Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

jeudi, 17 mars 2011

Quelques brèves....

Journée mondiale de l’eau (22 mars 2011) – Apporter une eau propre et saine aux communautés: le rôle de l’OIT

Bien que l’Assemblée générale des Nations Unies ait déclaré que l’accès à l’eau potable était un droit de l’homme, des milliers de personnes meurent chaque jour de maladies hydriques et de nombreux pays auront du mal à atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement relatifs à l’eau. L’OIT travaille avec les gouvernements et avec les organisations d’employeurs et de travailleurs en vue d’identifier les priorités d’investissement en matière d’infrastructures afin de créer des emplois et d’approvisionner les communautés en eau potable.

©mbolocameroon 22 11 45 87 /70 31 11 28 /94 78 86 88

Didier ONANA

Source : site de l’OIT

lundi, 07 mars 2011

Journalistes sportifs camerounais : Bientôt aux urnes !!!

COMMUNIQUE
L'assemblée générale annuelle ordinaire de l'Association des journalistes sportifs du Cameroun (AJSC) se tiendra les 22 et 23 avril 2011 à Kribi, en application de l'une des résolutions de l'assemblée générale de 2010 tenue à Buea.
Il s'agit d'une assemblée générale élective, puisque le Bureau exécutif élu à Yaoundé le 23 mars 2007 lors du "congrès de la relance" arrive au terme de son mandat quadriennal.
Conformément aux textes de l'AJSC, ne seront enregistrés comme délégués à ces assises que les membres de l'AJSC à jour de leurs obligations, c'est-à-dire ayant soldé leur cotisation mensuelle pour l'exercice 2010 et étant à jour de ladite cotisation jusqu'au mois de la tenue de la nouvelle assemblée générale. Pour rappel, les cotisations des membres s'élèvaient à 2000 FCFA par mois et par membre jusqu'au 31 décembre 2010. L'assemblée générale de Buea, constatant les difficultés de financement de notre association, avait pris la résolution de revaloriser le taux des cotisations: elles passent à 3000 FCFA à compter du 1er janvier 2011.
Les membres sont donc cordialement invités à régulariser leur situation auprès de la trésorerie et à se mobiliser pour le rendez-vous de "Kribi 2011". En plus, comme à l'accoutumée, les frais de participation à l'assemblée générale, par membre actif à jour, s'élèvent à 10 000 FCFA.
Bienvenue à tous pour la poursuite de l'oeuvre de redynamisation de l'AJSC et de valorisation de notre corporation, acteur incontournable du mouvement sportif et de la grande famille de la communication.
Fait à Yaoundé, le 22 février 2011
Le Président de l'AJSC
Emmanuel Gustave SAMNICK

lundi, 21 février 2011

Dans les coulisses,....

                          

     DANS LES COULISSES ….

 

QUE DE BILLETS DE BANQUE !!!

Même si on était aveugle à la cérémonie de présentation de vœux au président Bello Bouba, l’on devait se rendre compte de la présence et de la distribution  massive des billets de banque. L’aumône  et le partage  faisant partie du quotidien du grand nord camerounais, il y avait une présence significative de griots et autres artistes (toutes obédiences) à cet évènement qui a ressemblé à un moment donné à un meeting politique. Naturellement certains cadres du parti n’ont pas hésité à distribuer  cet argent au point où, certaines idées ont failli germer dans la tête de certaines personnes qui passaient et repassaient à volonté ’s’exhiber  et recevoir sur la tête ces billets craquant neufs! Le plus intéressant c’est que, à une exception près, tous ces billets étaient de la plus petite coupure, c'est-à-dire 500 francs CFA. On dirait que ces hauts cadres de l’UNDP s’étaient concertés sur ce sujet. En tout cas, ils ont bien joué leur jeu !!!

 

Les journalistes aussi !!!

Il n’ y avait pas que les griots et autres artistes qui sont tombés sous le charme des billets craquant neufs de 500 francs que distribuaient les cadres de l’ UNDP samedi dernier. Il y avait aussi les …. Journalistes ! Eh oui, comment pouvaient-ils rester insensibles devant tant de générosité ? Non il fallait avoir la pierre sur le cœur pour résister à la tentation. A défaut de se muer en danseur ou griot du Nord, certains journalistes ont utilisé leur arme « fatale ? » : les caméras et ou les dictaphones. Chacun est parti de son inspiration et de son carnet d’adresse et de son intuition pour « réaliser une interview». C’est à peine s’ils n’amenaient pas « leur gibier » dans les toilettes question d’éviter les regards inquisiteurs  et la présence de leurs autres confrères. L’ombre des arbres, les coins  et endroits isolés de la vaste enceinte du siège du parti de Bello Bouba. Les personnalités les plus sollicitées étaient celles qui, pendant le passage des artistes avaient « montré de bonnes dispositions, ou leur aptitude à distribuer les billets de banque » Pour la petite histoire, ça a bien marché puisque beaucoup s’en sont sortis avec des sommes avoisinant la dizaine voire la vingtaine de mille. « Journalistes et  Grattage » !!!

 

                MOTO VOLEE !!!!

La sécurité de l’ UNDP a failli à sa mission samedi dernier. Tout se serait bien passé s’il n’ y avait pas eu le vol spectaculaire d’une moto de marque sanili. Le plus cocasse c’est que cette moto avait été enchaînée par son propriétaire qui pressentait certainement quelque chose. Malheureusement, pendant que tout le monde était concentré et emporté par la bière à pression, la bière en bouteille, les cuisses de poulet et  les sandwiches, certaines personnes (pas forcement des militants) avaient d’autres préoccupations. Cet incident a fait dire à certaines langues que la milice du parti ne serait pas efficace et que le président pas en sécurité ? Voler une moto verrouillée au milieu de près de six centaines de personnes. Ces cambrioleurs avaient du culot !!!

Etienne Didier ONANA ©mbolocameroon 94788688/70311128/22114587

 

 

                                      Communiqué :

Tous les membres de la MUPECI sont informés qu’une session ordinaire  de leur assemblée générale aura lieu le jeudi 10 mars 2011 dans les locaux de l’Hôtel les Princes à Douala dès 10 heures. La présence de tous est vivement souhaitée.

jeudi, 17 juin 2010

Leçons de journalisme au cameroun !!!

Pratique du journalisme: Issa Tchiroma répond à Shanda Tomnè

Par Idriss Linge - 17/06/2010

Le ministre camerounais de la communication a répondu au responsable du COMICODI, qui s’était prononcé dans le cadre du journaliste mort en prison

 

Issa Tchiroma dans l’ensemble d’accord avec Shanda
Le communiqué signé du ministre Issa Tchiroma de la communication est arrivé dans la rédaction du site journalducameroun.com ce mercredi 16 juin 2010. Le ministre dans son communiqué réagit à une déclaration de la Commission Indépendante contre la Corruption et la Discrimination de Shanda Tomnè. Issa Tchiroma est revenu sur le reproche qui lui est fait de faire campagne pour le parti au pouvoir. Conduire des campagnes pour le parti au pouvoir n’est pas un départage. C’est un simple choix éditorial qui n’est pas incompatible avec la presse publique, a écrit le ministre. Le ministre a aussi repris à son compte les observations sur la presse privée au Cameroun. Les tares que votre déclaration colle à la presse privée, dans une frange importante, sont pertinentes affirme Tchiroma qui rajoute: j’en prends acte. Le ministre a réaffirmé en accord avec la déclaration de le COMICODI, que le journaliste restait un citoyen comme tous les autres parlant sur le cas Bibi Ngota pour repréciser que le journaliste était poursuivi pour des délits de droit commun. Le ministre Tchiroma a enfin terminé par la réalité du journalisme au Cameroun. La critique sur la conduite de l’aide publique à la presse fera opportunément l’objet d’un examen sérieux par mes services compétents dans un proche avenir a dit le ministre qui a conclu réflexion approfondie qui est proposée sur la pratique du journalisme au Cameroun sera d’avantage creusée dans le cadre des états généraux de la communication

 La position de la COMICODI
Le
5 mars 2010, la Commission indépendante contre la corruption et la discrimination présidée par Shanda Tomnè avait interpellé le ministre de la communication pour l’ouverture d’une enquête sur la dénonciation des tortures infligées à quatre journalistes par les services de sécurité, faits dénoncés dans un communiqué public d’Henriette EKWE, Vice-présidente de l’union des journalistes camerounais. Le 22 Avril, l’un des journalistes, Germain NGOTA NGOTA est décédé en détention à la prison centrale de Yaoundé. Le 26 Avril, la Commission a adressé une lettre au premier ministre

pour protester contre les conditions de détention dans les prisons du pays, en recommandant une action urgente pour corriger cet état de chose inacceptable qui met en exergue d’autres formes de corruption et de discrimination à travers le traitement des détenus. La Commission déplorait citant des exemples, la propension de certains journalistes à user de certaines méthodes pour s’enrichir, extorquer l’argent à des personnalités, et se réfugier ensuite derrière la protection de la profession. La Commission déplorait aussi qu’une partie importante de la presse privée soit en réalité limitée, à des titres qui n’ont ni siège ni personnels réellement qualifié, ni périodicité de parution et dont les Directeurs de publication jouent de la cupidité pour s’attaquer occasionnellement à des personnes, diffuser des informations payées à prix fort par des commanditaires souvent aisément identifiable au gré du ton éditorial.

 

Source : journaldu cameroun.com

 

19:08 Écrit par Bambino dans Médiascopie, Passions, POLITIQUE, Rédaction, SOCIETE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : leçons de journalisme, débats, politique | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

mardi, 11 mai 2010

Fabrice NGON : Elles le méritent ...

Fabrice NGON : Voici pourquoi j’ai choisi le noir et blanc …

ngon & sultan.jpgA la fin du vernissage de l’exposition du Reporter photographe Fabrice NGON vendredi dernier, MBOLO CAMEROON l’a rencontré…

MBOLO CAMEROON : Fabrice NGON, pourquoi avoir choisi d’exposer en noir et blanc ?

Fabrice NGON : «  j’ai choisi le noir et blanc par ce que j’ai trouvé que pour un travail comme celui-ci, c’est l’idéal. Nous voulons montrer un travail de patrimoine. Le noir et blanc contribue à donner plus de valeur, plus d’engouement et plus de véracité à ce que vous voyez ce soir.

MBOLO CAMEROON : La photo argentique face à la photo numérique, pourquoi la préférence de l’une par rapport à l’autre ?

Fabrice NGON : « Je pense que les deux sont complémentaires. Nous avons choisi la photo numérique parce qu’elle est une chance pour les africains. La photo numérique me fait faire des économies par rapport à l’achat des films. Vous voyez que dans notre contexte, il n’ y a pas trop de films en noir et blanc et  de bonne qualité. Si aujourd’hui nous avons la chance d’exploiter le format numérique, c’est une chance et il faut la saisir. Nos dépenses sont réduites.

MBOLO CAMEROON : Combien de temps vous a pris la réalisation  de chef d’œuvre et pourquoi ce thème?

sultan inter.jpg

Fabrice NGON : Deux ans. Je travaille aujourd’hui sur le peuple  Bamoun, demain ce sera les Bafia, les peuples de la côte, ceux du septentrion ou les Batanga. C’est un choix.

MBOLO CAMEROON : Fabrice, quand vous regardez cette œuvre aujourd’hui, qu’est ce que vous vous dites : satisfait, un peu satisfait ou simplement déçu ?

Fabrice NGON : Je suis un peu satisfait par ce que j‘ai vu ce soir, un monde qui était  assez intéressé par ce travail, une forte présence des médias, des personnalités de haut rang, ça me va tout droit au cœur.

MBOLO CAMEROON : Un message  à ceux qui aimeraient faire comme vous ?

Fabrice NGON : De se rapprocher de ceux qui le font déjà, de travailler et de se former. Je pense que tout ira bien.

1ère photo: Fabrice NGON explicant au Sultan MBOMBO NJOYA les raisons de son choix.

2è photo :Le Sultan Ibrahim MBOMBO NJOYA répondant donnant ses impressions  à la presse.

Propos recueillis par Didier ONANA ©mbolocameroon 22 11 45 87

mbolocameroon@yahoo.fr