Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

lundi, 29 juillet 2013

Coupe de Pétanque de l'Ambassadeur de France : La Triplette gagnante

PETANQUE
Coupe de l’Ambassadeur de Franceédition 2013 : la triplette
Njoya-Nyam et Tsinga sur le podium.
Bruno Gain, l’actuel Ambassadeur de France au Cameroun a présidé pour la dernière fois, la coupe de pétanque dédiée au Représentant du Chef de l’Etat français au Cameroun. C’était devant un public et des boulistes venus de quelques villes et régions du triangle national. Une participation abondante qui vu les organisateurs décider d’une compétition en triplette. ..
Last image.jpgPour un au-revoir, ce fut émouvant quand le Colonel NDJOK Fils Parfait, ce devant président de la fédération camerounaise de pétanque, la gorge enrouée a lu le message porté sur le diplôme d’honneur décerné au diplomate français en guise de remerciements pour le soutien apporté à cette association sportive durant son séjour sur la terre camerounaise. Bruno Gain, il faut le dire aura été très disponible, facile à l’abordage et surtout ouvert. Avec lui, la pétanque a connu un certain essor. Il sera difficile de l’oublier. Il parlait de pétanque comme de son pays, il connaissait la terminologie et les meilleurs boulistes de notre terroir. Non Monsieur l’Ambassadeur, vous nous manquerez. Merci pour tout ce que vous avez fait pur cette discipline.
Une compétition relevée et à fort suspense !
Environ sept heures de jeu, Soixante –trois participants pour une compétition disputée par vingt-trois triplettes, une dizaine de français, une douzaine de dames, cent-mille francs pour l’équipe gagnante, cinquante mille francs pour la perdante, une demi-douzaine de villes présentes, environ une centaine de spectateurs, un trophée, une demi-douzaine de journalistes, deux cocktails, beaucoup de suspense et d’émotions. Voilà résumé en chiffres la coupe de pétanque l’ambassadeur de France de cette année 2013.
La finale de la consolante a vu la triplette compsée de Elong- Seké et Bioho de Perenco s’imposer par 13 à 12 face à celle de Bot-Makakcomposée de : Djob-Mbam et Iyambè.
La finale du concours très disputée a vu la triplette de Perencoemmenée par Mbenoun- Soulé Houlem et Bell, mener au départ par 4 à 0, avant de se faire rattraper puis dépasser à l’ultime mène et seconde par celle du Club France conduite par NjoyaTicky- Nyam et Tsinga par 13-11IMG0684B.jpg
A la fin de cette compétition, nus avons recueilli les impressions deMbenoun, international camerounais et spécialiste du tir : « Monsieur le journaliste je ne comprends pas ce qui nous est arrivé aujourd’hui. Nous étions motivés et nous voulions gagner cette coupe pour dire merci à l’Ambassadeur de France qui nous aimait bien. Je ne sais pas ce qui s’est passé ».
Pas moyen d’avoir un des membres de l’équipe vainqueur. Tous, surtout NjoyaTicky étaient pris par les divers aspects de l’organisation.
Juste avant le début de la compétition, Son Excellence Bruno Gain nous a accordé une interview reprise par la suite par certains de nos autres confrères arrivés en retard.
Le bouchon.jpgS.E Bruno Gain, Ambassadeur de France : « Je suis très heureux de voir cette belle et nombreuse affluence. Ce qui va faire en sorte que la compétition se dispute en triplettes. Ça démontre tout l’intérêt des camerounais pour cette discipline. Je salue la présence des grands internationaux camerounais, les tireurs de Pouma ou les pointeurs de Douala pour qui j’ai beaucoup d’admiration. C’est un sport que j’aime. Il est à la fois populaire et convivial. Il nécessite peu d’équipements. Pas besoins de grands terrains u de tatamis comme au judo. Tout le monde peut le pratiquer et peut y trouver du plaisir.la grosse difficulté pour les camerounais c’est l’irrégularité des compétitions internationales que sont la coupe d’Afrique des Nations et la Coupe du Monde. C’est un appel que je profite de votre tribune pour lancer à l’endroit des autorités du ministère des sports qui doivent faire l’effort de donner les opportunités aux internationaux camerounais afin qu’ils rapportent des médailles. Le Cameroun a d’excellents éléments qu’il faut soutenir et bien encadrer. Il leur faut des entrainements réguliers. C’est ce qui leur a manqué récemment au Maroc. Les besoins sont importants. C’est maintenant qu’il faut préparer l’avenir. La prochaine coupe du monde à Haïti, ce n’est pas très évident, mais la prochaine CAN au Tchad, c’est bientôt et pas loin d‘ici. Je leur souhaite bonne chance.
Didier ONANA ©mboloC@meroon 22114587

14:26 Écrit par Bambino dans PETANQUE, Sport | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Coupe de Pétanque de l'Ambassadeur de France 2013

Compétition : COUPE DE L’AMBASSADEUR DE FRANCE
Lieu : 21 JUILLET 2013 Date A.M.T. Yaoundé Heure : 9H30MN Classement Equipes Joueur 1 IMG0684B.jpgJoueur 2 Joueur 3
vainqueur Camtel Club Ydé NjoyaTiky Hervé Nyam Calvin Tsinga Grégoire
Second PoumaAccademic Soule Houlem MbenounCharles Bell Ruben
Troisième PoumaAccademic Bisse Matchabo L. Bel Espoir
Quatrième A.M.T. Ydé. Essimi Odilon MobaraBoulan Nanfoue Guy
Cinquième A.M.T. Ydé. Akao Ghislain Meyewou Guy Nya Elvis
Sixième A.M.T. Ydé. Ngueguim B. Nguemdjong MbargaInnoc.
Septième PerencoDla. Tsiembol Metongan Bruno Mahamat
Huitième PerencoDla. Nyodog Thérèse Ngo Maoug Do. Ndigui

Palmarès de la Coupe
GAIN 1.jpgAnnées Vainqueurs Clubs
2008 Colonel NDJOCK Parfait
Soulé Houlem Pouma Pétanque Club
2009 Colonel NDJOCK Parfait
Soulé Houlem Pouma Pétanque Club
2010 Philippe Tronche
Jean Pereira Da Cruz A.M.T Pétanque Yaoundé
2011 Charles MBENOUN
WALIDRaffi Club France Yaoundé
2012 Charles MBENOUN
TchoffoSA’A Maurice Douala Pétanque Club
2013 NJOYATICKY Hervé
NYAM Calvin
TSINGA Grégoire Camtel Pétanque Club
Yaoundé
Didier ONANA(c)94788688/ 22114587

14:07 Écrit par Bambino dans PETANQUE, SANTE, Sport | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Flash-back sur le symposium

Symposium annuel des leaders du sport : Un de plus ?
Les lampions du premier symposium annuel des leaders du sport camerounais qui s’est tenu au palais des congrès de Yaoundé se sont éteints il y a quelques jours, laissant beaucoup de participants et d’observateurs sur leur faim. Des frustrations et des oublis dans l’organisation malgré la volonté de bien faire.
Portrait Balémania.jpgLes organisateurs pourraient qualifier d’aigris ou de jaloux, ceux qui se sont posés des questions sur le bien-fondé de la tenue de cet évènement.« Un symposium annuel sur les leaders du sport » moins de trois ans après les états généraux du sport de novembre 2010, ça suscite beaucoup d’interrogations et de curiosités, quand on sait que l’on n’a pas eu le temps d’appliquer toutes les résolutions prises en 2010. Certaines personnes déclaraient à qui voulait les entendre dans les coulisses que « c’était comme si l’on déshabillait Pierre pour habiller Paul ». .. Celles-ci se sont trouvées confortées dans leur pensée quand une des pénalistes en la personne de Madame Abéna Ekobena Apolline, Inspecteur général des services dans ce département ministériel a terminé son exposé qui reposait sur la professionnalisation des structures fédérales et la féminisation des instances sportives en disant que les états généraux du sports de 2010 n’avaient pas apporté des solutions aux problèmes du sport camerounais. Une déclaration surprenante quand on sait qu’elle avait été l’un des maillons importants de cette organisation qui avait été largement supérieure à ce qui vient de se passer. Et c’est monsieur EboaElamé Victor alias Mikado, journaliste à la retraite, vice-président de la fédération camerounaise des sports pour tous et Secrétaire général de la fédération camerounaise de catch qui, prenant la parole vers la fin de cet évènement qui ne fera pas date, a déclaré en substance « Que tout ce qui s’est fait est la répétition des états généraux du sport de 2010. On a pris les mêmes acteurs et pratiquement les mêmes thèmes, dans la même salle, avec le même décor, la même nourriture, les mêmes boissons… » . Une déclaration quelque peu sévère qui a suscité beaucoup d’applaudissements de la part des participants dont la majorité avait peur de dire ce qu’ils pensaient effectivement. Eboa Elamé a seulement oublié de dire que le Ministre et le traitement qui ont changé. Pour le reste, Le retard à l’ouverture comme à la clôture des travaux présidés par Emmanuel Wonyu,le Secrétaire général du ministère des sports et de l’éducation physique, des communications intéressantes surtout pur ceux n’étaient pas là en 2010, quelques modérateurs qui coupaient de manière intempestive et inélégante, la parole aux participants qui voulaient justement profiter de cette occasion pour poser les véritables problèmes qui minent leurs disciplinessportives. Des préoccupations parfois embarrassantes qui n’ont pas trouvé des solutions. Nous citerons par exemple les cautions versées par les candidats à certains postes électifs depuis la dernière olympiade et qui n’ont jamais été remboursées. Celles versées il y a quelques mois lors du dernier renouvellement des dirigeants des fédérations ne le sont toujours pas …
A la question de savoir exactement ce qui a motivé l’organisation de ce symposium, un cadre du ministère qui a requis l’anonymat nous a dit que « les mouvements qui pourraient survenir dans qans quelques mois dans ce ministère, l’actualité de la fédération camerounaise de football le recommande aussi, enfin, les fédérations qui vont bientôt recevoir des subventions doivent passer à « la théorie du maitre et de l’esclave ». Le maitre donneur de leçons et pourvoyeurs de fonds étant ici le ministère des sports et de l’éducation physique, l’élève sans ressources matérielles et financières étant, les dirigeants des fédérations.
Yahoo Calvin.jpgQuoi qu’on dise, il y aura eu du bon au cours de ce symposium annuel sur les leaders du sport. Adoum Garoua le Ministre des sports et de l’éducation physique, recevant les vœux des acteurs du mouvement sportif en début d’année, annonçait déjà les couleurs de ce que devra être l’olympiade en cours. Il avait parlé notamment de la nouvelle gouvernance du sport basée essentiellement sur la détection des talents gage des victoires futures. Le fait d’avoir réuni la majorité des cadres dirigeants des fédérations sportives pour leur donner quelques enseignements est en soit une bonne chose,même si l’on aoublié à notre avis les responsables de la communication de ces associations. Au cours de ce symposium , l’on a parlé des infrastructures, de la mutualisation des fédérations, de la loi, du rôle de la tutelle et de celui des dirigeants, des méthodes de détection des talents, des fonctions du sport, de la formation, des enjeux… une quinzaine de conférences et tables rondes données par des imminences grises comme le Dr N’HANACKTONYE David, l’ancien Secrétaire général du ministère des sports et de l’éducation physique, le Dr Daniel NGOANGUELE, directeur de l’institut national de la jeunesse et des sports u encre Madame EKOBENA Apolline, Inspecteur général des services au ministère des sports…
Le symposium terminé, c’est le plus dur qui commence à savoir : la mise en application avant l’évaluation et l’édition de 2014. Puissent enfin les subventions promises, être rapidement données à ces fédérations. Nous souhaitons aussi que les cautions versées par les candidats aux postes électifs lors des dernières assemblées générales électives soient remboursées.
Didier ONANA©mbolocameroon 22114587


Dans les coulisses du symposium

Quelques faits qui ont retenu notre attention.
 De l’absence du véritable maitre d’œuvre de cette organisation qui a pour nom : Evélé Malick Atour, le Directeur des Normes et du Suivi des Organisations Sportives qui, après avoir pensé et conçu ce projet, s’est vu embarquer tout comme le ministre des sports et de l’éducation physique, dans une mission à Zurich pour persuader les dirigeants de la fédération internationale de football association de lever la suspension qui pesait sur le Cameroun.
 La mise à l’écart de la cellule de communication dans la gestion des journalistes. En effet, habitués à déposer les demandes d’accréditation chaque fois qu’il y a un évènement majeur dans ce département ministériel, les professionnels des médias, ont été surpris par la démarche adoptée par les organisateurs de ce symposium. Pas d’accréditation ni de dossier de presse avant l’évènement. La plaquette qui faisait office de document de travail était chichement remise aux uns et aux autres. Nous avons particulièrement fait le pied de grue au ministère pendant une semaine pour l’avoir. C’est finalement un journaliste de la télévision à, capitaux publics, la CRTV qui s’est vu remettre les commodités de transport de la presse. Ce dernier s’est pris pour le nombril du pape, mieux, le nouveau Dieu sur terre. C’est à têtechercheuse qu’il a désintéressé quelques-uns de ses amis. Il est allé jusqu’à demander à certains de lui produire les preuves de leur activité dans le domaine du sport. Serges Fouasgue qui n’a pas l’habitude de fuir ses confrères en pareille circonstance, s’est vu pousser les envies de mégalomanie. Il est parti du Palais des congrès en catimini…Demain, on accusera les X,Y ou Z de mauvaise gestion des fonds publics.
 Les guides des aveugles ignorés alors que qu’ils sont généralement pris en compte comme lors des états généraux du sport de 2010, ou lors du forum national des jeunes organisé par le ministère de la jeunesse et de l’éducation civique en février 2012. Ceux qui étaient au palais des congrès il y deux ans ont regretté le départ du Ministre Michel ZOAH qui avait demandé que l’on s’occupe de tout le monde sans distinction aucune. Ce sont les fonds publics et non privés qui ont permis l’organisation de cet évènement….

 Plus d’une trentaine d’acteurs non invités à prendre part à ces travaux, ont été tous ignorés dans la prise en charge du transport. Certains se sont posés la question de savoir si les nombreuses fiches de présence qu’ils remplissaient ne permettraient pas aux organisateurs de se faire de l’argent sur leur dos ?
Didier ONANA©mboloC@meroon 22114587

14:04 Écrit par Bambino dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : symposium, frustration, performances, validation | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Les Journalistes des Droits de l'Homme donnent leur point de vue

Communiqué de presse
Affaire de l’assassinat du journaliste –Infographe LEMBEMBE Eric Hubert.
Déclaration du Réseau des Journalistes Amis des Droits de l’Homme et des Libertés (REJADHL).
« Suite à l’assassinat du Journaliste –Infographe LEMBEMBE Eric Hubert le lundi 15 juillet 2013 à son domicile au quartier Tongolo à Yaoundé, nous, membres du Réseau des Journalistes Amis des Droits de l’Homme et des Libertés du Cameroun, condamnons avec la dernière énergie cet acte odieux et crapuleux qui, non seulement ternit l’image de notre pays, mais, viole de manière flagrante, les articles 3 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme qui dit : «Tout individu a droit à la vie, la liberté et à la sureté de sa personne » et 18 qui dit : « Toute personne a droit à la liberté de pensée , de conscience et de religion. Ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction», et enfin l’article 19 qui dit : « Tout individu a la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions… »
Le fait que feu LEMBEMBE Eric Hubert soit accusé d’homosexualité qui, nous le savons tous, demeure encre un délit au Cameroun, n’implique pas qu’il soit privé de vie.
Nous rappelons à travers ce qui suit, la situation judiciaire des homosexuels au Cameroun, et la position du gouvernement sur cette question.
Nous encourageons vivement les autorités camerounaises à mettre le paquet pour que les enquêtes engagées aboutissent, et que les coupables soient arrêtés et punis conformément à la loi. Nul n’a le droit d’ôter la vie à autrui.
Pour le Rejadhl
Le 2è Conseiller
Etienne Didier ONANA



La condition des personnes homosexuelles au Cameroun
La position camerounaise sur la question de l’homosexualité est constante et a été clairement exprimée au sein du Comité des Droits de l’Homme (CDH) en 2009. L’Etat a en effet rejeté la recommandation tenant à dépénaliser ce comportement qui lui avait été faite l’occasion de son passage devant ledit Conseil au titre de l’Examen Périodique Universel. Au sein du même Conseil dont il était membre, au cours de la session de 2011, le Cameroun a voté contre la résolution intitulée « droit de l’homme, orientation sexuelle et identité de genre ».
NB Cette résolution était portée par l’Afrique du Sud. S’agissant des Etats africains membres du Conseil, l’Ile Maurice est le seul à avoir voté pour la résolution. Les autres se sont soit abstenus (Burkina-Faso, et Zambie), soit ont voté contre (Angola, Cameroun, Djibouti, Mauritanie, Nigéria, Ouganda et Sénégal).
La justification de cette position tient du fait qu’en l’état actuel des Mœurs, l’homosexualité est une pratique contraire aux valeurs admises dans la société camerounaise.
L’homosexualité demeure une infraction constituée d’un acte matériel consistant à des rapports sexuels avec une personne de son sexe, (Article 374 bis du code pénal), auquel doit s’ajouter l’intention criminelle prévue à l’article 74 du même code. Il ne s’agit pas de poursuivre des individus sur la base des rumeurs et de soupçons d’homosexualité sans qu’aucun acte matériel n’ait été constaté, encore moins, de leur refuser l’accès aux soins de santé ou à tout autre droit sur la base de tels soupçons.
Tout acte de violence physique avéré et porté à l’attention des autorités judiciaires est puni conformément à la loi quel que soit son mobile et même dans le cas où la victime aurait subi une telle violence en raison de son orientation sexuelle, elle ne le dira pas, consciente du caractère punissable de l’homosexualité.
S’agissant des personnes détenues pour homosexualité, elles jouissent des mêmes conditions de détention et de protection contre la violence.
L’infraction d’homosexualité concernant le domaine secret de l’intimité sexuelle, la jurisprudence la concernant n’est pas abondante. C’est ainsi qu’en 2010, sur l’ensemble des juridictions camerounaises, seuls 27 cas d’homosexualité ont donné lieu à des enquêtes judiciaires. Sur ces 27 cas, 07 ont été classés sans suite tandis que les poursuites ont été engagées pour les 20 autres. Ces statistiques ont aussi révélé que sur les poursuites engagées, 12 impliqueraient des enfants tandis que les autres protagonistes étaient des hommes.
En 2011, le nombre de poursuites a augmenté. En effet, 36 procès-verbaux d’enquêtes préliminaires pour homosexualité ont été enregistrés dans les parquets des tribunaux et 37 personnes ont été poursuivies de ce chef. Sur 16 personnes jugées, 14 ont été condamnées et 02 relaxées. On a dénombré 08 enfants victimes, le reste étant des hommes avec 14 cas. On relève aussi 04 cas de femmes et 05 cas d’enfants impliqués.
Didier ONANA 22114587.
Source : 5è Rapport Périodique du Cameroun au Comité des Droits de l’Homme.
Réponse pénale des aux violations des droits de l’homme, cas des homosexuels.
Années 2010 2011 2012
Nombre d’enquêtes 27 Procès-verbaux
36
Procès-verbaux reçus
30
Poursuites 20 À l’information judiciaire : 12
Dans les différentes juridictions : 25 informations judiciaires 09
juridictions : 22
Affaires jugées 09 16 17
Condamnations 08 14 10
Relaxes 01 02 07

Victimes hommes 07 21 NB : 14 cas d’hommes ayant eu des rapports avec d’autres hommes ; 04 de femmes avec d‘autres femmes et 05 enfants impliqués
Victimes femmes 00 00
Victimes enfants 12 08

13:57 Écrit par Bambino dans Communiqués | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

5ème Rapport sur les Droits de l'Homme

Droits de l’Homme
Le mardi 2 juillet dernier s’est tenue dans locaux de la Commission Nationale des Droits de l’Homme et des Libertés (CNDHL), une journée de consultation des Organisations de la Société Civile (OSC) dans le cadre de l’élaboration du 5è Rapport périodique du Cameroun au Comité des Droits de l’Homme des Nations Unies. L’objectif principal de cette activité qui a reçu l’appui du Ministère de la Justice était de :
Susciter la contribution des OSC à l’élaboration du 5è Rapport périodique du Cameroun au Comité des Droits de l’Homme des Nations Unies devant le CHD en 2013 ;
Faire une large diffusion des informations que le Gouvernement va porter devant la CDH au titre de son cinquième Rapport périodique
Loveline & Eva.jpgContinuer à entretenir le dialogue et le partenariat entre le Gouvernement, les SC et la CNDHL.
Les travaux qui ont vu la participation de 28 Organisations venant de l’ensemble du territoire national et un Observateur de marque à savoir ; le Centre des Nations Unies pour les Droits de l’Homme et de la Démocratie en Afrique Centrale, étaient modérés par Mme EVA ETONGUE MAYER, ci devant Chef de Division à la CNDHL. Le Réseau des Journalistes Amis des Droits de l’Homme (REJADHL) a eu l’insigne honneur à travers Mme Loveline ENJEH sa Vice- Coordonnatrice de prononcer le mot de bienvenue de la Société Civile.
Après les civilités d’usage et la présentation du document de travail par le Coordonnateur du Réseau Camerounais des Organisations des Droits de l’Homme, l’on a constitué trois groupes de travail thématiques. C’est après plus de cinq heures de débats francs, sincères et cordiaux que les participants se sont séparés.
Nous reviendrons sur les recommandations de ce rapport.
Didier ONANA©
Atelier de validation du 5è Rapport périodique du Cameroun au Comité des Droits de l’Homme des Nations Unies du 23 juillet 2013 à Yaoundé.
Un atelier de validation du 5è Rapport périodique du Cameroun au Comité des Droits de l’Homme des Nations Unies aura lieu le mardi 23 juillet 2013 9h dans la salle des conférences du Ministère de la Justice sis au 3è étage. Voici la liste des structures attendues.

A-Représentants des Ministères et structures administratives ;
1. Services du Premier Ministre ;
2. Ministère de l’Administration Territoriale et de la décentralisation ;
3. Ministère des Affaires Sociales ;
4. Ministèrede la Communication ;
5. Ministère de la Justice ;
6. Ministère de la Défense ;
7. Ministère de la Promotion de la Femme et de la Famille ;
8. Ministère des Relations Extérieures ;
9. Délégation Générale à La Sureté Nationale ;
10. Gendarmerie Nationale ;
11. Conseil National de la Communication ;
12. ElectionsCameroon ;
13. Commission Nationale des Droits de l’Homme et des Libertés ;
14.Ordre National des Avocats.

B. Représentants des Juridictions
15.Représentant du Premier Président de la Cour Suprême ;
16.Représentant du Procureur Général près de la Cour Suprême ;
17.Représentant duReprésentant du Premier Président de la Cour Suprême ;
18.Représentant du Procureur Général près du Tribunal criminel spécial ;

C. Organisations de la Société Civile
19. Association de Lutte contre les Violences faites aux Femmes (ALVF)
20. Nouveaux Droits de l’Homme (NDH-Camerun)
21. Réseau Camerounais des Organisations des Droits de l’Homme ( RECODH);
22.Réseau des Journalistes Amis des Droits de l’Homme et des Libertés (REJADHL) ;
23. Union Nationale des Associations de et pour Personnes Handicapées (UNAPHAC) ;
24. Catholic Relief Services;
25. Mbororo Social and Cultural Develppement Association (MBOSCUDA) ;
26. Nkumu FED FED

5è Rapport périodique du Cameroun au Comité des Droits de l’Homme des Nations Unies du 23 juillet 2013 à Yaoundé.

A l’issue de l’examen du 4è rapport périodiquede l’Etat du Cameroun au titre du Pacte International relatif aux Droits Civils et Politiques (PIDCP),les 16 et 20 juillet 2010, le Comité des Droits del’Homme (CDH), après avoir relevé les points de satisfaction et les sujets de préoccupation, a formulé des observations finales. La mise en œuvre de ces recommandations y contenues devait constituer la substance du 5è Rapport périodique à soumettre au plus tard le 30 juillet 2013.
Au cours de sa 103è session, conformément à la procédure facultative adaptée à sa 90è session, le Comité a adopté une liste de points à traiter, laquelle a été transmise à l’Etat camerounais qui a consenti à apporter des réponses aux questions y contenues. Ces réponses constituent son 5ème Rapport périodique.
L’articulation des réponses s’aligne sur celle de laliste qui sollicite, dans un premier temps, les renseignements d’ordre général sur la situation des Droits de l’Homme dans le pays , y comprissur les nouvelles mesures et les faits concernant la mise en œuvre du Pacte (1)et, dans un second temps, les renseignements concernant spécifiquement la mise œuvre des articles 1 à 27 du Pacte, y compris au regard des précédentes recommandations du Comité.
Etienne Didier ONANA ©22114587

13:55 Écrit par Bambino dans Droit & Liberté, EDUCATION / | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook