Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

mardi, 11 mai 2010

COIFFURES ET PARURES BAMOUN: Fabrice NGON EXPOSE !!!

EXPOSITION :

    FABRICE NGON  CELEBBRE LA FEMME DANS …

     « COIFFURES ET PARURES BAMOUN »

visiteur expo.jpgQue serait le Cameroun  sans le peuple Bamoun ?  Beaucoup de camerounais se posent souvent cette question. En effet, s’il nous était permis de classer les différents peuples camerounais par ordre d’importance culturelle, de richesses artistiques, de traditions orales matérielles, et ou immatérielles, de traditions ou de personnalités emblématiques, le peuple Bamoun occuperait certainement les premières loges.

Issu du département du Noun dans  la riche région des Grass-Fields de l’Ouest –Cameroun, le peuple Bamoun est bourru d’une histoire très riche avec des traditions fortes d’où l’important  flux remarqué chaque année en direction de cette partie du pays. On dirait une zone bénie des dieux : un sol riche d’où sortent d’abondantes  cultures qui ravitaillent une bonne partie des marchés du Cameroun, un artisanat prolifique et varié, une gastronomie  copieuse et diversifiée, des hommes ingénieux à l’instar de NJOYA qui inventa une écriture qui permit à son peuple de s’instruire. Qui oserait parler des Bamoun sans évoquer l’emblématique  Sultan Ibrahim MBOMBO NJOYA, l’actuel roi, une figure dont le Cameroun ne pourra jamais oublier à cause de son parcours politique et des services rendus à la nation camerounaise.

C’est certainement  ce qui a poussé Fabrice NGON, reporter photographe  émérite, en service au quotidien national Cameroon-Tribune à consacrer en cette année du cinquantenaire de l’indépendance du Cameroun une exposition photos.

explications ngon.jpg« J’ai voulu célébrer et magnifier la beauté, la liberté et l’épanouissement de la femme Bamoun. J’ai voulu lui donner un moyen d’afficher et d’extérioriser son identité. J’ai choisi pour le faire, la photographie qui est un art majeur, un vecteur de communication sociale, un moyen d’expression et de créativité, une autre façon aussi de lutter contre la pauvreté. »

Fabrice  NGON a donc parcouru le sultanat et tout le département du Noun pour découvrir les richesses de la coiffure féminine. Il a à la fin retenu et réalisé 16 portraits en numérique, noir et blanc, de format 30 x 45 cm. Ces tableaux à la beauté inqualifiable représentent donc les coiffures traditionnelles de la femme Bamoun. Des tresses nattées aux coiffures traditionnelles , modernes et  classiques ornées de cauris avec des tatouages des cultures musulmane et  touareg. Un chef d’œuvre que n’ont pas manqué d’apprécier et d’admirer les nombreuses personnes venues vendredi dernier à l’hôtel Djeuga de Yaoundé. Parmi les personnalités présentes, pas moins que le … Sultan Ibrahim MBOMBO NJOYA, roi des Bamoun dont la classe et le rang social font de lui un être qu’on ne déplace pas facilement. La qualité de l’œuvre valait bien la peine. Il avait à ses cotés, le ministre chargé des relations avec les assemblées, Monsieur  Grégoire OWONA, des députés et d’autres figures marquantes de la culture camerounaise et de la cour royale qui se sont reconnues dans cette œuvre. Enfin et c’est rare en matière de culture à Yaoundé, une forte présence des journalistes.

Photo du haut: Une vue de l'exposition.

Photo du bas: Fabrice NGON explicant son oeuvre au sultant MBOMBO NJOYA.

Didier ONANA©mbolocameroon 22 11 45 87

mbolocameroon@yahoo.fr

 

vendredi, 09 octobre 2009

Fier d'être enseignant :un métier noble

SUITE ET FIN DE L' ENTRETIEN

Question:D'après vous,que faut-il faire pour rendre l'Enseignant camerounais à l'aise ?

AMOUGOU AKOA:Je peux déjà vous dire que les conditions de travail sont meilleures dans le privé.On essaie de faire le mieux qu'on peut dans la pluspart des établissement que je connais  et qui valent la peine.Il faut le dire,il y en a qui ne sont pas tout à fait au niveau de ce qu'ils devraient être.Donc,les conditions de l'enseignant en dehors des conditions matérielles sont nettement améliorées dans le privé.Ce n'est pas pour faire de la contre publicité au public,l'Etat a toutes les charges mais on devrait d'abord s'occuper de l'enseignant.Mais là on semble plus prendre en considération l'élève.Cela n' apas la répercussion qu'on veut au niveau de l'éducation en général.On ne peut pas prendre l'un et laisser l'autre comme on dit.Ca fait qu'il y a un petit  quelque part qui reste difficile à gérer.je comprends que l'éducation c'est quelque chose de difficile à gérer.les classes de 60 élèves sont encore bien lourdes à gérer pour un enseignant.

question: Fier d'avoir choisi la carrière d'enseignant?

AMOUGOU AKOA:"Oui et je le suis encore (rires).Je suis encore sur la craie,fier d'être enseignant.au bout de 35 ans ,j'ai maintenant pour mon compte personnel et même pour les autres aussi.Quand je revois mes produits sur le terrain et qui me rendent au moins les honneurs qu'il me faut,je crois que ,j'ai pas mal fait au Cameroun.J'ai rendu pas mal de services  et ce n'est pas fini.Je crois que ça m'encourage beaucoup.En fait,quand on a passé 35 ans quelque part,c'est toute une vie et ce n'est pas facile de faire le décompte.

Question: Le meilleur souvenir de votre carrière?

AMOUGOU AKOA:" C'est quand j'ai vu mon premier étudiant monter au grade de Professeur d'Université. Je ne vais pas le citer.C'est un professeur de médécine.

Question:Et le pire ?

AMOUGOU AKOA:" Je n'ai pas malheureusement d'idée noire de l'enseignement.

Etienne Didier ONANA (c)mbolocameroon/Oct 2009.

11:25 Écrit par Bambino dans EDUCATION / | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : éducation, journée de l' enseignant | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

mardi, 06 octobre 2009

Il n'y a pas de moitié de société:Amougou AKOA

Les élèvmbolo cameroon ngoyo 019.jpges de la fondation Scolaire A.A et leur fondateur.Photo:Didier ONANA(c)mbolocameroon.

Question:A votre avis, Y a t-il une différence entre les problèmes des enseignants du Privé et ceux du public?

AMOGOU AKOA:"Vous savez,il n'y a pas de moitié de société,de société de privé de société de public.Non ça n'existe pas.Je dirais que les problèmes sont exactement si non à très peu de choses près,les mêmes dans notre société.Je ne fais donc pas beaucoup de différences entre le privé et le public.Il n' y a pas beaucoup de différences de fond,peut- être qu'il peut avoir des aménagements parci,par là.Il n' y a pas un standard.Pour moi,les problèmes sont les mêmes partout.

Question:N'y a t-il pas une quelconque spécificité?

AMOUGOU AKOA:"Si,au point de vue des salaires.En fait,je lie ça à la société parceque si au niveau social,on évalue le coût de l'éducation d'un enfant,je ne sais pas s'il y a 10 % des camerounais qui peuvent payer  actuellement.Donc en fait les scolarités sont en deça ,c'est pour ça que certains établissements sont obligés de faire le remplissage des classes même au privé où on a déjà,ce n'est peut-être pas le cas au Complexe "AA",des effectifs de plus de cent élèves par classe.Ce n'est pâs admissible en fait dans le privé.C'est pour essayer de compenser le manque à gagner qu'il aurait si on devait taxer le coû^t de l'éducation réelle  des enfants.

22:21 Écrit par Bambino dans EDUCATION / | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : enseignant, journée mondiale | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Les Enseignants se célèbrent !!!

Pr AMOUGOU AKOA:photo Didier ONANA(c)mbolocameroon/Oct2009.

mbolo cameroon ngoyo 018.jpg

 La Journée mondiale de l'enseigant s'est célébrée hier sur toute l'étendue de la planète.Le CAMEROUN,pays de forte tradition en matière d'éducation,n' a pas dérogé à la règle.Pour soutenir ce corps qui fait tant dans l'édification et la formation de l'être humain, nous avons rencontré un Enseignant chevronné,AMOUGOU AKOA,Professeur des Universités et fondateur du Complexe scolaire "AA" situé au quartier Ahala (arrondissement de Yaoundé III)pour qu'il nous parle de la signification de cette journée.

Question: Monsieur AMOUGOU AKOA ,peut- on savoir ce qui vous a poussé à créer un établissement scolaire?

AMOUGOU AKOA:"J'ai cru qu'il était utile de redescendre à la base de l'éducation pour comprendre un certain nombre de problèmes qui existent dans notre système éducatif.J'ai dû faire ce retour en là en "AA"c'est à dire,les premières lettres que prononcent les bébés...

Question: Alors,que représente pour vous, la célébration de  la journée mondiale de l'enseignant?

AMOUGOU AKOA:"La célébration de la journée mondiale de l'enseignant est une bonne chose,c'est une grande journée,moi même je suis (sourire) déjà enseignant de profession.J'ai 35 ans d'expérience sur le terrain.J'enseigne depuis 1974.C'est pour moi un rappel de l'enseignant à ses nobles fonctions .Une noble fonction doit être rappelée chaque fois ,parce qu'il ya toujours des gens qui perdent le Nord,sans trop savoir où ils sont.Cette journée doit rappeler la dignité qu'a l'enseignant aussi bien au niveau de la société qu'au niveau des administrations chargées de l'ducation d'une manière générale.C'est donc un problème au niveau des personnes ,et aussi un rappel de l'Etat.Je suis tout à fait clair au niveau de l'Etat qui a encore beaucoup de devoirs à rendre à l'enseignant pour restaurer la dignité de celui-ci.Moi même je suis dans le corps et je me sens concerné par la journée de l'enseignant.

Didier ONANA(c)mbolocameroon/Oct2009

A SUIVRE ...

21:45 Écrit par Bambino dans EDUCATION / | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : enseignant, journée mondiale | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

lundi, 07 septembre 2009

RENTREE SCOLAIRE 2009/2010:C'EST PARTI CE MATIN!

fondateur les fboss.jpgLa rentrée scolaire 2009 /2010 a eu lieu ce matin sur toute l'étendue du territoire camerounais.Pendant neuf mois plus de cinq milions d'élèves vont reprendre une nouvelle vie qu'ils connaissent pour la majorité afin d'acquérir le savoir nécéssaire pour leur formation,leur éducation et leur épanouissement.

Nous avons rencontré Monsieur Tarcissius NDZIE NKODO,fondateur du Collège "Les Futurs Boss" à Yaoundé qui nous présente son établissement et nous parle de cette rentrée scolaire.Le collège privé "Les futurs Boss" est situé au quartier Nsam,arrondissement de Yaoundé III.Bientôt une decennie d'existence.Il été crée par un ancien enseignant soucieux d'apporter sa modeste contribution à l'édification d'une nation où l'élève est au centre des préoccupations.Professeur Certifié des Lycées d'Enseignement secondaires pendant 17 ans,il a accumulé une expérience qu'il a tenu à transmettre aux générations futures.Comment son établissement a-il  préparé cette nouvelle année?

Tarcissius NDZIE NKODO:" Nous avons commencé très tôt par la propreté générale de l'établissement à savoir:badigeonner à les murs intérieur et extérieur jusqu'au niveau de la clôture et les réfections de tout genre.Nous avons préparé les documents nécessaires que sont les cahiers d'appel,de texte et le recrutement des nouveaux enseignants.A ce jour,je peux dire que nous sommes prêts."

NB:(Entretien réalisé la semaine passée).

Didier Etienne ONANA(c)mbolocameroon/Septembre2009.

11:24 Écrit par Bambino dans EDUCATION / | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : education;rentrée scolaire, promotion, collèges, lycées | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook