Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

vendredi, 23 août 2013

Des athlètes sans visa?



paul sabin nana

À

cameroon_politics@yahoogroups.com
237medias@googlegroups.com

L’équipe nationale junior camerounais s’envole en principe dimanche prochain pour la France où elle entame le 6 septembre à Nice, le tournoi de football des Jeux de la Francophonie. Le voyage pour la cité azuréenne s’annonce incertain pour huit joueurs : deux de l’Union de Douala, deux de l’Unisport du Haut-Nkam, deux de Njalla Quan sport académie de Limbé, un de Yong sport de Bamenda et un des Astres de Douala. Ces joueurs qui figurent dans la liste des 20 joueurs retenus pour l’expédition dans l’hexagone, se sont vus refuser la délivrance des visas à l’ambassade de France à Yaoundé. Ils ont été surpris d’apprendre qu’ils devraient aller chercher à obtenir le précieux sésame au consulat de France à Douala. Toute une gymnastique rocambolesque qui soulève plusieurs interrogations. Au sein de l’opinion, elle ramène en surface le problème de l’organisation administrative au sein des sélections nationales.

« Le problème ne se pose pas au niveau de l’organisation administrative de la sélection. Il me semble que les dispositions au niveau de la délivrance des visas deviennent de plus en plus compliquées. Vous imaginez que la sélection nationale est regroupée à Yaoundé. Et lorsqu’on vous dit que les joueurs qui produisent les certificats de travail sous la forme de la photocopie de licence doivent plutôt introduire leur demande de visas à Douala, alors que la sélection est à Yaoundé, c’est incompréhensible. Vous imaginez l’équipe de France regroupée à Clairefontaine, et qu’on demande aux joueurs de l’Olympique de Marseille d’aller - See more at: http://www.sport365.fr/francophonie-8-camerounais-sans-visa-1053205.shtml#sthash.WmAEbMWq.dpuf
L’équipe nationale junior camerounais s’envole en principe dimanche prochain pour la France où elle entame le 6 septembre à Nice, le tournoi de football des Jeux de la Francophonie. Le voyage pour la cité azuréenne s’annonce incertain pour huit joueurs : deux de l’Union de Douala, deux de l’Unisport du Haut-Nkam, deux de Njalla Quan sport académie de Limbé, un de Yong sport de Bamenda et un des Astres de Douala. Ces joueurs qui figurent dans la liste des 20 joueurs retenus pour l’expédition dans l’hexagone, se sont vus refuser la délivrance des visas à l’ambassade de France à Yaoundé. Ils ont été surpris d’apprendre qu’ils devraient aller chercher à obtenir le précieux sésame au consulat de France à Douala. Toute une gymnastique rocambolesque qui soulève plusieurs interrogations. Au sein de l’opinion, elle ramène en surface le problème de l’organisation administrative au sein des sélections nationales.

« Le problème ne se pose pas au niveau de l’organisation administrative de la sélection. Il me semble que les dispositions au niveau de la délivrance des visas deviennent de plus en plus compliquées. Vous imaginez que la sélection nationale est regroupée à Yaoundé. Et lorsqu’on vous dit que les joueurs qui produisent les certificats de travail sous la forme de la photocopie de licence doivent plutôt introduire leur demande de visas à Douala, alors que la sélection est à Yaoundé, c’est incompréhensible. Vous imaginez l’équipe de France regroupée à Clairefontaine, et qu’on demande aux joueurs de l’Olympique de Marseille d’aller - See more at: http://www.sport365.fr/francophonie-8-camerounais-sans-visa-1053205.shtml#sthash.WmAEbMWq.dpuf
L’équipe nationale junior camerounais s’envole en principe dimanche prochain pour la France où elle entame le 6 septembre à Nice, le tournoi de football des Jeux de la Francophonie. Le voyage pour la cité azuréenne s’annonce incertain pour huit joueurs : deux de l’Union de Douala, deux de l’Unisport du Haut-Nkam, deux de Njalla Quan sport académie de Limbé, un de Yong sport de Bamenda et un des Astres de Douala. Ces joueurs qui figurent dans la liste des 20 joueurs retenus pour l’expédition dans l’hexagone, se sont vus refuser la délivrance des visas à l’ambassade de France à Yaoundé. Ils ont été surpris d’apprendre qu’ils devraient aller chercher à obtenir le précieux sésame au consulat de France à Douala. Toute une gymnastique rocambolesque qui soulève plusieurs interrogations. Au sein de l’opinion, elle ramène en surface le problème de l’organisation administrative au sein des sélections nationales.

« Le problème ne se pose pas au niveau de l’organisation administrative de la sélection. Il me semble que les dispositions au niveau de la délivrance des visas deviennent de plus en plus compliquées. Vous imaginez que la sélection nationale est regroupée à Yaoundé. Et lorsqu’on vous dit que les joueurs qui produisent les certificats de travail sous la forme de la photocopie de licence doivent plutôt introduire leur demande de visas à Douala, alors que la sélection est à Yaoundé, c’est incompréhensible. Vous imaginez l’équipe de France regroupée à Clairefontaine, et qu’on demande aux joueurs de l’Olympique de Marseille d’aller - See more at: http://www.sport365.fr/francophonie-8-camerounais-sans-visa-1053205.shtml#sthash.WmAEbMWq.dpuf

L’équipe nationale junior camerounais s’envole en principe dimanche prochain pour la France où elle entame le 6 septembre à Nice, le tournoi de football des Jeux de la Francophonie. Le voyage pour la cité azuréenne s’annonce incertain pour huit joueurs : deux de l’Union de Douala, deux de l’Unisport du Haut-Nkam, deux de Njalla Quan sport académie de Limbé, un de Yong sport de Bamenda et un des Astres de Douala. Ces joueurs qui figurent dans la liste des 20 joueurs retenus pour l’expédition dans l’hexagone, se sont vus refuser la délivrance des visas à l’ambassade de France à Yaoundé. Ils ont été surpris d’apprendre qu’ils devraient aller chercher à obtenir le précieux sésame au consulat de France à Douala. Toute une gymnastique rocambolesque qui soulève plusieurs interrogations. Au sein de l’opinion, elle ramène en surface le problème de l’organisation administrative au sein des sélections nationales.

« Le problème ne se pose pas au niveau de l’organisation administrative de la sélection. Il me semble que les dispositions au niveau de la délivrance des visas deviennent de plus en plus compliquées. Vous imaginez que la sélection nationale est regroupée à Yaoundé. Et lorsqu’on vous dit que les joueurs qui produisent les certificats de travail sous la forme de la photocopie de licence doivent plutôt introduire leur demande de visas à Douala, alors que la sélection est à Yaoundé, c’est incompréhensible. Vous imaginez l’équipe de France regroupée à Clairefontaine, et qu’on demande aux joueurs de l’Olympique de Marseille d’aller - See more at: http://www.sport365.fr/francophonie-8-camerounais-sans-visa-1053205.shtml#sthash.WmAEbMWq.dpuf
L’équipe nationale junior camerounais s’envole en principe dimanche prochain pour la France où elle entame le 6 septembre à Nice, le tournoi de football des Jeux de la Francophonie. Le voyage pour la cité azuréenne s’annonce incertain pour huit joueurs : deux de l’Union de Douala, deux de l’Unisport du Haut-Nkam, deux de Njalla Quan sport académie de Limbé, un de Yong sport de Bamenda et un des Astres de Douala. Ces joueurs qui figurent dans la liste des 20 joueurs retenus pour l’expédition dans l’hexagone, se sont vus refuser la délivrance des visas à l’ambassade de France à Yaoundé. Ils ont été surpris d’apprendre qu’ils devraient aller chercher à obtenir le précieux sésame au consulat de France à Douala. Toute une gymnastique rocambolesque qui soulève plusieurs interrogations. Au sein de l’opinion, elle ramène en surface le problème de l’organisation administrative au sein des sélections nationales.

« Le problème ne se pose pas au niveau de l’organisation administrative de la sélection. Il me semble que les dispositions au niveau de la délivrance des visas deviennent de plus en plus compliquées. Vous imaginez que la sélection nationale est regroupée à Yaoundé. Et lorsqu’on vous dit que les joueurs qui produisent les certificats de travail sous la forme de la photocopie de licence doivent plutôt introduire leur demande de visas à Douala, alors que la sélection est à Yaoundé, c’est incompréhensible. Vous imaginez l’équipe de France regroupée à Clairefontaine, et qu’on demande aux joueurs de l’Olympique de Marseille d’aller...
la suite dans le lien ci-dessous:

http://www.sport365.fr/francophonie-8-camerounais-sans-visa-1053205.shtml

Nana Paul Sabin
Journaliste de sport

19:19 Écrit par Bambino dans SOCIETE, Sport | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Les commentaires sont fermés.