Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

lundi, 21 mars 2011

Report de stage !

La Confédération africaine de handball annonce avec beaucoup de peine, le report à une date ultérieure du stage de handball qu’elle devait organiser à Yaoundé à l’intention des journalistes sportifs du continent en marge de la coupe d’Afrique des vainqueurs de coupe et de la super coupe « BABACAR FALL »

18:01 Écrit par Bambino dans Communiqués, Evènements à venir, Hand-ball, Sport | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : handball;report de stage, journaliste | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Journée mondiale de l'eau 2011

Journée mondiale de l’eau 2011 : Quelques statistiques

40 % de la population mondiale n'a pas accès à des installations sanitaires améliorées

Publié le 27 juill. 2010

En 2008, 2,6 milliards de personnes, soit 40 % de la population mondiale, n'avaient pas accès à des installations sanitaires améliorées. Or l'accès à l'eau potable et à l'assainissement est indispensable à la santé. Chaque année, 1,5 million d'enfants meurent de maladies diarrhéiques imputables aux effets conjugués d'un assainissement insuffisant, d'un approvisionnement en eau insalubre et d'une hygiène défectueuse.

Réduire de moitié, d'ici 2015, le pourcentage de la population qui n’a pas accès à des installations sanitaires de base : c’est l’une des cibles des objectifs de développement pour le Millénaire (ODM). Les progrès sont lents et, si rien ne change, cette cible ne sera pas atteinte.

L’accès à des installations sanitaires améliorées

Même si le pourcentage de la population disposant d'un accès à des installations sanitaires améliorées est en hausse dans toutes les régions du monde depuis 1990, le nombre de personnes concernées en valeur absolue a augmenté en raison de la lenteur des progrès et de la croissance démographique. Le pourcentage de la population bénéficiant d’installations sanitaires améliorées est particulièrement bas en Afrique subsaharienne (31 %) mais c’est l’Asie du Sud qui abrite le plus grand nombre de personnes qui en sont dépourvues.

Accès installations sanitaires améliorées
Répartition des 2,6 milliards de personnes n'ayant pas accès à des installations sanitaires appropriées en 2008
40 % de la population des pays en développement n'ont pas accès à un système d'assainissement amélioré :

  • 17 % de la population pratiquent la défécation à l’air libre, qui constitue la pratique la plus à risque.
  • 11 % de la population utilisent un système d'assainissement non amélioré (soit des installations qui ne permettent pas d’éviter que l’utilisateur et son milieu immédiat n’entrent en contact avec les excréta).
  • 11 % de la population utilisent un système d'assainissement acceptable mais les installations sont communes (partagées par deux autres foyers ou plus, ou installations publiques).


Il existe des contrastes importants entre la couverture sanitaire urbaine et rurale. Dans les pays en développement, 70 % de la population urbaine utilisent un système d'assainissement amélioré, contre 40 % en milieu rural. Mais la situation varie en fonction des régions. L'écart de couverture sanitaire entre les populations rurales et urbaines est de 30 points de pourcentage ou plus en Amérique latine et dans les Caraïbes. L'Asie du Sud et l'Afrique subsaharienne présentent également d'importantes disparités avec un écart de 30 points alors que l'écart dans la région Asie de l'Est et Pacifique est de 10 points.

 

 

vendredi, 18 mars 2011

Quatre nouvelles fédérations sportives au Cameroun

Quatre nouvelles fédérations sportives      bientôt au Cameroun

 

Ca y est !  Le Cameroun vient d’augmenter le nombre de ses fédérations sportives. C’est le fruit de la tenue samedi dernier d’une assemblée générale extraordinaire  de la fédération camerounaise des sports pour handicapés, convoquée par le ministre camerounais des sports et de l’éducation physique, Michel ZOAH. Des assises très attendues, émouvantes et nostalgiques….

Didier ONANA

Il fallait comme on a coutume de le dire en langage familier au Cameroun, avoir la pierre à la place du cœur pour   ne pas vivre avec mélancolie, les derniers instants du Lieutenant Colonel Emile ABENG MBOZO’O comme président de l’ex fédération camerounaise des sports pour handicapés, et surtout de lire le communiqué final constatant la dissolution de la structure qu’il a dirigée pendant neuf ans. Neuf ans de bonheur et aussi de difficultés où ce médecin de l’armée camerounaise a eu à affronter et à essuyer toutes sortes de réactions. Quoi qu’on dise aujourd’hui, le médecin Colonel Emile ABENG MBOZO’O sera rentré dans l’histoire comme ayant été le tout premier  et le tout dernier président de la fédération camerounaise des sports pour handicapés et celui qui, quelles que soient les conditions et la manière, aura conduit à sa dissolution et à la naissance des fédérations par type de handicap soit ; une pour les déficients visuels, une pour les handicapés physiques, une pour les sourds et enfin une pour les handicapés mentaux. Les quatre fédérations devant conduire à la mise sur pied dans quarante cinq jours du très attendu comité paralympique camerounais.

 Prenant la parole devant une assemblée surchauffée, le médecin Colonel Emile ABENG MBOZO’O, l’émotion dans la voix, dans un discours improvisé mais cohérent, a dit  que ce jour « est un grand jour pour le mouvement sportif  pour handicapés, un jour symbolique et plein de significations. Il consacre une phase de mutation et de transformation vers un idéal meilleur  avec la création prochaine d’un comité national paralympique ». Puis il a remercié le ministre des sports pour avoir favorisé cette montée en puissance. Il a ensuite fait l’historique du sport pour handicapés qui est parti du simple divertissement, la rééducation pour aboutir à la fédération en passant par la phase d’association. De la fédération, ce sport va vers quatre fédérations spécifiques pour chuter sur un comité paralympique. Il a fait une sorte d’esquisse de bilan ponctuée par la participation régulière des athlètes handicapés aux compétitions internationales avec chaque fois des lauriers. A ce jour, pas moins de six sportifs handicapés camerounais font les beaux jours des clubs occidentaux. Parlant des difficultés rencontrées pendant son règne, Emile ABENG a évoqué l’absence d’un secrétaire général  pendant et le départ pour des raisons diverses d’autres membres du bureau installé par l’ancien ministre des sports Pierre Ismaël BIDOUNG MKPATT. Ce qui a contribué à fragiliser son action. Il évoqué aussi ce qu’il a qualifié de « flou du comité paralympique mis sur pied par certaines personnes mais non reconnu ». Il a évoqué le non paiement des cotisations du Cameroun auprès des instances internationales. Il a terminé son propos en émettant le vœu que la mue que connaît le mouvement sportif pour handicapés aujourd’hui soit salvateur et lui permette de prendre son envol. C’est par des remerciements que Emile ABENG MBOZO’O a tiré a révérence comme président…

Arborant un ensemble de couleur beige, l’air grave mais serein, Michel ZOAH le ministre des sports et de l’éducation physique  a situé le contexte dans lequel se tient cette assemblée générale qui va en droite ligne des « résolutions fortes » des états généraux qui se sont tenus en novembre 2010 à Yaoundé. Ceux-ci  souhaitaient le renforcement  et la cohésion des structures  des disciplines paralympiques  comme stratégies  de développement de ces sports. Il a demandé aux  participants à cette assemblée d’examiner sans détour, sans complaisance et sans fioriture, les textes qui leur seront soumis. « Enrichissez et  amendez les afin qu’ils soient parmi les meilleurs possibles » C’est en donnant la suite du chronogramme de restructuration de ce mouvement qui prévoit dans les 30 jours suivant l’adoption des textes devant régir les quatre futures fédérations, les élections des conseils d’administration et des bureaux exécutifs, puis quinze jours plus tard, la naissance du comité paralympique camerounais.

Les travaux en commission ont permis aux nombreux participants de procéder à quelques amendements puis à l’adoption des statuts et règlements de ces quatre futures fédérations. Ainsi les déficients visuels ont  retenu «  la fédération camerounaise des sports pour déficients visuels : FECASDEV » les handicapé physiques «  Fédération camerounaise des sports pour handicapés physiques : FECASDEP » « Fédération camerounaise des sports pour sourds FECASSO » pour les Sourds, et pour les mentaux «  Fédération camerounaise des sports pour déficients intellectuels : FECASDI » C’est dans une ambiance pleine d’espoirs que les participants à cette assemblée générale se sont séparés. Rendez-vous est pris dans 30 jours pour les élections et déjà, les couleurs sont annoncées. Elles seront houleuses chez les Moteurs et les Visuels. Quant au Comité paralympique camerounais, les tractations vont bon train depuis. Certaines personnes auraient approché il y a quelques jours, monsieur NDOUDOUMOU Jean Jacques, le Directeur général de l’Agence de régulation des marchés publics (ARMP) pour lui proposer le poste de président… Ca va très vite !!!

Didier ONANA© mbolocameroon 22114587/70311128/94788688

 

 

jeudi, 17 mars 2011

MBOLO CAMEROON EN TABLOIDE BIENTOT

IMPORTANTES NOTES

Nous remercions tous les visiteurs de notre blog pour la confiance en nous placée. Malheureusement, nous ne sommes pas haileté à publier les fiches d’inscription pour le recrutement de 25 000 diplômés. Nous n’en avons pas eu mandat. Vous pouvez entrer dans le site : www.minfopra.gov.cm

Merci pour la confiance.

La rédaction.

MBOLO CAMEROON BIENTÖT EN TABLOIDE

En vue de permettre à beaucoup de jeunes camerounais de trouver du travail sur place, le Groupe Multi Média MBOLO CAMEROON entend mettre sur le marché, un journal papier format tabloïde. A cet effet, tous ceux qui aimeraient passer des annonces , faire la promotion, la publicité ou se faire connaître sont priés de nous contacter dès maintenant à l’adresse

mbolocameroon@yahoo.fr ou au

94 78 86 88/ 70 31 1128

Quelques brèves....

Journée mondiale de l’eau (22 mars 2011) – Apporter une eau propre et saine aux communautés: le rôle de l’OIT

Bien que l’Assemblée générale des Nations Unies ait déclaré que l’accès à l’eau potable était un droit de l’homme, des milliers de personnes meurent chaque jour de maladies hydriques et de nombreux pays auront du mal à atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement relatifs à l’eau. L’OIT travaille avec les gouvernements et avec les organisations d’employeurs et de travailleurs en vue d’identifier les priorités d’investissement en matière d’infrastructures afin de créer des emplois et d’approvisionner les communautés en eau potable.

©mbolocameroon 22 11 45 87 /70 31 11 28 /94 78 86 88

Didier ONANA

Source : site de l’OIT