domicile. Les sanctions et les limogeages enregistrés ce jour ne sont que le début. Les radios de la cité capitale ont encore des communiqués et contre communiqués à lire dans leurs émissions de sport. Bonne chance au Canon.
    Didier ONANA (c) 94788688 / 70 31 11 28

  • LA NOMINATION DES ENTRAINEURS BLOQUE LE FONCTIONNEMENT des fédérations

    FEDERATIONS SPORTIVES POUR HANDICAPES :
    nomination,entraîneur,national,sport,déficient physique,ministre,sport,éducation physique,discipline,difficuté,retard,inertie,retard,impréparation, improvisation,stratagème,médailles, handicap,handicapé, fédérations, LA NOMINATION DES ENTRAINEURS BLOQUE LE FONCTIONNEMENT.
    Huit mois après leur création, les quatre fédérations des sports pour personnes handicapées à savoir ; la fédération camerounaise
    des sports pour déficients physiques, pour déficients intellectuels, pour déficients visuels et pour sourds n’ont pas encore d’entraîneurs. Ceux qui sont en poste sont ceux qui exerçaient dans l‘ancienne fédération camerounaise des sports pour handicapés (FECASH) qui a éclaté pour donner naissance à ces entités de sports spécifiques. Depuis lors, les nouveaux dirigeants se sont mis au travail, ont élaboré, nettoyé et validé les statuts et règlements intérieurs. Des auditions des postulants aux différents postes de l’encadrement technique ont été faites, et les propositions de nomination envoyées au ministre des sports et de l’éducation physique, tout comme les membres des différentes commissions. Malheureusement, l’on ne sait trop pourquoi l‘ancien ministre Michel ZOAH ou son prédécesseur Adoum GAROUA tarde à signer les textes de nomination. En temps normal, on pouvait tolérer cette inertie ou ce retard à l‘allumage. Mais nous sommes en 2012, année des jeux paralympiques et le Cameroun qui a bien un comité national prendra part à cet évènement qui demeure le plus grand rendez-vous des sports pour personnes handicapées.
    nomination,entraîneur,national,sport,déficient physique,ministre,sport,éducation physique,discipline,difficuté,retard,inertie,retard,impréparation, improvisation,stratagème,médailles, handicap,handicapé, fédérations,A ce jour, et compte tenu du retard (l’éternel retard qui caractérise notre pays) nous ne pourrons pas postuler dans certaines disciplines, collectives notamment. Il ne reste plus que l’athlétisme pour laquelle une dernière chance nous est offerte en mars prochain à Tunis. Le retard dans la nomination des entraîneurs nationaux, régionaux et les directeurs techniques bloque le fonctionnement. Aucun travail de prospection ne peut être fait dans les régions, personne ne veut courir le risque de dépenser son énergie et ses moyens pour faire un travail dont il n’est pas sûr de pouvoir conduire à son terme. En plus, et c’est certainement l’argument le plus plausible, chaque fédération pratique plusieurs disciplines et chaque entraîneur ou postulant ne peut s’occuper que de ce qui le concerne. Pour le moment, certains présidents imaginent des stratagèmes pour pallier à cette carence d’encadreurs techniques. Attendra-t on la dernière semaine de mars 2012 pour improviser un semblant de stage avec des entraîneurs pas du tout assermentés pour la tache ? Vivement, que le Ministre Adoum GAROUA qui n’est certainement pas le ministre du football senior fasse ce geste qui sauve : nommer des encadreurs techniques au sein de ces fédérations. Le temps presse et passe. Il vaut mieux pour lui de « quitter derrière les problèmes ». Au soir de la clôture des jeux paralympiques de Londres , que l’on ne l’accuse pas d’avoir contribué à la mauvaise prestation des athlètes handicapés qui ont là aussi, une occasion idoine de prouver malgré les difficultés, ce dont ils sont capables. Alors, l’on pourra clamer haut et fort que toutes les disciplines sportives sont logées à la même enseigne même si ce n’est pas le cas. Au Cameroun, il n’ y a pas de sport mineur
    Didier ONANA (c)mboloc@meroon 94788688 / 70311128

  • LES ELITES DU MFOUNDI EN RANGS SERRES

    P1060689.JPGAndré MAMA FOUDA (Président de l’ASFESEM) : « Les fils du Mfoundi ont voulu ce dimanche à travers cette grande messe pontificale célébrée par l’un des leurs prier Dieu de continuer à leur accorder ses grâces tout en le remerciant pour tous les bienfaits que les fils du Mfoundi ont eu tout au long de l’année écoulée. Nous avons voulu également à l’issue de cette messe d’action de grâce, faire le point de notre action et également réfléchir sur un outil de développement que nous souhaitons mettre en place et qui permettra de raffermir la solidarité et l’entraide entre les fils du Mfoundi ».
    Didier ONANA©mboloC@meroon 70311128 / 94788688

    P1060684.JPGMonseigneur Christophe ZOA « Nous faisons cette messe d’action de grâces pour dire merci au Seigneur pour toutes les merveilles qu’il a faites pour nous et pour la grâce de la bonne gestion de la vie qu’il nous a donnée en cette nouvelle année. Nous le faisons à partir de nos traditions chrétiennes qui sont reconnues. Le Mfoundi c’est une zone essentiellement chrétienne. C’est ici que nous avons fixé l’église catholique et nous revenons sur ces habitudes essentielles. Nous pensons bien sûr à la nomination de certains de nos frères qui été choisis au gouvernement, mais nous pensons aussi à ce que chacun fait et qui lui est donné par Dieu et qu’il doit bien gérer. Le don de la vie et ce qu’elle comporte. Nous savons que, quel que soit ce que nous faisons, nous appartenons d’abord à Dieu. Une nomination part toujours de la main et la volonté de Dieu. Le sens fondamental c’est ça. Faire le lien entre le don de la vie que nous avons et Dieu pour qu’il soit à la base de nos actions, qu’il soit la lumière et qu’il soit notre préoccupation ».
    Didier ONANA©mboloC@meroon 70311128 / 94788688

  • LES ELITES DU MFOUNDI EN RANGS SERRES


    P1060679.JPG Dans sa prédication tirée de Marc chapitre I verset 14-18, Monseigneur Christophe ZOA a parlé de la solidarité, de l’amour de la fraternité et de l’entente. Il a parlé de l’Homme Beti, de ce qui fait sa spécificité et son caractère. Le Beti est accueillant altruiste, il se donne parfois plus à l’étranger qu’à lui-même. C’est un rassembleur pour qui la plus grande richesse c’est l’homme. Quand les premiers missionnaires sont arrivés comme d’ailleurs les premiers administrateurs respectivement en 1890 et en 1884, l’homme Beti l’a accueilli au point de l’amener à changer a perspective d’aller sur le lieu d’implantation de la capitale vers Yoko qui semblait centrale. Le Beti qu’on savait pourtant très guerrier et qui venait de s’imposer en faisant son chemin de migration jusque-là où nous sommes a pu marquer le futur colon allemand. Vous savez la diplomatie que notre feu père ESSONO ELLA va déployer pour fixer les BE LOT BE ZEN (ces gens qui étaient comme de passage) malgré les invectives de OMGBA BISSOGO qui lui ne voyait pas l’intérêt de les garder là. Ils vont écrire cela dans des récits très éloquents et remarquables qui font toujours du Beti quelqu’un au niveau de l’histoire du Cameroun s’est montré très favorable à l’accueil du colon, de la modernité et même dans l’espace national, l’accueil de l’autre. C’est légendaire. Poursuivant son homélie, Monseigneur ZOA a dit que Jésus ne veut pas les biens de ce monde soient le privilège de quelques-uns. Ils sont destinés à tous.
    P1060672.JPGMonseigneur ZOA a souhaité que l’engagement des fils du Mfoundi vis-à-vis de Jésus puisse refléter les marques fondamentales citées plus haut, pour être réelles et développer une foi authentique entre eux. « Cette vie de foi marquée par notre relation à Jésus et les attitudes qui confirment celle-ci être particulièrement notre préoccupation dans notre regroupement des familles du Mfoundi. Je voudrais que nous puissions être dans la préoccupation de soutenir ce souhait avec un engagement qui s’articule sur certains traits importants qui à mon avis nous permettront de bien avancer, Dieu devant nous aider. Dieu nous a rassemblés comme Beti vivant dans notre rassemblement tel que nos pères nous ont constitué. Il nous avait déjà inspiré le chemin avec des marques telles que la solidarité et la fraternité. Appelés à suivre Jésus et engagés à le faire surtout tels que nous le sommes, par ce que l’un des traits qui nous marquent aussi et qui traduit notre foi profonde, c’est cette union profonde à Dieu. Le Beti ayant rencontré Dieu à travers les premiers missionnaires a tout abandonné. Lui connaissait aussi les rites avait aussi des engagements dans les sociétés secrètes comme le NGUI, le MEVOUNGOU et compagnie avait tout abandonné pour s’ouvrir à Dieu.
    Didier ONANA©mbolocameroon 94 78 86 88 / 70 31 11 28

  • LES ELITES DU MFOUNDI EN RANGS SERRES



    P1060692.JPG Une assemblée générale ordinaire de l’Association Fraternelle pour l’ Entraide et la solidarité des Elites du Mfoundi ( ASFESEM) s’est tenue dimanche dernier dans la chapelle Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus de Biteng par Yaoundé. Il était question de discuter des problèmes du terroir et poser les bases du futur. Plus qu’une fête, c’était des retrouvailles émouvantes et riches en enseignements. Un exemple que devraient copier les autres communautés.
    P1060672.JPGLa fin ou le début d’une année est une occasion de choix pour les personnes ou les structures organisées de faire le bilan leurs activités, se regarder dans le miroir et faire leur introspection. Les élites du Mfoundi n’ont pas dérogé à cette règle. Plus de trois cent personnes, hommes , femmes, vieux et jeunes, indépendamment de leur rang social se sont débarrassées de leurs titres et grades le temps d’une journée pour parler d’une même voix, échanger, discuter et revoir les stratégies pouvant leur permettre de remplir leurs obligations et leurs objectifs. Elles étaient là, les ministres en fonction comme André MAMA FOUDA de la santé et par ailleurs président de l’association, les patriarches en l’instar de ONAMBELE ZIBI ou ATEBA YENE Laurent Justin, les maires des communes d’arrondissement, les chefs traditionnels les fonctionnaires, directeurs généraux ,hauts commis de l’Etat et bien d’autres. Le programme prévoyait une messe d’action de grâce célébrée par Monseigneur Christophe ZOA évêque de Sangmelima et élite du département siège des institutions du Cameroun.

    P1060678.JPGDans son mot de bienvenue, monsieur Jérôme Emilien ABONDO, ancien ministre et maître des lieux a dit que cette rencontre pour les membres de l’ASFESEM de se retrouver et montrer qui ils sont, d’où ils viennent et où ils veulent aller. Je prie Dieu Tout puissant de faire en sorte que nos travaux se déroulent dans l’amour, la fraternité et la sincérité.
    P1060676.JPGDans une série de proverbes, l’ancien ministre Jérôme Emilien ABONDO a introduit le président de l’association qui, dans le calme et la simplicité qui le caractérisent a expliqué pourquoi il a battu le tam-tam du rassemblement. « Depuis le début de l’année, nous ne nous sommes pas retrouvés. Je voudrais d’abord vous souhaiter à vous tous ici présents une bonne et heureuse année 2012. Qu’elle soit une année pleine de santé, de bonheur, de prospérité et de réussite dans vos différentes activités. Nous devons donc en ce début d’année remercier le Seigneur afin qu’il nous accorde ses grâces et pour tous ses bienfaits passés et à venir. Nous devons lui dire merci pour toutes les merveilles de l’année passée et celle qui commence. Il enfin donné la signification de cette messe d’action de grâce qui pour lui n’est autre qu’une occasion pour méditer sur le sens de la vie et de l’association.
    Donnant la suite du programme, André MAMA FOUDA a dit que ces assises devraient être l’occasion passer au peigne fin le fonctionnement de leur regroupement, comment apporter des solutions aux problèmes que les fils du département du Mfoundi rencontrent au quotidien, et enfin les projets comme celui de la micro finance de 2è catégorie qu’ils entendent mettre sur pied et dont l’effectivité est imminente. En fin il a souhaité que les travaux se passent dans un esprit fraternel et de communion afin que les fils et petits fils de leur association puissent trouver l’occasion de les remplacer quand ils n’auront plus la force et les moyens de subvenir à leurs besoins. Il a enfin adressé ses remerciements au Ministre ABONDO pour le don de la chapelle qu’il a fait à toute la communauté. C’est un acte dont on ne peut mesurer la portée a-t-il dit.
    Didier ONANA(c)mboloCameroon 94788688 / 70311128