Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

dimanche, 29 septembre 2013

El HAdj NANA BOUBA en Campagne dans l'Amamaoua





Elections législatives et municipales 2013.docx


12:31 Écrit par Bambino dans POLITIQUE, SOCIETE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

vendredi, 23 août 2013

Des athlètes sans visa?



paul sabin nana

À

cameroon_politics@yahoogroups.com
237medias@googlegroups.com

L’équipe nationale junior camerounais s’envole en principe dimanche prochain pour la France où elle entame le 6 septembre à Nice, le tournoi de football des Jeux de la Francophonie. Le voyage pour la cité azuréenne s’annonce incertain pour huit joueurs : deux de l’Union de Douala, deux de l’Unisport du Haut-Nkam, deux de Njalla Quan sport académie de Limbé, un de Yong sport de Bamenda et un des Astres de Douala. Ces joueurs qui figurent dans la liste des 20 joueurs retenus pour l’expédition dans l’hexagone, se sont vus refuser la délivrance des visas à l’ambassade de France à Yaoundé. Ils ont été surpris d’apprendre qu’ils devraient aller chercher à obtenir le précieux sésame au consulat de France à Douala. Toute une gymnastique rocambolesque qui soulève plusieurs interrogations. Au sein de l’opinion, elle ramène en surface le problème de l’organisation administrative au sein des sélections nationales.

« Le problème ne se pose pas au niveau de l’organisation administrative de la sélection. Il me semble que les dispositions au niveau de la délivrance des visas deviennent de plus en plus compliquées. Vous imaginez que la sélection nationale est regroupée à Yaoundé. Et lorsqu’on vous dit que les joueurs qui produisent les certificats de travail sous la forme de la photocopie de licence doivent plutôt introduire leur demande de visas à Douala, alors que la sélection est à Yaoundé, c’est incompréhensible. Vous imaginez l’équipe de France regroupée à Clairefontaine, et qu’on demande aux joueurs de l’Olympique de Marseille d’aller - See more at: http://www.sport365.fr/francophonie-8-camerounais-sans-visa-1053205.shtml#sthash.WmAEbMWq.dpuf
L’équipe nationale junior camerounais s’envole en principe dimanche prochain pour la France où elle entame le 6 septembre à Nice, le tournoi de football des Jeux de la Francophonie. Le voyage pour la cité azuréenne s’annonce incertain pour huit joueurs : deux de l’Union de Douala, deux de l’Unisport du Haut-Nkam, deux de Njalla Quan sport académie de Limbé, un de Yong sport de Bamenda et un des Astres de Douala. Ces joueurs qui figurent dans la liste des 20 joueurs retenus pour l’expédition dans l’hexagone, se sont vus refuser la délivrance des visas à l’ambassade de France à Yaoundé. Ils ont été surpris d’apprendre qu’ils devraient aller chercher à obtenir le précieux sésame au consulat de France à Douala. Toute une gymnastique rocambolesque qui soulève plusieurs interrogations. Au sein de l’opinion, elle ramène en surface le problème de l’organisation administrative au sein des sélections nationales.

« Le problème ne se pose pas au niveau de l’organisation administrative de la sélection. Il me semble que les dispositions au niveau de la délivrance des visas deviennent de plus en plus compliquées. Vous imaginez que la sélection nationale est regroupée à Yaoundé. Et lorsqu’on vous dit que les joueurs qui produisent les certificats de travail sous la forme de la photocopie de licence doivent plutôt introduire leur demande de visas à Douala, alors que la sélection est à Yaoundé, c’est incompréhensible. Vous imaginez l’équipe de France regroupée à Clairefontaine, et qu’on demande aux joueurs de l’Olympique de Marseille d’aller - See more at: http://www.sport365.fr/francophonie-8-camerounais-sans-visa-1053205.shtml#sthash.WmAEbMWq.dpuf
L’équipe nationale junior camerounais s’envole en principe dimanche prochain pour la France où elle entame le 6 septembre à Nice, le tournoi de football des Jeux de la Francophonie. Le voyage pour la cité azuréenne s’annonce incertain pour huit joueurs : deux de l’Union de Douala, deux de l’Unisport du Haut-Nkam, deux de Njalla Quan sport académie de Limbé, un de Yong sport de Bamenda et un des Astres de Douala. Ces joueurs qui figurent dans la liste des 20 joueurs retenus pour l’expédition dans l’hexagone, se sont vus refuser la délivrance des visas à l’ambassade de France à Yaoundé. Ils ont été surpris d’apprendre qu’ils devraient aller chercher à obtenir le précieux sésame au consulat de France à Douala. Toute une gymnastique rocambolesque qui soulève plusieurs interrogations. Au sein de l’opinion, elle ramène en surface le problème de l’organisation administrative au sein des sélections nationales.

« Le problème ne se pose pas au niveau de l’organisation administrative de la sélection. Il me semble que les dispositions au niveau de la délivrance des visas deviennent de plus en plus compliquées. Vous imaginez que la sélection nationale est regroupée à Yaoundé. Et lorsqu’on vous dit que les joueurs qui produisent les certificats de travail sous la forme de la photocopie de licence doivent plutôt introduire leur demande de visas à Douala, alors que la sélection est à Yaoundé, c’est incompréhensible. Vous imaginez l’équipe de France regroupée à Clairefontaine, et qu’on demande aux joueurs de l’Olympique de Marseille d’aller - See more at: http://www.sport365.fr/francophonie-8-camerounais-sans-visa-1053205.shtml#sthash.WmAEbMWq.dpuf

L’équipe nationale junior camerounais s’envole en principe dimanche prochain pour la France où elle entame le 6 septembre à Nice, le tournoi de football des Jeux de la Francophonie. Le voyage pour la cité azuréenne s’annonce incertain pour huit joueurs : deux de l’Union de Douala, deux de l’Unisport du Haut-Nkam, deux de Njalla Quan sport académie de Limbé, un de Yong sport de Bamenda et un des Astres de Douala. Ces joueurs qui figurent dans la liste des 20 joueurs retenus pour l’expédition dans l’hexagone, se sont vus refuser la délivrance des visas à l’ambassade de France à Yaoundé. Ils ont été surpris d’apprendre qu’ils devraient aller chercher à obtenir le précieux sésame au consulat de France à Douala. Toute une gymnastique rocambolesque qui soulève plusieurs interrogations. Au sein de l’opinion, elle ramène en surface le problème de l’organisation administrative au sein des sélections nationales.

« Le problème ne se pose pas au niveau de l’organisation administrative de la sélection. Il me semble que les dispositions au niveau de la délivrance des visas deviennent de plus en plus compliquées. Vous imaginez que la sélection nationale est regroupée à Yaoundé. Et lorsqu’on vous dit que les joueurs qui produisent les certificats de travail sous la forme de la photocopie de licence doivent plutôt introduire leur demande de visas à Douala, alors que la sélection est à Yaoundé, c’est incompréhensible. Vous imaginez l’équipe de France regroupée à Clairefontaine, et qu’on demande aux joueurs de l’Olympique de Marseille d’aller - See more at: http://www.sport365.fr/francophonie-8-camerounais-sans-visa-1053205.shtml#sthash.WmAEbMWq.dpuf
L’équipe nationale junior camerounais s’envole en principe dimanche prochain pour la France où elle entame le 6 septembre à Nice, le tournoi de football des Jeux de la Francophonie. Le voyage pour la cité azuréenne s’annonce incertain pour huit joueurs : deux de l’Union de Douala, deux de l’Unisport du Haut-Nkam, deux de Njalla Quan sport académie de Limbé, un de Yong sport de Bamenda et un des Astres de Douala. Ces joueurs qui figurent dans la liste des 20 joueurs retenus pour l’expédition dans l’hexagone, se sont vus refuser la délivrance des visas à l’ambassade de France à Yaoundé. Ils ont été surpris d’apprendre qu’ils devraient aller chercher à obtenir le précieux sésame au consulat de France à Douala. Toute une gymnastique rocambolesque qui soulève plusieurs interrogations. Au sein de l’opinion, elle ramène en surface le problème de l’organisation administrative au sein des sélections nationales.

« Le problème ne se pose pas au niveau de l’organisation administrative de la sélection. Il me semble que les dispositions au niveau de la délivrance des visas deviennent de plus en plus compliquées. Vous imaginez que la sélection nationale est regroupée à Yaoundé. Et lorsqu’on vous dit que les joueurs qui produisent les certificats de travail sous la forme de la photocopie de licence doivent plutôt introduire leur demande de visas à Douala, alors que la sélection est à Yaoundé, c’est incompréhensible. Vous imaginez l’équipe de France regroupée à Clairefontaine, et qu’on demande aux joueurs de l’Olympique de Marseille d’aller...
la suite dans le lien ci-dessous:

http://www.sport365.fr/francophonie-8-camerounais-sans-visa-1053205.shtml

Nana Paul Sabin
Journaliste de sport

19:19 Écrit par Bambino dans SOCIETE, Sport | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

vendredi, 16 août 2013

Une plate forme pour les artisans du Mfoundi

Elle est enfin là la plate forme des artisans du Mfoundi

BIG TABLEAU.JPGLongtemps annoncée, la mise sur pied d’une plate forme de concertation des acteurs du secteur informel de l’Art camerounais est enfin sortie des fronts baptismaux. C’est la grande information à retenir de la réunion qui a eu lieu le mercredi 7 aout dernier dans la salle de la maison du parti des flammes du quartier Nkoldongo à Yaoundé.
Adeline M.JPGIls sont venus, les uns doutant, les autres sereins, d’autres encore partagés entre les deux sentiments. Finalement, tous ont été rassurés à la fin du discours de bienvenue de la promotrice, la bien connue Adeline MOFOGNE, présidente de l’association des femmes handicapée actives du Cameroun. Pendant plus de trois heures, les quatre dizaines d’artistes présents et les représentants de l’administration locale ont échangé , discuté et revu tous les contours de cette nouvelle initiative qui s’annonce très prometteuse pour les artistes et les artisans, pour vu que les uns et les autres le veuillent et y mettent leur volonté et leur sérieux. Entre la présentation du projet, du rapport de l’enquête menée auprès des propriétaires des galeries de Yaoundé, les réflexions sur la forme et le mode de fonctionnement, ainsi que la dénomination, il ya eu un défoulement de la part des quelques sceptiques qui croyaient encore à un regroupement de plus.
Pour l’artiste Frank Bell que nous avons eu le plaisir de rencontrer, « c’est une initiative louable. Nous devons tous œuvrer pour sa réussite car il est enfin temps que l’artiste camerounais sorte de sa clochardisation ».
Théophile Kemmogne, « il nous faut servir saisir cette opportunité pour pouvoir sortir l’artiste camerounais de l’amateurisme. Nous devons travailler en synergie, échanger nos expériences et mobiliser de manière concertés toutes les ressources humaines et matérielles. Evoluer en rangs dispersés ne profitera à personne. Nous demeurerons toujours faibles et fragiles »
Pour Adeline Mofogne la maitresse d’œuvre, « c’est un jour nouveau qui se lève pour l’art contemporain camerounais. »
Afhac.jpgEn attendant la suite du processus, souhaitons que les artisans du Mfoundi particulièrement sortent nombreux de leurs ateliers pour se muer en un regroupement fort, qu’ils produisent enfin des œuvres durables et de qualité.
Le projet est financé par l'UNESCO.
Nous reviendrons sur la suite du processus.
Didier ONANA©mboloC@meroon 94788688

16:09 Écrit par Bambino dans Business / Promotion, Culture, HANDICAP-CAMEROON, SOCIETE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Bakassi la souveraine

Bakassi : Enfin la souveraineté !
Issa Tiroma.jpgLe 14 aout restera gravé dans l’histoire de notre pays .cen effet, c’est ce jour-là que la péninsule de Bakassi est arrivée à la souveraineté, suite aux accords de Green-treesignés le 12 juin 2006. C’est la substance de la sortie médiatique de monsieur Issa TCHIROMA, le Ministre de la Communication et porte du Gouvernement mercredi dernier dans la salle des conférences de son département ministériel pleine à craquer.
Dans son traditionnel style, sa traditionnelle tenue, son traditionnel sourire, Issa Tchiroma n’a pas failli à sa tradition qui consiste à faire passer le message en anglais d’abord, en français ensuite. L’orateur a fait la genèse du conflit, parlé de sa gestion par les autorités Onusiennes, celles des deux pays qu’il a nommément citées, puis a conclu par la présentation géographique de la localité.
Parlant de la gestion du conflit, le porte-parole du gouvernement a dit aux hommes et femmes des médias, que les engagements pris par un groupe tripartite d’observation composée du Cameroun, du Nigéria et des Nations Unies ont été respectés. A la suite de dix-neuf descentes de la commissiondans la zone, La commission a tenu vingt-deux réunions aux cours desquelles elle a examiné les différents rapports. Ce 14 aout marque la fin des engagements pris par le Cameroun au titre des Accords de Green-tree , marquant la fin du régime spécial transitoire. Le différend entre le Cameroun et le Nigéria est définitivement clos.
La presqu’ile de Bakassi est située dans la région du sud-ouest, département du Ndian dont le chef-lieu est Mundemba. De forme trapézoïdale, elle mesure 12000 kilomètres de petite base, 25 km de hauteur. Elle couvre une superficie de 665 km2 et s’étend sur trois des sept arrondissements du département du Ndian à savoir Isangélé, KomboAbedimo et Idabato. La population de la presqu’ile de Bakassi s’étend sur une trentaine de villages disséminée sur les principaux cours d’eau que sont Rio del Rey, Lagba et Bakassi-stream. Les accords sur le tracé de la frontière commune ont été faits par les autorités des deux pays et s’étend sur environ 1613 km sur les 2 que compoter la frontière entre le Cameroun et le Nigéria, soit un taux d’exécution de 95% des travaux à exécuter. Dans le même temps, 400 bornes ont été construites et posées.la frontière maritime a été finalisée en 2007.
Notons pour terminer que les grands acteurs de ce processus cités par le ministre TCHIRMA sont les président Paul BIYA du Cameroun, Oumarou Yar Adua de regrettée mémoire, Olésegun Obasanjo et Goodluck Johnathan pour le Nigéria, Koffi ATTA ANAN et BANK I Moon les Secrétaires généraux de l’Organisation des Nations Unies.
Quelques camerounais que nous avons rencontrés ont exprimé pour leur majorité, leur joie et leur satisfaction. Nous y reviendrons .

Didier ONANA©mbolo C@meroon 94788688

15:39 Écrit par Bambino dans Droit & Liberté, SOCIETE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

mercredi, 20 juin 2012

Une Association dynamique en quête de soutien pour .....s'épanouir


Depuis sa création en 2008, sous son ancien appellation d’Association Handisport Dream, c’est à la suite de notre demande faite à Monsieur David SMETANINE (médaillé d’or des jeux paralympique de pékin 2008 pour la France, membre de la commission des athlètes du Comité International 384052_1747880593277_860582486_n.jpgParalympique, membre de la des athlètes de haut niveau du Comité National Olympique Français , Conseiller Régional Rhône-Alpes ) de parrainer notre structure et qu’il a favorablement répondu , que l’association changea de nom pour devenir Fondation Handisport David SMETANINE .
399932_1927829331883_1794306446_n.jpg
Son siège est fixé à Nkongsamba au quartier 4 Ekangté-Mbeng derrière la SAR/SM, Région Administrative du Littoral, Département du Moungo, Arrondissement de Nkongsamba IIème.
La Fondation compte à ce jour 56 membres, repartis ainsi qui suit (32) trente deux femmes et (24) vingt quatre garçons, (22) vingt deux sportifs, et (6) artisans.
Elle est constituée de 2 organes qui sont :
- Le bureau Exécutif qui a pour Président Monsieur OSSOMBA Yves Marcelin
- Et un Conseil d’Administration présidé par Madame ABO Elaine.
Association laïque et apolitique à caractère humanitaire et sportif pour personnes handicapées, elle a pour objet :
- L’aide solidaire à toutes les personnes en situation de handicap
- La promotion de la dignité, des droits des personnes à mobilité réduite, ainsi que la promotion de la notion de citoyenneté e leur sein.
- La promotion du sport et des activités socioculturelles pour personnes handicapées.
ZONE D’INTERVENTION
399932_1927829331883_1794306446_n(1).jpg
La Fondation David SMETANINE mène ses activités sur toute l’étendue du Département du Moungo.
DOMAINE D’INTERVENTION
a) plan sportif
Le sport est une source de bien être, un moyen d’intégration, de communication, de regroupement, et de dépassement de personnes handicapées.
Notre association offre une formation et un encadrement aux personnes handicapées désireuses de pratiquer le sport, comme moyen de remise en forme, de loisir ou de compétition, dans les domaines suivants : natation, tennis de table, sitting-volley et haltérophilie. La natation est régulièrement pratiquée à la villa kleber de Melong, tous les dimanches de 10h à 12 h, sous la conduite de Monsieur Roger TONFACK. Le Tennis de table et le sitting-volley quant eux se pratiquent au gymnase du lycée de Manengouba sous l’encadrement respectif de Monsieur SONEY Séverin et Monsieur MBEMEM Eric.

b) Promotion de la dignité des droits et de la citoyenneté des personnes handicapées
Du fait d’une enquête menée sur tout l’étendu du territoire 2010, dans le cadre du projet « Handicap et devoirs civique » porté par l’Association ANAJHECAM et soutenu par le PASOC. Nous avons eu l’honneur de contribuer à ce travail dont les résultats révèlent que dans notre Département, plus de 75% de personnes handicapées atteignent au trop le CM2, 72% ne possèdent pas de Carte d’Identité ni de carte d’invalidité, et plus de 64,8% vivent au dépend d’une tierce personne (mendicité). Nous avons découvert à cette occasion que plusieurs personnes handicapées n’ont même pas d’Acte de naissance, du fait de la négligence des parents qui ne trouvent aucun intérêt à s’occuper d’elles.
Il nous a été donné de constater la négligence de certaines personnes handicapées par leur famille au point de ne pas leur octroyer les soins de première nécessité, l’éducation et il y a un besoin réel de matériel de motricité.
532844_2175647807190_1059646821_n.jpg
Un autre fait important c’est celui du non accomplissement de leur devoir civique qui est fondamental en ceci qu’il contribue au choix des décideurs de la cité, ce qui entraîne la non considération des droits des personnes handicapées par les élus locaux car, les personnes handicapées qui représente 15% de la population, restent marginalisées.

11:38 Écrit par Bambino dans Droit & Liberté, HANDICAP-CAMEROON, SOCIETE, Sport | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook