Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

mercredi, 07 août 2013

Tennis de table: Voici les Internationaux SONARA 2013

Sport : Tennis de table
La 5ème édition des Internationaux SONARA de tennis de table…sur la table…
Préi Bagueka 01.jpgC’est devant la fine crème des journalistes sportifs de la capitale camerounaise Yaoundé, que Alfred BAGUEKA ASSOBO, le président de la fédération camerounaise de tennis de table a donné hier lundi, un point de presse. Le sujet principal était l’annonce de la tenue les 10 et 11 aout 2013, de la 5èmeédition des Internationaux SONARA de tennis de table sur la table. Un évènement majeur qui aura lieu comme toujours, au Palais Polyvalent des Sports de Yaoundé.
Prési Bagueka 02.jpgAu cours de cet échange, Alfred Bagueka, sourire aux lèvres, la mine sereine, a dans son propos liminaire, rappelé l’importance de cette compétition pour les pongistes camerounais. Elle permet aux jeunes camerounais de voir de près chaque année, les meilleures raquettes du continent noir. Faisant un parallèle avec le football, il a dit que c’est à force de voir et de côtoyer régulièrement ces sportifs de haut niveau que dans l’avenir, ils pourront s’améliorer et devenir eux aussi des champions. Avec emphase, le président a dit que cette compétition est positive pour notre pays qui, en dehors de l’Egypte et du Maroc,il est l’un des rares en Afrique à qui abriter régulièrement des évènementssportifs non statutaires que sont les coupes et les Championnats d’Afrique. Le Nigéria qui est l’un des géants de cette discipline en Afrique, n’a pas une compétitionde cette envergure dans son calendrier. C’est cette année seulement que ce grand pays voisin, s’inspirant certainement des Internationaux SONARA, organisera pour la première fois, un tournoi similaire : les Lagos International Classics. Ceux-ci auront lieu du 26 au 31 aout et verront la participation de deux pongistes camerounais et d’un juge -arbitre adjoint en la personne de Djihe Lamadjeha Didier. C’est tout dire sur la valeur et la positivité des Internationaux SONARA de tennis de table. Un véritable motif d’espoir pour la jeunesse et l’avenir de cette discipline qui offre aux nationaux, l’occasion de découvrir le haut niveau tout en restant au Cameroun.
Par la suite, Alfred Bagueka qui a remercié les journalistes sportifs camerounais d’être venus nombreux, a fait le bilan de la saison à mi-parcours. Un bilan ponctué par le grand tournoi Open de Yaoundé, le Grand prix de l’hévéa qui s’est tenu dans la ville de Meyomessala au Sud du Cameroun. Cet évènement a donné l’occasion pour l’organisateur, d’offrir huit tables de tennis de table à la fédération, seize autres tables aux écoles de la localité pour la vulgarisation à la base. La région du Littoral n’est pas en reste. En effet, la ville de Yabassi dans le département du Nkama abrité un tournoi qui a drainé beaucoup de monde. Une table olympique a été offerte par l’instance faitière du tennis de table au Cameroun aux populations. La ville de Douala a aussi été le théâtre d’une compétition. Les compétitions par équipes ont démarré le week-end dernier à Yaoundé.
Olsadoji  Invité.jpg
Pour revenir à la 5ème édition des Internationaux SONARA de tennis de table sur la table, si les participantes camerounaises sont connues (Gabrielle Mathilde Sarah NANA HANFFOU et Tayim Mercy AWANDOH, les messieurs quant à eux sont passés par un tournoi qui permettra aux quatre meilleurs de décrocher leurs ticket.
Coté pays participants, en dehors de la Lybie et de l’Afrique du Sud qui n’ont pas encore confirmé, on a l’Algérie avec trois pongistes, le Congo Brazzaville avec trois, l’Egypte quatre, le Maroc un pongiste, la RDC et la Tunisie trois chacun. La réunion technique aura lieu vendredi soir, la compétition proprement dite démarre sauf cas de force majeure samedi à 8heures pour prendre fin dimanche à 15 heures. La formule retenue est l’individuel et le podium est constitué de quatre pongistes. Le vœu des organisateurs est de voir le maximum de personnes venir assister à ce spectacle sportif qui s’annonce alléchant et surtout relevé. Un grand coup de chapeau la Sonara qui tient son pari une fois de plus.
Didier ONANA©MbolCameroon.

14:13 Écrit par Bambino dans Evènements à venir, Tennis de table | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

lundi, 15 juillet 2013

Le sport, un enjeu pour le Cameroun

Un symposium sur le sport s’ouvre à Yaoundé.
En perspective, un symposium annuel sur le sport camerounais aura lieu les 16 et 17 juillet au Palais des congrès de Yaoundé. Il réunira les dirigeants des fédérations sportives nationales autour de plusieurs thèmes. Comme nous l’a monsieur Evélé Malick Atour le directeur des normes et du suivi des organisations sportives nationales, Il ne s’agit pas de marquer le passage de certains cadres du ministère des sports et de l’éducation physique à leurs postes, mais d’outiller les acteurs fédéraux de techniques et connaissances devant leur permettre de mieux assumer leurs fonctions. Le mouvement sportif après les renouvellements des bureaux fédéraux, doivent passer à une autre étape. Les premières évaluations de cette mouvance sont attendues dans un an avant la tenue d’un nouveau symposium.
Nous y reviendrons.

Les Ministres des sports de la zone 4 prennent position

Conseil supérieur du sport en Afrique : Les ministres de la zone 4 prennent position.
La capitale camerounaise a abrité vendredi dernier, la réunion consultative des Ministres des sports de la zone 4 de développement du Conseil Supérieur du Sport en Afrique (CSSA). C’était pour statuer sur l’avenir de cette organisation qui est sujette à beaucoup d’interrogations depuis quelques temps.

IMG0618B.jpg

Crée à Bamako capitale du Mali le 14 décembre 1966, soit un an après la tenue des premiers jeux africains de Brazzaville, le Conseil supérieur du sport en Afrique dont le siège est au quartier Bastos à Yaoundé a pour missions entre autres de :
Promouvoir le respect de l’éthique sportive et de prendre toute mesure en vue de protéger la santé physique et morale des athlètes du continent noir,
De chercher tus les moyens susceptibles de favoriser l’essor du sport africain et l’éclosion des athlètes,
D’orienter et de maintenir le sport africain dans la voie de l’unité africaine, de combattre toute forme de discrimination dans le sport.
D’encourager la promotion de l’Olympisme et l’action de l’Association des Comités Nationaux Olympiques d’Afrique…

IMG0623B.jpg


Il se fait qu’avec le temps, l’évolution et les différentes mutations, certains aspects de ces missions ont du mal à être accomplies. Les intérêts de certains acteurs ayant du mal à passer, l’organisation a dû prendre des coups au point où un certain malaise s’est emparé de l’organisation. La 43è session du Comté exécutif du CSSA tenue à Asmara, la capitale de l’Érythrée les 14 et 15 mars 2012 a reçu et délibéré sur l’état de mise en œuvre des décisions relatives à sa dissolution. Cette décision de dissoudre elle-même est partie d’Abuja au Nigéria en octobre 2009, n’était pas conforme aux orientations des Chefs d’Etat et de gouvernement du continent. Ces décisions prises à Syrte en Libye le 13 juillet 2005, la quelle avaient demandé aux pays membres de d’aider plutôt à la restructuration et la redynamisation du conseil supérieur du sport en Afrique et à payer leurs contributions pour permettre la mise sur les rails des programmes. Le retrait des éventuels des gouvernements du sport, eux, qui le financent, serait donc dangereux voire nocif pour le développement u sport en Afrique.
L’assise du 12 juillet à Yaoundé était donc très importante.
En lieu et place du Premier Ministre Yang Philémon, c’est Monsieur Adoum Garoua le ministre camerounais des sports, avec à ses côtés, SM MbomboNjoya Ibrahim, le président d’honneur à vie du CSSA, le président de cette instance et ministre congolais des sports, monsieur Opimbat Léon Alfred, qui a présidé les travaux. Après une dure journée de labeur, les délégués ont abouti aux résolutions suivantes :
-Réitèrent la prise en compte de la décision des Chefs d’Etat et de gouvernement de revenir sur la décision de dissoudre le CSSA,
Œuvrer pour la restructuration de cette organisation continentale,
De maintenir le siège à Yaoundé et d’organiser les prochains jeux africains à Brazzaville en 2015.
Une motion de soutien a été adressée au président de la république du Cameroun S.E. Paul BIYA. C’est à la satisfaction générale que cette réunion pris fin. Reste maintenant que l’assemblée générale extraordinaire du CSSA qui aura lieu à Abidjan les 25 et 26 juillet prochain entérinent ces résolutions. Nous y reviendrons.
Didier ONANA©22114587

jeudi, 04 avril 2013

Camp touristique du 10 au 25 aout 2013 à Nkolbiyen

Nous organisons un Camp agro-pastoral et touristique à Nkolbiyen,
du 10 au 25 out 2013. Venez nous rejoindre .
Objectifs :
Promouvoir le tourisme, promouvoir les richesses agricoles, pastorales, piscicoles, de la région, promouvoir les brassages et les échanges interculturels entre les touristes et les populations locales, développer des partenariats divers en formations, éducation, développement durable.Promouvoir le volontariat.


Date : 10 -25 aout 2013 Lieu : Nkolbiyen Centre du Cameroun.
Hébergement : Nombre de places : 30
Des familles sont prêtes à accueillir les étrangers dans la mesure de leurs possibilités. Des auberges et motels offrent des services à des prix relativement bas.La capitale camerounaise située à 25 km peut aussi accueillir les étrangers qui n’aimeraient pas résider dans le village. Ce n’est pas le souhait des visiteurs.
Pour les prix, une fourchette peut être envoyée aux éventuels candidats cet évènement à l’adresse suivante : femmes_rurales_@yahoo.fr


Restauration :
La restauration : Des restaurants offrent des repas traditionnels et occidentaux à des prix discount. Toutesfois, le comité d’organisation prendra des dispositions efficaces pour permettre aux participants de faire eux-mêmes leur cuisine.

Le marché de Nkolbiyen et de Mbankomo proposent des variétés de denrées alimentaires. On y trouve :
Du manioc sous toutes ses formes(brut, en farine de couscous,ébobolo, gari de tapioca),des tubercules de macabo, de patate douce, la banane plantain, le riz importé. Les produits de la récolte (arachides, mais, prunes…). Les produits de la pêche artisanale, les légumes dans toutes leurs variétés.Les gâteaux de pistaches (graines de courge),les mets de feuilles de manioc écrasées « Mboamkpem », l’Okok, le mets de mais égrené aux légumes « Sanga », les mets de gibier ou de poisson aux feuilles d’oseilles « Domba » , les brochettes de larves de palmier, de hanneton, les termites « Somen » dans toutes leurs variétés sans oublier les mets des autres régions du pays comme le Ndolé, le Kondré, le Koki, le Eru au couscous de manioc…..


La boisson : les boissons produites par les brasseries du pays y sont vendues, mais, les visiteurs pourront déguster le vin de palmeaccompagné de kola, des quelques racines aphrodisiaques.

Participation : 200$ ou 153 Euros (comprenant : les visites des sites, transport sur les sites, gastronomie lors des visites et soirées culturelles….)
Transport international à la charge des visiteurs.
Description du site :
La localité de Nkolbiyen est située à 25 km de Yaoundé la capitale, dans l’arrondissement de Mbankomo, département de la Mefou et Akono. En aout, le climat est clément, la chaleur varie entre 27 et 35 degrés.



Activités :
Visite des sites et des chefferies; travaux agricoles et pastoraux, ateliers de formation, gastronomie, hygiène et salubrité,ateliers de formation,participation aux récoltes avec certaines familles. Soirées culturelles au coin du feu avec des veillées de contes, de chants traditionnels. Un mini festival culturel des femmes est prévu pendant trois jours. Dépistage de certaines maladies (cancer du sein, diabète, VIH SIDA, maladies provoquant des handicaps, causeries éducatives,…………..


La santé
L’hôpital d’arrondissement de Mbankomo situé à 5 km et les différents centres de santé intégré de l’arrondissement offrent une couverture sanitaire appréciable. Des secouristes de la croix rouge seront sollicités lors des visites des sites.


La sécurité
La police et la gendarmerie patrouillent régulièrement. Les chefs de village et les autorités traditionnelles ont des gardes constituées des jeunes volontaires et des guides du camp touristique qui assurent la sécurité des visiteurs et des étrangers.


mercredi, 20 mars 2013

Echos des assemblées électives....

ECHOS DES ELECTIONS
Depuis la décision du Ministre des sports d’exclure quatre présidents de fédération du processusélectoral(boxe, cyclisme, athlétisme et danses sportives), l’adrénaline est suffisamment montée.
En boxe, en l’absence de Bertrand Mendouga exclu, trois candidats se sont affrontés. Justin Tchuem l’entraineur national en poste soutenu par Boniface NWAHA, le secrétaire général sortant, le revenant et prédécesseur de Mendouga, Jean Marie AkonoZe, en fin SaïdKamssouloum, le 1ervice-président de Mendouga.

Prësi  Tchuem.jpg


A l’arrivée, Justin Tchuem, visiblement bien préparé mais an moyens financiers personnels remprtera le serutin avec 20 voix contre 15 à Saïd et 04 pour sa majesté AkonoZe qui, deviendra le 2è vice-président de Tchuem.

AKONO  ZE.jpg

A remarquer l’absence de la salle des figures emblématiques de la boxe camerounaise, Martin Ndongo Ebanga, le médaillé des JO de 1984 ou Joseph-Marie Tchoungui , un des vieux briscards de l’arbitrage. Faire entrer les médias du secteur privé dans la salle ou leur accorder des interviews, ce n’est pas faire entrer des loups dans la bergerie. Une situation qui a irrité tous les journalistes du secteur privé qui se sont bien posés la question de savoir s’ils sont moins journalistes que ceux de la télévision nationale ou alors, s’ils ne sont pas des camerounais. Un parmi eux de conclure » « Quand ils auront des difficultés obtenir des titres de transport, ce n’est pas vers la télévision nationale qu’ils iront, mais vers nous du secteur privé ». Voilà ce que pourra être le règne de Tchuem. A signaler que nos confrères ont passé plus de 5 heures à l’extérieur et sont rentrés sans la moindre interview. En attendant, le président exclu Bertrand Mendouga a porté plainte auprès des instances internationales notamment à L’AIBA qui aurait demandé au Ministère des sports, de ne pas s’ingérer dans la vie de la fédération. On annonce une suspension du Cameroun.

Au volley-ball, l’assemblée générale élective ne s’est pas tenue samedi dernier comme prévu. En effet, les blocages comme on peut en vivre partout sont à l’origine de ce report. Jeudi dernier, certains responsables du ministère des sports ont décidé d’exclure les régions de l’Adamaoua et du Centre qui aux dires des observateurs sont favorables à

ABOUEM.jpg

Serge Abouem A Boull, le challenger au poste de président de Timba Majorée (16 ans de). La requête introduite pour la réparation de cette injustice n’avait pas encore abouti. Sous les yeux vigilants et inquisiteurs du président et du secrétaire général sortants, on a assisté à l’élection des différents corps de métier. C’est après la tornade qui s’est abattue que le report a été constaté. Il faut dire que la bataille s’annonce rude il faudra beaucoup de lucidité, de tact et de hauteur aux Commissaires du gouvernement pour conduire à bien ces travaux.
Vendredi la veille, le candidat président entrant et son équipe ont organisé un diner de presse dans un hôtel de la place. La présentation du projet sportif et de l’équipe dirigeante. Une manifestation très courue par les journalistes, les observateurs et les potentiels électeurs. Quatre communications pour chacun des candidats aux différents postes électifs ont ponctué cette rencontre. Serge Abouem A Boull, le candidat de la refondation a dit qu'il s'agit pour eux d’un changement de management. Nous voulons faire du volley-ball, un produit olympique.Les autres membres de cette équipe ont pour noms : Roger Bowen (l’emblématique capitaine de l’équipe nationale des années de gloire), Dang Nathan et Chofor Salomon. Dans la salle, d’autres figures ayant marqué le volley-ball camerounais. Citons par exemple l’entraineur Charles NANA Nganda.

Mbous.jpg

Athlétisme : Emmanuel Moutombi bat au sprint Ange SAMA !
Après l’exclusion de Jacques Sébastien Mbous, le président sortant, et malgré la décision de la cour suprême demandant l’annulation de la décision du Ministre des sports citée plus haut, l’on a assisté à un film électif sans précédent. En effet, Jacques Sébastien croyant qu’il serait admis dans la salle où se tenait l’assemblée, a été (surpris) de se voir interdit l’accès alors que c’est lui qui avait obtenu l’autorisation à manifestations du Sous-préfet ! Il a fallu l’intervention des ‘’gros bras’’ pour qu’il y entre. Une dame travaillant au ministère des sports, organisatrice d’une course pour femmes du même sexe qu’elle de dire « Quand Mbous me refusait souvent l’accès dans la salle, est-ce qu’il savait que cela pouvait aussi lui arriver un jour ? ». C’est finalement une escouade des forces de l’ordre qui viendra extraire le président sortant non sans l’avoir rudoyé et ridiculisé. Triste fin pur celui qui un mois plus tôt avait organisé sa dernière compétition majeure, l’ascension du Mont Cameroun. Les autres challengers pouvaient alors danser comme des larrons en foire. Parmi eux, le Commissaire Evina, Ange SamaDoualla le prédécesseur de Mbous,déjà battu à la région. Personne ne voyait Emmanuel Moutombi venu de Tiko dans la région du Sud-Ouest. C’est ce dernier qui battra au sprint Ange Sama.Certaines langues ont dit que les participants du président Mbous se seraient passés la consigne de voter pour Moutombi qui, il faut le dire, avait commencé sa campagne de manière discrète. On l’a vu au Mont Cameroun embarquer quelques journalistes et éventuels électeurs pour une excursion à son domicile à Tiko. ….
Cyclisme : Moustapha DOGO au sprint….
Comme à l’athlétisme, le cyclisme a connu un scénario quelque peu bizarre. François Njellé, l’ancien président exclu par le Ministre des sports, c’est finalement le 1er vice-président qui a été élu, sans brutalité.
Sports pour tous: TALBA en roue libre..

IBRAHIM TALBA.jpg



Haltérophilie : Boukar Tikiré s’offre encore 4 ans …. Nous y reviendrons en images
Powerlifting : YAHO sur le perchoir. Nous y reviendrons