Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

mardi, 27 août 2013

GUINNESS SA reprend le Mont Cameroun

Ascension du Mont Cameroun : le grand retour de Guinness S.A
La prochaine édition de l’ascension est lancée depuis hier. C’était à l’issue d’une convention de partenariat signée entre la fédération camerounaise d’athlétisme et la marque Guinness S.A. l’activité a eu lieu au Hilton Hôtel de Yaoundé sous les yeux de Adoum Garoua Ministre camerounais des sports et de l’éducation physique entouré de la majorité des cadres de son département et de près d’une centaine de journalistes. Malgré le retard accusé pour le démarrage de cette cérémonie qui fera date, les invités ont estimé que le jeu valait bien la chandelle.
IMG0580A.jpgPrenant la parole, Emmanuel Moutombi le président de la fédération camerounaise d’athlétisme, très ému, a dit que la date du lundi 26 aout 2013 est un grand jour pour l’athlétisme camerounais et particulièrement pour la plus grande compétition que sa fédération organise chaque année à savoir l’Ascension du Mont Cameroun. Elle est à inscrire en lettres d’or dans les annales de l’histoire de notre fédération. Il a dit sa joie de voir le retour de Guinness. C’est un signe de gloire et le résultat d’une grande ambition. Cet exemple devrait être suivi par d’autres structures pour la croissance de l’aura de la fédération et de la discipline.
Monsieur BAKER MUNGUNDA Le Directeur général de la société Guinness S.A qui est de nationalité ougandaise, a estimé que c’est un privilège pour la société qu’il dirige d’être le sponsor officiel du « Guinness Mont Cameroon Race of Hope », le nouveau nom de baptême de la compétition. Notre ambition est de faire de cette Ascension du Mont Cameroun, le plus grand évènement sportif de l’Afrique noire.
Adoum Garoua le Ministre des sports, a salué le tournant décisif pris entre les secteurs privé et public. Il a émis le vœu de voir cet exemple faire tache d’huile. L’Etat seul ne peut pas tout faire.
C’est alors que Francis Mbongue le Directeur commercial de la société Guinness S.A a procédé à la présentation de la compétition qui aura lieu le 22 février 2014. Elle aura trois catégories de compétitions :
IMG0576A.jpgLa première concerne d’une distance de 37,7 km permettra aux vainqueurs des deux sexes de remporter la somme de 10 millions de francs CFA. Elle a pour nom de baptême « Full race ».
La seconde « Half race » permettra aux vainqueurs de chaque sexe d’empocher chacun la somme de 5 millions de FCFA. Sa distance est de 20 km.
La dernière d’une distance d’environ 3 km « Quater race » permettra aux vainqueurs dame et monsieur d’empocher la somme de 3 millions de francs. Les prix en numéraire iront de crescendo. La convention signée est d’une durée en principe indéterminée, mais de trois ans plusieurs fois renouvelable.
Pour s’inscrire, les participants devront payer la somme de 5 mille francs. Les coureurs ayant participé aux trois dernières éditions seront exemptés des frais. Les inscriptions qui démarrent le 15 septembre prochain se feront soit en ligne à l’adresse www.guinnesscamerounroh.com ou www.guinnessvip.com et via facebook. Pour les autres, ils devront s’adresser aux ligues régionales ou départementales de la fédération camerounaise d’athlétisme, du ministère des sports et de l’éducation physique ou des agences régionales et des partenaires de distribution de Guinness S.A
Les éléments constitutifs du dossier :
-un certificat médical dument signé par un médecin agrée
-Une fiche d’engagement,
-Une photo 4*4
-Une licence s’il s’agit d’un athlète professionnel.
Plusieurs activités connexes seront organisées en marge de cette grande course. Le tourisme et la culture auront la part belle dans cette affaire. Coté social, le projet de Guinness prévoit aussi la restauration de la maison de l’emblématique Reine de l’Ascension Sarah ETONGUE qui était présente dans la salle.
Dans notre prochaine mise à jour, nous présenterons la marque Guinness dans ses autres aspects, les anecdotes de cette ascension et la présentation de la course de l’espoir depuis ses des lustres.
Didier ONANA© mbolo C@meroon 22114587 / 94 788688

15:09 Écrit par Bambino dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

vendredi, 23 août 2013

Atteinte aux droits de l'homme


FEDERATION INTERNATIONALE DES JOURNALISTES
19 AOÛT 2013
COMMUNIQUE DE PRESSE

La FIJ condamne le saccage d’une radio privée et appelle à une meilleure protection des journalistes en Guinée Conakry


La Fédération Internationale des Journalistes (FIJ) a aujourd’hui fermement condamné le saccage d’une radio privée et appelé à une meilleure protection des journalistes en Guinée Conakry. Selon l’Union des Journalistes d’Afrique de l’Ouest (UJAO) et l’Association des Journalistes de Guinée (AJG), affiliées à la FIJ, la radio privée Baté Fm basée à Kankan, près de 600 Km à l’Est de la capitale, a été saccagée le lundi 19 août 2013, son directeur Moussa Diawara, obligé de s’enfuir du pays.

Le saccage de la radio est attribuée à des partisans du président Alpha Condé, au pouvoir depuis 2010. Ils reprocheraient à la radio Baté Fm d’avoir rendu compte des manifestations de jeunes hostiles au président Condé qui était en visite à Kankan le jeudi 15 août dernier.

« Nous condamnons fermement le saccage de cette radio privée. C’est une grave violation de la liberté de presse et du droit à l’information. Les auteurs doivent être arrêtés et punis car la radio n’a fait que son travail en informant les populations sur la base de faits précis », a déclaré Gabriel Baglo, directeur Afrique de la FIJ.

Le président Condé a été hué par des jeunes en colère alors qu’il était en visite officielle à Kankan, sa région d’origine, le jeudi 15 août. Ils lui reprochaient de n'avoir rien fait pour le développement de cette partie du pays. La radio privée Baté FM avait largement rendu compte de cette visite et des manifestations de jeunes.
Un journaliste Abdouramane Seinkou Kaba a également été agressé. Un de ses confrères, Mamadi Cissé a été brièvement arrêté vendredi dernier. Cité par l’Agence France Presse (AFP), le journaliste Kaba a déclaré que les assaillants de la radio ont détruit « une grande partie du matériel dont des chaises, des câbles, des micros et emporté le reste, notamment le groupe électrogène, l'antenne, les amplis, etc. ». Une nouvelle dépêche de l’AFP datée du 20 août a cependant confirmé qu’une partie du matériel volé, dont l’émetteur, a été ramenée à la radio le lundi 19 août.

L’UJAO a confirmé la présence du directeur de Baté Fm Moussa Diawara à Bamako au Mali. Il a été obligé de s’enfuir pour assurer sa propre sécurité. Depuis l’arrivée au pouvoir du président Alpha Condé, c’est la première fois que la FIJ documente un cas de journaliste obligé de s’enfuir de la Guinée pour des questions de sécurité. « Nous sommes très préoccupés par la sécurité physique de Moussa Diawara, mais aussi de celle de l’ensemble des journalistes de Guinée, obligés de prendre des risques pour informer de manière équitable les populations. Leur protection est un devoir des autorités », a commenté Baglo.

La FIJ a documenté depuis le mois d’août 2012, plusieurs attaques impunies contre les médias en Guinée. La station de radio « Liberté FM », située à N'Zérékoré, dans le sud-est du pays a été fermée en août 2012 par le préfet par intérim de la ville. Les vendredi 1er et dimanche 3 mars 2013, les radios privées « Planète FM » et « Renaissance FM » avaient été respectivement attaquées. Une partie du studio de « Planet Fm » avait été attaquée par balles au moment où un dirigeant de l’opposition y était interviewé. Les locaux de « Renaissance Fm » avaient été violemment attaqués la nuit.

Au début du mois de juin 2013, Le Conseil National de la Communication (CNC) avait décidé de suspendre la radio « Planète FM » et le journaliste Mandjan Sidibé pour un mois. Le 19 juin dernier, Mamadou Siré Diallo, reporter du journal privé satirique « Le Lynx », avait été gravement battu par un groupe de policiers à Conakry alors qu’il était dans l’exercice de ses fonctions.

La FIJ considère ces attaques comme une atteinte grave à la liberté de la presse et à la liberté d'expression, et s’inquiète qu’elles soient toutes restées impunies. Des élections législatives sont prévues le mois prochain en Guinée. La FIJ demande aux journalistes de mettre en place un protocole de sécurité efficace pour mieux couvrir ce processus électoral.

Pour plus d'information, veuillez contacter la FIJ au : + 221 33 867 95 86
La FIJ représente plus de 600.000 journalistes dans 134 pays du monde

19:21 Écrit par Bambino dans Droit & Liberté, Médiascopie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : droits de l'homme | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Des athlètes sans visa?



paul sabin nana

À

cameroon_politics@yahoogroups.com
237medias@googlegroups.com

L’équipe nationale junior camerounais s’envole en principe dimanche prochain pour la France où elle entame le 6 septembre à Nice, le tournoi de football des Jeux de la Francophonie. Le voyage pour la cité azuréenne s’annonce incertain pour huit joueurs : deux de l’Union de Douala, deux de l’Unisport du Haut-Nkam, deux de Njalla Quan sport académie de Limbé, un de Yong sport de Bamenda et un des Astres de Douala. Ces joueurs qui figurent dans la liste des 20 joueurs retenus pour l’expédition dans l’hexagone, se sont vus refuser la délivrance des visas à l’ambassade de France à Yaoundé. Ils ont été surpris d’apprendre qu’ils devraient aller chercher à obtenir le précieux sésame au consulat de France à Douala. Toute une gymnastique rocambolesque qui soulève plusieurs interrogations. Au sein de l’opinion, elle ramène en surface le problème de l’organisation administrative au sein des sélections nationales.

« Le problème ne se pose pas au niveau de l’organisation administrative de la sélection. Il me semble que les dispositions au niveau de la délivrance des visas deviennent de plus en plus compliquées. Vous imaginez que la sélection nationale est regroupée à Yaoundé. Et lorsqu’on vous dit que les joueurs qui produisent les certificats de travail sous la forme de la photocopie de licence doivent plutôt introduire leur demande de visas à Douala, alors que la sélection est à Yaoundé, c’est incompréhensible. Vous imaginez l’équipe de France regroupée à Clairefontaine, et qu’on demande aux joueurs de l’Olympique de Marseille d’aller - See more at: http://www.sport365.fr/francophonie-8-camerounais-sans-visa-1053205.shtml#sthash.WmAEbMWq.dpuf
L’équipe nationale junior camerounais s’envole en principe dimanche prochain pour la France où elle entame le 6 septembre à Nice, le tournoi de football des Jeux de la Francophonie. Le voyage pour la cité azuréenne s’annonce incertain pour huit joueurs : deux de l’Union de Douala, deux de l’Unisport du Haut-Nkam, deux de Njalla Quan sport académie de Limbé, un de Yong sport de Bamenda et un des Astres de Douala. Ces joueurs qui figurent dans la liste des 20 joueurs retenus pour l’expédition dans l’hexagone, se sont vus refuser la délivrance des visas à l’ambassade de France à Yaoundé. Ils ont été surpris d’apprendre qu’ils devraient aller chercher à obtenir le précieux sésame au consulat de France à Douala. Toute une gymnastique rocambolesque qui soulève plusieurs interrogations. Au sein de l’opinion, elle ramène en surface le problème de l’organisation administrative au sein des sélections nationales.

« Le problème ne se pose pas au niveau de l’organisation administrative de la sélection. Il me semble que les dispositions au niveau de la délivrance des visas deviennent de plus en plus compliquées. Vous imaginez que la sélection nationale est regroupée à Yaoundé. Et lorsqu’on vous dit que les joueurs qui produisent les certificats de travail sous la forme de la photocopie de licence doivent plutôt introduire leur demande de visas à Douala, alors que la sélection est à Yaoundé, c’est incompréhensible. Vous imaginez l’équipe de France regroupée à Clairefontaine, et qu’on demande aux joueurs de l’Olympique de Marseille d’aller - See more at: http://www.sport365.fr/francophonie-8-camerounais-sans-visa-1053205.shtml#sthash.WmAEbMWq.dpuf
L’équipe nationale junior camerounais s’envole en principe dimanche prochain pour la France où elle entame le 6 septembre à Nice, le tournoi de football des Jeux de la Francophonie. Le voyage pour la cité azuréenne s’annonce incertain pour huit joueurs : deux de l’Union de Douala, deux de l’Unisport du Haut-Nkam, deux de Njalla Quan sport académie de Limbé, un de Yong sport de Bamenda et un des Astres de Douala. Ces joueurs qui figurent dans la liste des 20 joueurs retenus pour l’expédition dans l’hexagone, se sont vus refuser la délivrance des visas à l’ambassade de France à Yaoundé. Ils ont été surpris d’apprendre qu’ils devraient aller chercher à obtenir le précieux sésame au consulat de France à Douala. Toute une gymnastique rocambolesque qui soulève plusieurs interrogations. Au sein de l’opinion, elle ramène en surface le problème de l’organisation administrative au sein des sélections nationales.

« Le problème ne se pose pas au niveau de l’organisation administrative de la sélection. Il me semble que les dispositions au niveau de la délivrance des visas deviennent de plus en plus compliquées. Vous imaginez que la sélection nationale est regroupée à Yaoundé. Et lorsqu’on vous dit que les joueurs qui produisent les certificats de travail sous la forme de la photocopie de licence doivent plutôt introduire leur demande de visas à Douala, alors que la sélection est à Yaoundé, c’est incompréhensible. Vous imaginez l’équipe de France regroupée à Clairefontaine, et qu’on demande aux joueurs de l’Olympique de Marseille d’aller - See more at: http://www.sport365.fr/francophonie-8-camerounais-sans-visa-1053205.shtml#sthash.WmAEbMWq.dpuf

L’équipe nationale junior camerounais s’envole en principe dimanche prochain pour la France où elle entame le 6 septembre à Nice, le tournoi de football des Jeux de la Francophonie. Le voyage pour la cité azuréenne s’annonce incertain pour huit joueurs : deux de l’Union de Douala, deux de l’Unisport du Haut-Nkam, deux de Njalla Quan sport académie de Limbé, un de Yong sport de Bamenda et un des Astres de Douala. Ces joueurs qui figurent dans la liste des 20 joueurs retenus pour l’expédition dans l’hexagone, se sont vus refuser la délivrance des visas à l’ambassade de France à Yaoundé. Ils ont été surpris d’apprendre qu’ils devraient aller chercher à obtenir le précieux sésame au consulat de France à Douala. Toute une gymnastique rocambolesque qui soulève plusieurs interrogations. Au sein de l’opinion, elle ramène en surface le problème de l’organisation administrative au sein des sélections nationales.

« Le problème ne se pose pas au niveau de l’organisation administrative de la sélection. Il me semble que les dispositions au niveau de la délivrance des visas deviennent de plus en plus compliquées. Vous imaginez que la sélection nationale est regroupée à Yaoundé. Et lorsqu’on vous dit que les joueurs qui produisent les certificats de travail sous la forme de la photocopie de licence doivent plutôt introduire leur demande de visas à Douala, alors que la sélection est à Yaoundé, c’est incompréhensible. Vous imaginez l’équipe de France regroupée à Clairefontaine, et qu’on demande aux joueurs de l’Olympique de Marseille d’aller - See more at: http://www.sport365.fr/francophonie-8-camerounais-sans-visa-1053205.shtml#sthash.WmAEbMWq.dpuf
L’équipe nationale junior camerounais s’envole en principe dimanche prochain pour la France où elle entame le 6 septembre à Nice, le tournoi de football des Jeux de la Francophonie. Le voyage pour la cité azuréenne s’annonce incertain pour huit joueurs : deux de l’Union de Douala, deux de l’Unisport du Haut-Nkam, deux de Njalla Quan sport académie de Limbé, un de Yong sport de Bamenda et un des Astres de Douala. Ces joueurs qui figurent dans la liste des 20 joueurs retenus pour l’expédition dans l’hexagone, se sont vus refuser la délivrance des visas à l’ambassade de France à Yaoundé. Ils ont été surpris d’apprendre qu’ils devraient aller chercher à obtenir le précieux sésame au consulat de France à Douala. Toute une gymnastique rocambolesque qui soulève plusieurs interrogations. Au sein de l’opinion, elle ramène en surface le problème de l’organisation administrative au sein des sélections nationales.

« Le problème ne se pose pas au niveau de l’organisation administrative de la sélection. Il me semble que les dispositions au niveau de la délivrance des visas deviennent de plus en plus compliquées. Vous imaginez que la sélection nationale est regroupée à Yaoundé. Et lorsqu’on vous dit que les joueurs qui produisent les certificats de travail sous la forme de la photocopie de licence doivent plutôt introduire leur demande de visas à Douala, alors que la sélection est à Yaoundé, c’est incompréhensible. Vous imaginez l’équipe de France regroupée à Clairefontaine, et qu’on demande aux joueurs de l’Olympique de Marseille d’aller...
la suite dans le lien ci-dessous:

http://www.sport365.fr/francophonie-8-camerounais-sans-visa-1053205.shtml

Nana Paul Sabin
Journaliste de sport

19:19 Écrit par Bambino dans SOCIETE, Sport | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

lundi, 19 août 2013

Brèves à gogo


*Annulation du deuxième stage des journalistes sportifs prévu du 02
au 08 septembre 2013 à OYO (Congo).

Salutations Sportives

Le Directeur Administratif
DAGNOGO Abou Dramane
Le champion sud-africain est de retour devant les juges, ce lundi, pour entendre les charges qui seront définitivement retenues contre lui. Son procès aura lieu du 3 au 20 mars 2014. Le champion sud-africain est de retour devant les juges, ce lundi, pour entendre les charges qui seront définitivement retenues contre lui. Son procès aura lieu du 3 au 20 mars 2014. : Celui-ci aura lieu du 3 au 20 mars comme l’a annoncé le procureur Gerrie Nel lors de l’audience de lundi. Le juge a également notifié par écrit à l’athlète les charges retenues contre lui, mais le document n’a pas été immédiatement rendu public. Si le meurtre avec préméditation est retenu, l’athlète sera passible de la réclusion criminelle à perpétuité.
Accompagné de sa sœur Aimee et de son frère Carl, Oscar Pistorius est arrivé au tribunal peu avant 9h30 ce lundi à Pretoria. Les trois se sont donnés la main, tandis qu’Aimée récitait une prière. Pistorius tournait le dos aux caméras, mais des larmes roulaient sur ses joues.
Football
Samuel ETOO et son club russe d’ANZHI broient du noir. Hier encore devant Zénith St Petesbourg, ils ont bu la tasse en encaissant trois buts contre rien.
Coton sports de Garoua en champions league africaine n’est pas encore qualifié pour les 16è de finales après sa seconde victoire. Lors de phase retour, ils auront deux sorties qu’il faudra bien négocier avant d’espérer une qualification très attendue.
Elite One et Two : Cosmos freiné par Achille de Saa, Apejes boit la tasse : 4-0 face au dragon, Canon tombe à Bafang, Tkc à Yaoundé.
Le salon de l’action Gouvernementale s’ouvre demain à Yaoundé. C’est la 2 édition du genre.

16:12 Écrit par Bambino dans Communiqués | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

vendredi, 16 août 2013

Une plate forme pour les artisans du Mfoundi

Elle est enfin là la plate forme des artisans du Mfoundi

BIG TABLEAU.JPGLongtemps annoncée, la mise sur pied d’une plate forme de concertation des acteurs du secteur informel de l’Art camerounais est enfin sortie des fronts baptismaux. C’est la grande information à retenir de la réunion qui a eu lieu le mercredi 7 aout dernier dans la salle de la maison du parti des flammes du quartier Nkoldongo à Yaoundé.
Adeline M.JPGIls sont venus, les uns doutant, les autres sereins, d’autres encore partagés entre les deux sentiments. Finalement, tous ont été rassurés à la fin du discours de bienvenue de la promotrice, la bien connue Adeline MOFOGNE, présidente de l’association des femmes handicapée actives du Cameroun. Pendant plus de trois heures, les quatre dizaines d’artistes présents et les représentants de l’administration locale ont échangé , discuté et revu tous les contours de cette nouvelle initiative qui s’annonce très prometteuse pour les artistes et les artisans, pour vu que les uns et les autres le veuillent et y mettent leur volonté et leur sérieux. Entre la présentation du projet, du rapport de l’enquête menée auprès des propriétaires des galeries de Yaoundé, les réflexions sur la forme et le mode de fonctionnement, ainsi que la dénomination, il ya eu un défoulement de la part des quelques sceptiques qui croyaient encore à un regroupement de plus.
Pour l’artiste Frank Bell que nous avons eu le plaisir de rencontrer, « c’est une initiative louable. Nous devons tous œuvrer pour sa réussite car il est enfin temps que l’artiste camerounais sorte de sa clochardisation ».
Théophile Kemmogne, « il nous faut servir saisir cette opportunité pour pouvoir sortir l’artiste camerounais de l’amateurisme. Nous devons travailler en synergie, échanger nos expériences et mobiliser de manière concertés toutes les ressources humaines et matérielles. Evoluer en rangs dispersés ne profitera à personne. Nous demeurerons toujours faibles et fragiles »
Pour Adeline Mofogne la maitresse d’œuvre, « c’est un jour nouveau qui se lève pour l’art contemporain camerounais. »
Afhac.jpgEn attendant la suite du processus, souhaitons que les artisans du Mfoundi particulièrement sortent nombreux de leurs ateliers pour se muer en un regroupement fort, qu’ils produisent enfin des œuvres durables et de qualité.
Le projet est financé par l'UNESCO.
Nous reviendrons sur la suite du processus.
Didier ONANA©mboloC@meroon 94788688

16:09 Écrit par Bambino dans Business / Promotion, Culture, HANDICAP-CAMEROON, SOCIETE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook