Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

jeudi, 22 décembre 2011

SAINTE HELENE FETE SON ARBRE DE NOEL 2011.

P1060049.JPGUn public nombreux et qualitatif parmi les quels : Madame l’Inspectrice d’Arrondissement de Yaoundé IV, le Chef de quartier, MVOG-ADA, les parents d’élèves et accompagnateurs, des enfants engagés volontaires, pouvoir souffler après quatre mois de dur labeur, des chants,les récits, des récompenses et enfin des cadeaux et agapes. Voilà la menu qui a été servi par l’administration, le corps enseignant et les élèves du Groupe Scolaire Privé bilingue Laïque Sainte Hélène de MVOG-ADA ce vendredi 16 décembre 2011 dans son enceinte à l’occasion de la cérémonie de l’arbre de noël 2011.
P1060041.JPGDans son traditionnel mot de bienvenue, monsieur Simon Adda, l’administrateur de cette institution scolaire a dit sa joie de recevoir autant de monde. Il a remercié le public pour le sacrifice consenti en cette période délicate de l’année où les emplois de temps sont chargés pour venir soutenir cette jeunesse dans le cadre du dernier acte de ce premier trimestre. « C’est la preuve que vous aimez cette école et que vous nous faites confiance ».
P1060045.JPGParlant des activités de cette partie de l’année scolaire 2011 -2012, Monsieur Adda a proclamé les résultats des différentes compétitions périscolaires qui se sont déroulées au sein de l’établissement dont il préside aux destinées . Ainsi, pour le concours de dessin qui avait pour thème « Dessine moi ton école », c’est la jeune BISSA du cours moyen première année qui s’est illustrée par une œuvre qui a servi de couverture au journal de l’école.
P1060042.JPGDu journal proprement dit, il a été distribué à une bonne frange des spectateurs. « C’est un challenge que nous sommes tous très fiers d’avoir respecté ». La classe du Cours moyen première année s’est encore illustrée en enlevant la coupe de football de l’institution scolaire. Comme récompense, ses pensionnaires ont reçu un ordinateur complet qui a été présenté au public. Pour la petite histoire, cet outil informatique servira à toute la classe dès la rentrée du second trimestre. Il sera néanmoins la propriété de l’école avant tout.
Dans le chapitre des promesses, Monsieur Adda a annoncé la mise sur pied d’une « gospel choral » à l’école par ce que a-t il dit « on s’est aperçu que les enfants aiment chanter et danser ». Ils l’ont prouvé par la suite à travers les prestations scéniques fort appréciées par les spectateurs. Chants, récits, chorale sketches dont la thématique tournait autour de la fête de noël et de l’enfant Jésus. Les bambins s’en sont donnés à cœur joie pour le plaisir de leurs parents et relations qui en ont profité pour faire des tonnes de photos. Qui a dit que la fête de la nativité n
e faisait pas vivre beaucoup de personnes.
Parlant des résultats scolaires, Monsieur Adda Simon a demandé aux élèves qui n’ont pas obtenu la moyenne de ne pas se décourager, mais de redoubler d’efforts au prochain trimestre car « rien n’est perdu ». Il a continué en disant que l’école se porte bien dans son ensemble et donné des explications sur les investissements faits avec l’argent des cotisations. Le 19 janvier prochain sera consacré à la fête symbolique de l’école. Une journée porte ouverte sera organisée et les projets y relatifs seront exposés.
P1060054.JPG C’est par la remise des bulletins scolaires aux élèves ,un spectacle époustouflant sur le thème de la « famille »et un cocktail que tout ce beau monde s’est séparé dans l’espoir de se retrouver le 03 janvier 2012 pour la suite du challenge. Vive la fête de noël, vive l’école.
Didier ONANA ©c 94 7886 88 / 70 31 11 28.

16:18 Écrit par Bambino dans BAMBINO, Culture, EDUCATION /, PHOTOGRAPHIE, Rédaction, SANTE, SOCIETE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

lundi, 26 septembre 2011

présidentielles 2011 au Cameroun: C'est parti pour la campagne



POLITIQUE

Présidentielle 2011 : A vos marques, prêts ….convainquez !
Les équipes de campagne des 23 candidats retenus par Elections Cameroon sont en branle depuis le samedi 24 septembre pour convaincre les quelques millions de personnes s’étant inscrites sur les listes électorales à leur accorder leurs suffrages.
Pendant deux semaines l’on entendra des choses à faire dormir debout ou à ressusciter un mort. On entendra un peu de tout. Du bon, du moins bon, du mauvais et même de l’exécrable. On verra aussi de toutes les couleurs. on distribuera des pagnes, des gadgets et comme à l’accoutumée, des maquereaux congelés ou « des cadavres de maquereaux ». L’on fera le porte à porte, on fera des meetings à la dimension des moyens du parti au quel on appartient. Sur ce terrain, il n’y a pas de souci à se faire : le parti du président fait office d’ogre face aux autres. La véritable question est de savoir à quel pourcentage Paul BIYA sera élu et combien d’électeurs seront passés dans les urnes accomplir leur devoir. Jamais, de mémoire de camerounais vivant sur le sol local, on a vu une élection être précédée d’une vaste campagne de sensibilisation des populations à s’inscrire sur les listes. Le premier succès de cette échéance vient des personnes handicapées qui jamais auparavant n’avaient été autant sensibilisées sur ce point. Mobilisées par l’appui de certains bailleurs de fonds à l’instar de Sight Savers, celles-ci ont déployé beaucoup d’énergie pour convaincre leurs pairs à participer pleinement au processus électoral.
Quelque soit le résultat qu’on sait à l’avance ; à savoir la victoire très attendue écrasante et (logique ?) de Paul BIYA, celui des autres candidats suscitera beaucoup de curiosités. Nous aurons une idée réelle du véritable poids de chacun des candidats et partis. Cependant, au soir du 9 octobre prochain, le soleil se lèvera toujours à l’est pour se coucher à l’ouest, la couleur de notre pétrole lampant sera toujours verte et nos langues officielles seront pour longtemps encore, le français et l’anglais. Souhaitons que tout se passe dans la paix, la tolérance et le calme.

Didier ONANA(c)mboloc@meroon2011 94788688/70311128

16:45 Écrit par Bambino dans POLITIQUE, Rédaction, SOCIETE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

jeudi, 17 mars 2011

Quelques brèves....

Journée mondiale de l’eau (22 mars 2011) – Apporter une eau propre et saine aux communautés: le rôle de l’OIT

Bien que l’Assemblée générale des Nations Unies ait déclaré que l’accès à l’eau potable était un droit de l’homme, des milliers de personnes meurent chaque jour de maladies hydriques et de nombreux pays auront du mal à atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement relatifs à l’eau. L’OIT travaille avec les gouvernements et avec les organisations d’employeurs et de travailleurs en vue d’identifier les priorités d’investissement en matière d’infrastructures afin de créer des emplois et d’approvisionner les communautés en eau potable.

©mbolocameroon 22 11 45 87 /70 31 11 28 /94 78 86 88

Didier ONANA

Source : site de l’OIT

mardi, 15 février 2011

Dans les coulisses de la fête ...

 

                   DANS LES COULISSES DE LA FETE….

 

Campagne d’évangélisation interdite !!!

Une église réveillée qui avait prévu pour toute activité, une campagne d’évangélisation le 11 février à Yaoundé, a vu celle-ci interdite par les autorités. Les responsables de cette église n’ont rien compris et ont qualifié cette interdiction de « peur du syndrome tuniso-égyptien » au vu certainement de ce qui se passe dans ces pays. C’est à partir d’une cafétéria à Nkoabang dans la banlieue de Yaoundé et au téléphone, que l’ordre de ne plus rassembler les enfants pour la campagne été pris et répercuté. Pour votre gouverne, les enfants à évangéliser  devaient être habillés en rouge ! Si ça vous dit …

 

Le Ministre ADOUM GAROUA  danse et farote …

Réputé assez réservé  dans le « farotage » ; entendez les dons d’argent en guise d’encouragement aux artistes lors des manifestations publiques,  le Ministre Adoum GAROUA de la jeunesse, a sorti contre toute attente un billet de 10 000 francs à un groupe de danse jeudi dernier au boulevard du 20 mai lors d’une activité qu’il présidait. Ce qui amené un confrère à dire «  Au moins à ces artistes, c’est bon. Ses collaborateurs et lui ne doivent pas utiliser tout le budget de leur ministère pour eux seuls comme si les autres camerounais ne pouvaient rien grignoter. » Pour la petite histoire, le ministère de la jeunesse fait partie des institutions publiques dont la cellule de communication aux dires des journalistes, apporte rarement des appuis aux médias.

 

Dépannage :

 Nkol-Afamba étant une localité dépourvue de moyens de transport adéquat tels que les bus, les établissements scolaires étaient obligés de se débrouiller pour le transport de leurs élèves, écoliers et enseignants. Pour le faire, le collège privé Père Monti qui est lové dans la Mefou et Afamba  a  dépanné celles des institutions scolaires qui n’avaient pas de moyens de transport propres à eux. Ainsi les  bus de cette institution scolaire pas toujours neufs et tombant régulièrement en panne ont sauvé la fête et contribué à la réussite de cet évènement.

A défaut de s’accrocher à une branche quand on se noie, on le fait sur un serpent … Non, ces vieux bus ont été très utiles et déterminants pour le succès du défilé.

 

Le bus du Canon de Yaoundé a-t il fait l’opep ?

 

En langage familier, camerounais, « OPEP » désigne les voitures qui font le transport clandestin généralement sans papiers.

Ainsi le 11 février dernier, les observateurs ont été surpris par la présence de ce gros engin à Nkol Afamba. En effet, Il avait été loué par le fondateur d’une institution scolaire de Nkoabang pour le transport de ses élèves. Chose qui a amené un observateur à se demander si le grand Canon sportif de Yaoundé qui venait de célébrer le 80è anniversaire de son existence a laissé son bus faire « l’ OPEP » afin de renflouer ses caisses ? En attendant que président BOMBOCK Célestin nous apporte des éclaircissements, nous pensons que c’était simplement un dépannage… encore que l’opep rapporte et peut dépanner …

 

La chaîne perdue  et retrouvée du Maire …

De tous les invités et personnalités présentes à la tribune officielle, le Maire de Nkol Afamba, Martin FOE AMOUGOU (le père de feu Marc Vivien FOE) était certainement  celui qui a suivi le défilé d’une oreille distraite. En effet, on ne sait par quel moyen sa gourmette est tombée. C’est à la fin du défilé, après maintes recherches que celle-ci lui est revenue par deux jeunes gens. Monsieur le Maire, malgré la sécheresse qui semblait sévir dans ses poches, a sorti deux billets de 500 francs en guise de récompense à ces derniers qui visiblement  se sont frottés les mains, souhaitant certainement que ce genre d’incident se produise régulièrement.

 

Ne vendez plus le terrain, cultivez dessus.

A la question de savoir ce qui l’a marqué dans le discours du Président de la République, Monsieur NOAH André le Sous- préfet de Nkol Afamba a dit « La prise de conscience de la jeunesse » et de continuer en disant qu’il demande aux populations de son territoire de compétence « de travailler, de cultiver sur ses terres au lieu de les brader ». Alors : Populations de Nkol Afamba et environs : Ne  cherchez plus l’argent facile issu de la vente du terrain, cultivez, faites de l’agriculture. C’est le terrain qui manque le moins. Paul BIYA l’a aussi dit.

Les défilants   qui sortaient des cacaoyères …

Une scène qui ne nous a pas échappé, c’est les jeunes du RDPC qui, visiblement nombreux et handicapés par l’étroitesse de la chaussée, se sont vus obligés d’aller se mobiliser dans les cacaoyères pour en sortir comme des rats palmistes fuyant la fumée faite par un chasseur au moment de leur passage.

Des Bambins manipulés ?

L’ ASDECA, une des nombreuses associations des activistes disant soutenir les actions du président de la république,a fait fort cette fois. En effet, elle a recruté plus de deux cents enfants dont l’âge variait entre 08 et 15 ans pour participer à la foire économique organisée par le ministère de la jeunesse. Oui, mais ce qui nous a paru curieux, c’est que sur les tricots que ces derniers arboraient, figuraient des messages hautement politiques voire électoralistes ! Pour des bambins, ça ne nous a pas paru juste car l’âge de la majorité au Cameroun est bien au-delà de 08 à 15 ans. En plus, celui pour qui ils prétendent se battre  avait déclaré dans un discours à la fin des années 80 que la politique devait revenir « aux politiciens, et l’école  aux écoliers ». Peut être qu’à cette époque là, les dirigeants de l’ ASDECA n’étaient pas encore …nés ! Il existe tout de même des archives. A la fin, ces bambins ont perçu 300 francs d’argent de taxi….pour une journée aie,aie.

Le sous préfet avait –il des fourmis ?

Monsieur André NOAH, le Sous préfet de Nkol Afamba est certainement un homme très actif, voire un perfectionniste. En effet, le 11 février, lors de l’exécution de l’hymne national par les élèves des deux lycées de son ressort de commandement, il n’a cessé  de faire des grands gestes à l’endroit des scouts chargés de faire monter le drapeau sur le mât. Il avait raison car le drapeau n’y est pas arrivé au même moment où prenait fin l’exécution de l’hymne national.

Journalistes chanteurs de louanges… confondent le Maire au …

Deux journalistes et animateurs radio de Yaoundé se sont retrouvés à Nkol Afamba pour jouer les imprésarios. Ils ont passé leur temps à peindre en couleurs certaines personnalités au point où ils ont agacé quelques conseillers municipaux  et spectateurs. Cela leur a valu certes  des bières  à la fin, mais  donné une mauvaise image de la profession. Un parmi eux, sans appareil de prise de son, a passé son temps pendant les interviews à confondre le Maire au Sous-préfet… toute chose qui agace. Cerise sur le gâteau, ce dernier non seulement s’est accroché à Madame le Proviseur du lycée de Nkol Afamba pour un « grattage » mais a pris la poudre d’escampette avec l’appui apporté aux journalistes …par le Maire !

 

SCOUTS SANS TENUES

Le mouvement scout se meurt –il au Cameroun ? En tout cas, c’est l’impression que nous avons eu le 11 février dernier à Nkol Afamba. Ils étaient bien là, mais arboraient des tenues disparates et différentes les unes des autres… Ceux que  certaines langues appelaient «  voleurs de manioc » n’ont plus que de la nostalgie car le scoutisme a perdu sa valeur au Cameroun. Dommage pour ces travailleurs de l’humanitaire qui ont joué un bon rôle à Nkol Afamba !!!

Tolérance pour les motos taxis !!!

Ils ne s’étaient pas faits enregistrer comme défilants mais quand ils ont débarqué sur la piste à la fin du défilé, les conducteurs de moto taxis de Nkol-Afamba ont été stoppés net par les boys scouts. Après une courte négociation avec les autorités, ceux-ci ont été admis à faire leur passage. Un de ces engins a trouvé l’occasion idouane de tomber en panne ! Heureusement  que c’était à la fin….

 

Sportifs handicapés pas jeunes !

La fête de la jeunesse concernant toutes les couches et catégories ne mérite pas une quelconque discrimination. Les athlètes handicapés moteurs ont été les seuls à avoir participé aux activités sportives officielles dans la capitale, siège de institutions. Quant aux visuels (aveugles et ou mal voyants), les mentaux et les sensoriels (sourds-muets), ils ont été soit ignorés, soit marginalisés. Chose qui ne les  a pas du tout arrangé. Ils avaient raison. Ce qui a amené un observateur à dire que certainement au ministère de la jeunesse, on pense que soit ces ordres de handicap ne font pas partie de la jeunesse, soit ils ne sont pas camerounais soit alors on ne les considère pas du tout.

Didier ONANA©mbolocameroon 94788688 /70311128

jeudi, 17 juin 2010

Leçons de journalisme au cameroun !!!

Pratique du journalisme: Issa Tchiroma répond à Shanda Tomnè

Par Idriss Linge - 17/06/2010

Le ministre camerounais de la communication a répondu au responsable du COMICODI, qui s’était prononcé dans le cadre du journaliste mort en prison

 

Issa Tchiroma dans l’ensemble d’accord avec Shanda
Le communiqué signé du ministre Issa Tchiroma de la communication est arrivé dans la rédaction du site journalducameroun.com ce mercredi 16 juin 2010. Le ministre dans son communiqué réagit à une déclaration de la Commission Indépendante contre la Corruption et la Discrimination de Shanda Tomnè. Issa Tchiroma est revenu sur le reproche qui lui est fait de faire campagne pour le parti au pouvoir. Conduire des campagnes pour le parti au pouvoir n’est pas un départage. C’est un simple choix éditorial qui n’est pas incompatible avec la presse publique, a écrit le ministre. Le ministre a aussi repris à son compte les observations sur la presse privée au Cameroun. Les tares que votre déclaration colle à la presse privée, dans une frange importante, sont pertinentes affirme Tchiroma qui rajoute: j’en prends acte. Le ministre a réaffirmé en accord avec la déclaration de le COMICODI, que le journaliste restait un citoyen comme tous les autres parlant sur le cas Bibi Ngota pour repréciser que le journaliste était poursuivi pour des délits de droit commun. Le ministre Tchiroma a enfin terminé par la réalité du journalisme au Cameroun. La critique sur la conduite de l’aide publique à la presse fera opportunément l’objet d’un examen sérieux par mes services compétents dans un proche avenir a dit le ministre qui a conclu réflexion approfondie qui est proposée sur la pratique du journalisme au Cameroun sera d’avantage creusée dans le cadre des états généraux de la communication

 La position de la COMICODI
Le
5 mars 2010, la Commission indépendante contre la corruption et la discrimination présidée par Shanda Tomnè avait interpellé le ministre de la communication pour l’ouverture d’une enquête sur la dénonciation des tortures infligées à quatre journalistes par les services de sécurité, faits dénoncés dans un communiqué public d’Henriette EKWE, Vice-présidente de l’union des journalistes camerounais. Le 22 Avril, l’un des journalistes, Germain NGOTA NGOTA est décédé en détention à la prison centrale de Yaoundé. Le 26 Avril, la Commission a adressé une lettre au premier ministre

pour protester contre les conditions de détention dans les prisons du pays, en recommandant une action urgente pour corriger cet état de chose inacceptable qui met en exergue d’autres formes de corruption et de discrimination à travers le traitement des détenus. La Commission déplorait citant des exemples, la propension de certains journalistes à user de certaines méthodes pour s’enrichir, extorquer l’argent à des personnalités, et se réfugier ensuite derrière la protection de la profession. La Commission déplorait aussi qu’une partie importante de la presse privée soit en réalité limitée, à des titres qui n’ont ni siège ni personnels réellement qualifié, ni périodicité de parution et dont les Directeurs de publication jouent de la cupidité pour s’attaquer occasionnellement à des personnes, diffuser des informations payées à prix fort par des commanditaires souvent aisément identifiable au gré du ton éditorial.

 

Source : journaldu cameroun.com

 

19:08 Écrit par Bambino dans Médiascopie, Passions, POLITIQUE, Rédaction, SOCIETE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : leçons de journalisme, débats, politique | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook