Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

haltérophilie

  • Haltérophilie : Adieu FOKOU Patricia

    Patrica FOKOU n’est plus !

    Fokou Patricia.JPGLa famille de l’haltérophilie est encore en deuil. En effet, l’une des plus calmes pratiquantes de la « discipline du fer » est décédée le vendredi 19 juillet dernier à Yaoundé, des suites d’une longue maladie. Fokou Patricia que nous avons personnellement connu a quitté ce monde après avoir lutté contre le cancer qui la rongeait depuis des années, et sans avoir reçu de cette dernière, ce qu’elle lui avait donné. Athlète internationale, elle se plaisait malgré son jeune âge dans l’accueil et l’encadrement de nouveaux pratiquants.
    Pour Petit David MINKOUMBA, « ce n’est pas quand quelqu’un décède qu’on va lui faire des éloges, mais tout le monde sait que quand je suis arrivé en 2007/2008 à l’équipe nationale, je faisais partie de son écurie.C’est grâce à elle que j’ai fait mes premières grandes performances. Je suis vraiment atterré. Je pleure son départ précoce car elle avait encore beaucoup à nous apporter. Que son âme repose en paix ».
    Fokou Patricia faisait aussi dans l’encadrement du power lifting. Elle est née le 17 mai 1987 à Mbankomo, fille de FokouChristophe et de Magane Élisabeth. Elle a obtenu le baccalauréat au lycée de Nkol-éton Yaoundé. Sociétaire de Golden Haltère son club. En 2007, elle a pris part aux jeux africains d’Alger où elle s’est classée 9è dans sa catégorie, en 2008, 5è au championnat d‘Afrique sélectif pour les jeux olympiques en Afrique du Sud, elle a participé à sa dernière compétition internationale à Yaoundé en 2010, lorsque notre pays a abrité le championnat d’Afrique senior dames et messieurs.Catholique engagée, membre de plusieurs associations, Fokou Patricia, originaire des hauts-plateaux de l’Ouest Cameroun, laisse un enfant en bas âge….
    Le programme prévoit le vendredi 2 aout 2013 à 10h, la levée du corps à la morgue de l’hôpital militaire de Yaoundé suivie d’une messe à Ekounou. En soirée au domicile de ses parents, une grande veillée avec messe et un spectacle d’haltérophilie. À 00h, départ pour le village où a suivi l’enterrement.
    Patricia, Que la terre e nos aïeux te soit légère.
    Didier ONANA©Mbolo C@meroon

  • Les brèves du weekend

    LES BREVES DU WEEK-END

    Politique :

    Le projet « Accessible Election for People with Disabilities » a fait son bilan vendredi dernier au centre de Réhabilitation des Personnes Handicapées Cardinal Paul Emile Léger d’ Etoug-Ebé. Près d’une cinquantaine de personnes y ont pris part. L’analyse situationnelle des activités antérieures a été faite, l’adoption des documents de la plateforme comprenant la charte d’intégration sociale des personnes handicapées,le plan média,la mise en œuvre du projet pilote dans les 15 bureaux de vote,le statut de la plate forme,l’identification des actions communes à la plateforme pour les trois prochains mois…. Voilà la substance des travaux de cette journée marathon qui vu la participation active du directeur des Programmes de Sight Savers. Rendez-vous a été pris pour le mois juillet avec comme maître d’accueil : L’ UNAPHAC qui remplace ainsi Goodwill à la satisfaction générale des participants. Nous y reviendrons

    Sport :

    Haltérophilie :

    Les obsèques de Me WANDJI ; l’un des pionniers de l’haltérophilie au Cameroun se préparent activement. Sous la coordination de David MINKOUMBA, un international. Les réunions se tiennent au siège de la WOCA, le siège du club du défunt et site d’entraînement des équipes nationales d’haltérophilie du Cameroun. Les obsèques auront lieu les 23 et 24 juin.

    Conseil d’administration de la fédération samedi 24 juin dans la salle des conférences du ministère des sports. Dix points seront à l’ordre du jour. Espérons qu’à l’issue, le problème de siège.

    Volley-ball celui du manque de compétitions et bien d’autres trouveront solution.

    : Fin de saison hier dimanche au palais polyvalent des sports de Yaoundé présidée par l’infatigable Michel ZOAH, le ministres des sports. Résultats des finales de la coupe :

    Vétérans : Bassa vb de Douala bat VVA de Yaoundé 3sets à 0.

    Juniors : Port de Douala perd face à THM (transport Hélou Michel) de Ngaoundéré 2-3 sets (25-21),(23-25)(22-25)(25-22) et 9-15 au tie break.

    Dames : Grosse correction et revanche de INJS de Yaoundé qui s’est défoulé sur Efoulan vb par 3 sets à 0. (25-18-)(25-16)(25-19).

    Messieurs :FAP bat INJS par 3 sets à 1. (25-18)(31-33)(25-21)et 25-19). Beaucoup de récompenses et de titres ont été remis aux méritants. Coup de chapeau à cette fédération qui se porte bien et respecte son chronogramme d’activités.

    Déficients Visuels : Fin du championnat dans la ligue régionale de Gol bol du Centre. Promhandicam de Mimboman s’adjuge le titre de champion devant CJARC et De Rouffignac. Huit équipes ont pris part à ce championnat très serré.

    Football :

    Coton sport de Garoua creuse l’écart et file droit vers un nouveau sacre. Le club du nord a tabassé le Canon de Bombock Célestin par 3buts à 2. Union de Douala faits des grandes enjambées pour détrôner son voisin Astres de Douala de la seconde place. Le club du président Faustin Domkeu aligne ainsi sa troisième victoire d’affilée suite à sa victoire à Ngaoundéré devant l’équipe locale (1-0). Il reste à la nouvelle recrue de l’encadrement technique jules NYONGA, cinq victoires pour remplir son contrat. Pour le reste, Yong sport, piétine et Unisport se réveille.

    DII nationale : Apejes de Mfou réussit une échappée avec deux points d’avance sur ses quatre autres poursuivants tandis que le Tonnerre Kalara perd des pages.

    ©Mbolo C@meroon 9478 86 88/ 70 31 11 28

  • Faits divers, pétanque,haltérophilie

    La grande famille de l'haltérophilie est en deuil: Père WANDJI, l'un des précursseurs de cette discipline sportive au Cameroun est décédé en fin de semaine dernière à l'hopital central de Yaoundé. Les haltérophiles camerounais s'apprêtent à lui rendre un hommage digne de ce qu'il a abattu comme travail .


    Le championnat et la coupe d' Afrique de pétanque ont pris fin hier dimanche à Yaoundé avec le sacre de Madagascar et la victoire du bouliste marocain au tir de précision. les malgaches sont mécontents du fait qu'il n ' y ait pas eu distribution de médailles.

    Une fillette de treize ans engrossée par son camarade de classe du coté Nkoabang.

    Le 17è championnat d'Afrique de boxe bat  son plein à Yaoundé malgré la faible affluence.

    Nous reviendrons sur toutes ces informations plus tard.

  • Lutte contre le dopage en sport

     

    Des sportifs camerounais luttent contre le dopage

    Il y a quelques semaines que s’est tenu à Yaoundé, un séminaire sur le dopage en sport. C’était à l’initiative de la fédération camerounaise d’haltérophilie avec le concours de la fédération internationale d’haltérophilie (IWF). Près d’une cinquantaine de personnes y ont pris part à la grande satisfaction des Dr Monika UNGAR, Conseiller juridique à l’ IWF et Béla TAMASI, assesseur médecin de la même organisation les deux experts hongrois dépêchés pour la cause.

    IMG_0013.jpg

    La salle des fêtes « les kyriakettes » du parc Kyriakidès à Elig-Essono par Yaoundé aura servi de cadre pour le séminaire susmentionné. Il portait sur les moyens de lutte contre le dopage en sport. Outre le staff dirigeant de la fédération camerounaise d’haltérophilie emmené par son président Sa Majesté BOUKAR TIKIRE, sa vice présidente Madame MOUNCHIKPOU MANDOU Margueritte et Yves Vincent MPENEKOUL. Y prenaient part également, des athlètes, des journalistes, des entraîneurs, des médecins, des amateurs et des curieux. Les échanges auront porté tour à tour sur les mobiles de l’organisation dudit séminaire, la genèse de l’Agence mondiale antidopage (AMA), la définition du dopage et les actes constituants des violations des règles antidopage ainsi que la localisation de l’athlète et partant sur le système de gestion des informations sur l’athlète dénommé ADAMS « Anti-doping Administration System ». C’est ainsi que l’on a pu retenir entre autre que le dopage ne se réduit pas exclusivement à l’usage des substances prohibées, mais s’étend à l’enfreinte des différentes règles antidopage recensées. Il en existe huit dont la possession des substances interdites, l’incitation ou l’assistance au dopage, le manquement à l’obligation de transmission d’informations sur la localisation de l’athlète, le refus de se soumettre à un prélèvement d’échantillon, celui-ci pouvant être urinaire ou sanguin selon le besoin, ainsi que la présence d’un d’une substance interdite dans un échantillon prélevé d’un athlète. Cela sous-entend que, pour le sportif, ne pas consommer de dopant ne met tout autant pas à l’abri d’un résultat positif lors d’un test. Etant donné que certains aliments peuvent renfermer des substances interdites. C’est pour ça que l’athlète étant seul responsable de ce qu’il ingère, doit toujours déclarer tous les produits consommés lors d’un test. S’agissant des substances interdites ou produits dopants, ils sont de plusieurs ordres : les anabolisants qui ont des effets nocifs sur le système sexuel,musculaire et cardio-vasculaire , les hormones telles que la testostérone qui affectent aussi le système sexuel ,les diurétiques ou substances masquantes qui altèrent le système cardio-vasculaire …

    Par ailleurs, les substances interdites sont mises en évidence à travers un test anti- dopant dont le processus est généralement le suivant : sélection de l’athlète, notification, localisation, prélèvement de l’échantillon, gestion de l’échantillon ou analyse. il est à préciser que la sélection du sportif testé peut être motivé ou arbitraire ,le test pouvant s’effectuer indépendamment du lieu où il se trouve ( lieu de travail, compétition ou domicile). De plus l’athlète a un délai d’une heure pour se rendre au poste de contrôle une fois qu’il est notifié. Il peut se faire accompagner s’il le désire ou même solliciter l’aide d’un interprète s’il n’est pas de même culture linguistique que l’agent chargé d’administrer le test.

    En cas de test positif à l’issue du contrôle, l’athlète est frappé d’une sanction dont la durée varie en fonction de la nature de la substance identifiée. Ainsi, la sanction va d’une suspension de six mois à deux ans pour toutes autres substances interdites que les anabolisants, d’une suspension de quatre ans pour l’usage des anabolisants à une suspension définitive en cas de récidive.

    Toute fois, l’on ne peut s’empêcher d’observer qu’en dépit de la démultiplication des méthodes antidopage dissuasives, on assiste à la prolifération de violation des règles en la matière. De l’avis de madame Monika UNGAR, ce paradoxe s’explique par le désir de plus en plus fort pour les athlètes de dépasser les limites physiques afin de battre les records ou pour améliorer leurs performances tels qu’ils le justifient souvent.

    Rappelons que tout au long de ce séminaire, un quiz gagnant aura permis d’évaluer les connaissances acquises par les participants. Un document comportant la liste des produits interdits en 2011 par le code mondial antidopage a été distribué aux participants afin que nul n’en ignore.

    Dominique SOH & Didier ONANA

    A la fin du séminaire nous avons recueilli les impressions de quelques participants :

    Dr BELA TAMASI (Employé de l’Agence anti- dopage de Hongrie)

    « Ca été un plaisir pour nous de donner aux sportifs camerounais, des informations sur le dopage. J’ai le sentiment que ce séminaire de deux jours a été enrichissant et s’est passé dans de bonnes conditions.Ca été un succès par ce qu’il y avait beaucoup de questions de la part des participants. Je crois que nous avons donné des réponses à ces questions. En résumé, je pense qu’il est important d’éduquer les gens contre les pratiques du dopage.

    C’est pour la première fois que je viens au Cameroun. Je n’avais pas d’appréhension. Je suis habitué à ce genre d’exercice. Notre séjour a été agréable. J’ai été marqué par la qualité du service à l’hôtel, par la gentillesse des gens. Aucun souci au niveau du climat qui était bon. Vous savez qu’en Europe, il fait très froid maintenant. Je suis heureux de ce séjour et je n’hésiterai pas à revenir si l’occasion m’est donnée à nouveau. »

    Dr Monika UNGAR (Conseiller juridique de l’International weightlifting Federation- IWF) :

    « Je voudrais avant toute chose transmettre les salutations du Président de l’IWF, le Dr TAMAS AJAN. Je suis heureuse d’être venue au Cameroun donner des conseils et des informations sur le dopage. Le programme antidopage au sein de l’ IWF est très grand et concerne tous les pays membres. J’ai été contente d’avoir plus d’une cinquantaine de participants parmi lesquels, les athlètes, les entraîneurs les officiels les personnels administratifs et même les journalistes. J’espère que nous allons poursuivre ce programme de collaboration avec la fédération camerounaise d’haltérophilie. Mon collègue et moi avons été très heureux le premier jour de recevoir plus d’une vingtaine de questions. Dans notre philosophie, il n’ y a pas de question stupide. Toutes les questions sont importantes. Il faut apporter des clarifications à ces sujets. A la fin du séminaire, nous avions un jeu questions- réponses aux participants. Le principe étant que si les réponses sont justes, c’est qu’ils ont compris les enseignements.

    Le dopage est mauvais d’abord pour la santé des athlètes, pour l’équipe à la quelle ils appartiennent, pour la fédération nationale et pour la fédération internationale. Enfin, la participation aux compétitions internationales est plus importante que gagner à tout prix et à tous les prix. »

    EPIE OSUNGU :(haltérophile,internationale camerounaise) « Ce que j’ai retenu ,c’est que nous les athlètes ne devons pas consommer n’importe quoi par ce que ça peut être fatal pour nous lors d’un contrôle anti- dopage. Le séminaire était nécessaire pour nous par ce qu’il y a des trucs qu’on prenait sans savoir que c’est dangereux pour nous. Comme l’a dit le président, « nous  étions dans l’obscurité désormais une lumière est venue nous éclairer en ce qui concerne le dopage »

    ©mbolocameroon

    Etienne Didier ONANA 94788688 /70311128

  • Une fin de semaine intense ...

                                    COMMUNIQUE.

     

    La fédération camerounaise d’Haltérophilie ouvre sa saison sportive le samedi 29 janvier 2011 à 12 heures   au Collège de la Retraite.  La pesée des athlète aura lieu dans les locaux du Club Bulgares entre 10 et 11 heures.

     

     

     

    La fédération camerounaise de basket-ball ouvre cette fin de semaine, sa saison. Les rencontres se disputeront au palais polyvalent des sports de Yaoundé. Le public aura l’occasion de voir à l’œuvre l’équipe Far Compet qui a récemment fait honneur au Cameroun.

     

    La fédération camerounaise de gymnastique ouvre également sa saison ce samedi à l’Institut national de la jeunesse et des sports.

     

     

    Quatre clubs de football camerounais seront sous les feux de la rampe continentale cette fin de semaine. Il s’agit de Coton sport de Garoua, Astres de Douala, Fovu club de Baham et TIKO United.

     

    L’équipe nationale féminine de football des -23 ans se trouve au Mali où elle disputera le match retour des éliminatoires des jeux africains prévus à Maputo au Mozambique. A l’aller, les pouliches du coach ENOW NGACHU l’avaient emporté par 5 buts à 0.

     

    Achille EMANA ne  s’est  pas présenté hier devant la commission de discipline de la fédération camerounaise de football où il devait répondre des déclarations à lui attribuées par un organe de presse français dans le quel l’international aurait traité les dirigeants du football camerounais et les autorités du ministère de voleurs et de menteurs. Son Avocat, Me NOUGA et sa mère rejettent ces propos en bloc.

      Michel ZOAH le Ministre camerounais des sports reçoit dans quelques instants les vœux du personnel de son département et ceux des autres sportifs.

    La region du centre en football lance de vendredi à dimanche prochain, les éliminatoires de la coupe du Cameroun. 42 rencontres engageant 84 équipes sont programmées. Il y aura de chaudes empoignades....