Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

jeudi, 28 février 2013

GERES Formations s’ouvre au grand public

GERES Formations s’ouvre au grand public

L’esplanade du Groupe d’Études et de Recherche en Économie sociale (GERES) au quartier nkol-éton à Yaoundé s’est avérée étroite le mardi 26 février dernier. C’était à l’occasion de la cérémonie solennelle d’ouverture que ses géniteurs ont organisé. Une activité très courue qui a vu la présence des diplomates, des partenaires, des parents, des étudiants et de nombreux chercheurs d’emploi. IMG0898A.jpg
Prenant la parole malgré le retard, monsieur Kamandeu Pouandeu Michel en sa qualité de Président du Conseil d’Administration a dit sa joie d’accueillir autant de personnes pour cette toute jeune institution. Nous avons beaucoup réfléchi pour mettre sur pied cette offre de formation de qualité. Pour terminer il a souhaité que s’établisse une franche et fructueuse collaboration entre tout ce public et son institution.
La présentation de l’équipe dirigeante a été faite. Elle est constituée de :IMG0897A.jpg


PCA : Kamandeu Pouandeu Michel ,
Administrateurs délégués : Dr KOUAYEP Bertin Léopold
Dr NZOMO TCHUENTA Joseph ;
Directeur de la formation : Louis Chamabe ;
Responsable des Affaires académiques : Armand Tagouemekong
Assistante administrative et financière, secrétaire permanente: NGO YETNA MOOG Adonia ;
Le webmaster : Ngouffo Vincent.
Sécurité : YAYA Kapila Harouna
Le public a eu ensuite droit à un cours inaugural sur le thème :
« Le management aujourd’hui » ce cours était dispensé conjointement par les Dr DrKOUAYEP Léopold et Dr NZOMO


Le Groupe d’Études et de Recherche en Économie sociale (GERES) dispense des formations dans plusieurs domaines comme : le management des projets, le management associatif, l’analyse des données statistiques, la gestion des ressources humaines, la fiscalité et l’expertise financière, l’audit et le contrôle de gestion, le marketing opérationnel, la programmation, l’infographie et multimédia, le webmaster….
Les formations sont de plusieurs types : classiques, à la carte et le renforcement des capacités.
Le groupe s’appuie sur des valeurs comme le professionnalisme,l’éthique, l’engagement, l’innovation, la pertinence et l’impact. Ses cibles sont : les dirigeants d’entreprises et des associations, les salariés, les bénévoles, les demandeurs d’emploi et les retraités.


IMG0901A.jpgA la fin de cette cérémonie, le Dr NZOMO TCHUENTA Joseph a eu quelques mots pour la presse « le Géres apporte une plus-value dans la formation professionnelle au Cameroun. Cette plus-value,nous la situons au niveau des certifications que l’on dit composer dans le site du Geres, mais avec un diplôme étranger. Nous avons des partenaires étrangers notamment canadiens et français. En plus, il y a des cours de formation soit à la carte,soit en groupes,soit spécifique par rapport à quelle spécialisation ou quel perfectionnement qu’on veut avoir. Cette plus-value sera aussi axée particulièrement dans le management associatif. Le management associatif étant voudrait que touteformation se concrétise par un projet, une sorte de start-up à l’américaine ».
C’est par une visite guidée des lieux que la cérémonie a pris fin.
Didier ONANA©mboloC@meroon.cm :22114587/94788688/70311128

15:50 Écrit par Bambino dans EDUCATION / | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : promotion, éducation, publicité | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

lundi, 14 mars 2011

Assemblée générale élective

RAPPORT DU SEMINAIRE DE L’ATELIER D’IMPREGNATION ET RENFORCEMENT DES CONNAISSANCES DES JOURNALISTES SUR LES THEMATIQUES DE PROMOTION DE LA SANTE DU 04 AU 05 MARS 2011 A MBALMAYO

L’an 2011, les 04 et 05 du mois de mars, s’est tenu à Mbalmayo, l’atelier d’imprégnation et de renforcement des capacités des journalistes sur les thématiques de la promotion de la santé. Sous le patronage du ministère de la santé publique, en partenariat avec l’organisation mondiale de la santé (Oms). Et c’est le centre d’accueil saint cœur de Mbalmayo qui a servi de cadre pour ces travaux. Dans la salle réservée pour la circonstance, sur le panel principal, le Docteur Sa’a, directeur de la direction de la promotion de la santé (Dps), à sa gauche Mme Barbara Etoa, représentant l’organisation mondiale de la santé (Oms), à gauche, M. Mamou de la cellule de communication du ministère de la santé publique. Et tout autour les journalistes représentants de différents organes de presse, audiovisuelle et presse écrite. Docteur Sa’a, modérateur dudit atelier, prenant la parole en début de matinée, a salué la présence massive des participants, en leur dévoilant le programme d’activités. Des préliminaires qui font suite à la cérémonie d’ouverture symbolique, présidée à la veille, par le ministre de la santé publique André Mama Fouda, dans la salle de conférence de son département ministériel. L’on est alors passé sans plus attendre à la série d’exposés devant agrémenter cette première journée du séminaire. Après avoir clairement présenté l’objectif de cet atelier, à savoir

- contribuer à l’atteinte des objectifs du millénaire pour le développement, en édifiant les actions à mener en matière de promotion de santé ;

- imprégner et renforcer les connaissances des journalistes ;

- finaliser le cadre institutionnel et organique de l’association des médias pour la promotion de la santé et d’arrêter un plan d’action annuel d’activités ;

Des rapporteurs pour cette journée  ont été désignés:

- Thierry Eba, du journal L’Humanitaire ;

- Jeanne Abanda de Samba Tv ;

- Véronique Désiré Ewolo de radio Campus

Puis les exposés ont démarré, avec Docteur Sa’a, directeur de la promotion de la santé, sur « les déterminants sociaux de la santé ». Il a insisté sur ces éléments, appelés déterminants, qui conditionnent le statut d’un individu ou d’une communauté. C’est des éléments importants, que doivent prendre en considération les journalistes dans leurs enquêtes et quête d’informations, qui une fois répertoriés et activés, seraient capable de susciter un esprit d’analyse, visant à aider la communauté à solutionner ses problèmes.

Ensuite, place a été donnée à M. Ngankak Kisito, représentant du projet conjoint Mincom-Unicef, qui a exposé sur la « communication pour le développement ». Invitant les journalistes a ne plus dire des choses pour dire, mais de les dire d’une manière méthodique, en usant des processus stratégiques, systématiques, planifiés, et basés sur des évidences, pour promouvoir des comportements positifs, mesurables et un changement social.

La série s’est poursuivie avec Mme Barbara Etoa de l’Oms, qui s’est appesantie sur la thématique de « la promotion de la santé », thème général du séminaire atelier. Un exposé riche en enseignements, sur l’histoire de la promotion de la santé, un concept historique, à l’Oms.

M. Manga Blaise s’est chargé d’exposer sur « l’hygiène et assainissement », qui est un problème culturel, qu’on peut éradiquer à la base. C’st dans une atmosphère très détendue et un air ludique que les participants ont pu apprendre que l’hygiène comme l’assainissement doivent être développés comme des réflexes, innés en chacun.

A la suite de M. Manga Blaise, M. Okala Georges s’est entretenu sur « l’alimentation et la nutrition ». Ce dernier a présenté les différentes maladies de carence, de déficit nutritionnel, et de salubrité des aliments. Exposé riche en échanges, a permis à l’occasion d’apprendre que l’huile de palme n’est pas riche en cholestérol, mais protège la peau et l’organisme, grâce à sa forte présente en vitamine A. sur la question d’un participant de savoir quelle différence y a-t-il entre la nutrition et l’alimentation ? Les experts expliquent que l’alimentation c’est ce que nous mangeons, alors que la nutrition, est ce que nous devons manger, ce dont notre corps à besoin, pour se maintenir en parfaite santé. On a par la même occasion appris que la carence en iode est susceptible d’entraîner un retard mental sévère. Docteur Ntone a par la suite enchaîné sur le thème « prévention et action communautaire, communication à base communautaire, mobilisation sociale ». il a entrée de jeu défini le concept de santé, comme étant un état de bien être physique, mental et social, sans être forcément une absence de maladie. Et a par ailleurs invité les communicateurs, à s’approprier désormais une approche participative dans l’exercice de leur mission, qui selon lui, est le gage de l’adhésion de la communauté, qui dès lors se sentira impliquée. Et a travers la question de la démarche à suivre pour atteindre la cible d’un journaliste, le psychologue a proposé une démarche sociologique, partant de l’observation à l’analyse des faits via la conclusion à l’évolution. Pour mesurer l’impact du travail effectué. A la fin de son exposé, une pause déjeunée a été marquée.

De retour, la derrière série d’exposés de la journée a repris par.

Le Docteur Owono a enchaîné sur « la prévention contre le tabagisme et l’alcoolisme ». Puis monsieur Magloire Awono s’est chargé de s’apprésentir sur « la lutte contre la drogue et la toxicomanie ». Et comme ses prédécesseurs, le dernier exposant a présenté le tableau sombre des produits dopant, et proposer des outils de communication appropriés dans la sensibilisation. La dernière série des questions a été enregistrée, comme cela se faisait, à la suite de chaque exposé. Et parmi elles, une journaliste a posé la question de savoir ce que le public peut exiger des journalistes édifiés après ses exposés ? En regrettant le fait de ne pas avoir en parmi ces exposants un journaliste chevronné, capable de préciser le rôle des journaliste dans la promotion de la santé et les meilleurs techniques rédactionnelles. Reprenant la parole, le modérateur des travaux, après avoir félicité les principaux orateurs ainsi que tous les pénalistes présents, a donné lecture des différents groupes de travail, composé d’une vingtaine de personnes environ.

- Le Groupe I devait s’appesantir sur le plan d’action

- Le Groupe II projets de statuts

- Le Groupe III règlement intérieur

Des directives ont été données afin que chaque groupe désigne un président et un rapporteur. Sans plus attendre, et compte tenu du temps imparti, les groupes se sont mis au travail, jusque tard dans la nuit. Et c’est au environ de 21 heures, dans un climat de convivialité et de fraternité que les participants se sont séparés, en se donnant rendez-vous le lendemain à 8 heures et 30 minutes.

Après la clôture tardive des travaux en groupe à la vielle, c’est au environ de 9 heures du matin, avec l’atteinte du quorum en atelier, que les travaux reprennent. Interrompant les ateliers, vers 11 heures, le modérateur a demandé l’indulgence de l’assemblée, pour cette perturbation du programme officiel. Mais il s’agissait en fait de laisser place à Mme Dora Shey, journaliste chevronnée, pour répondre à la préoccupation de la veille. Dont l’exposé portait sur « l’effectivité de la communication de la santé », très apprécié des panélistes, qui n’ont pas manqué d’exprimer leur satisfaction par une salve d’applaudissements. Suivi d’une présentation du chronogramme événementielle de 2011, du ministère de la santé, faite par Docteur Sa’a. Un calendrier dont devrait tenir compte le plan d’action de l’association. Les travaux en atelier ont repris, pour être finalisés et proposés à l’assemblée. Dans un air de sérieux, d’échanges franches et de discussions constructives, les travaux ont pu être bouclés et présentés en assemblée. La présentation a été suivie d’une série d’interventions, portant pour la plupart sur, l’objectif général de l’association, la dénomination du mouvement, la composition du bureau exécutif et des cotisations. Dont quelques uns, ont d’ailleurs fait l’objet d’un vote, pour départager les différents avis. Il a par exemple été arrêté que les frais d’adhésion s’élèvent à 10 000 Fcfa, la dénomination de l’association est association des médias pour la promotion de la santé en abrégé Ampsa, les statuts et règlement intérieur seront finalisés par le bureau exécutif, dont la composition a été arrêté au terme d’une élection démocratique, de retour de la pause comme suit.

Au poste de présidente

Essama Marguerite de la Crtv-télé

Vice-présidents

N°1 Calvin Blaise Ntonga de la R.T.S

N°2 Joseph Marie Fils Ndjama

N°3 Tobie Atangana de Samba Tv

Le secrétariat comprend

Roger Mouti journal le Combattant

Adjoints

N°1 Alain Noah Awana du Messager

N°2 Fregist Bertrand Tchouta de 3w Freeland Tv.com

Trésorière Pélagie Meh de l’hebdomadaire l’Anecdote

Contrôleurs de gestion

N°1Martial Owona Vision4

N°2 Blaise Essengue la Tribune Bilingue

Chargé des projets

Dorothy Ndikoum Crtv-télé

Chargés des programmes

Serge Edzou radio Magic FM

Thierry Eba journal L’Humanitaire

Chargé des relations publiques et de la communication

Roméo Tchamaleu TBC radio

Censeurs

N°1 Thierry Feumba radio Jeunesse

N°2 Joseph Mbarga journal le Réveil Hebdo

Auquel il faudrait ajouter les chefs d’unités.

Et à l’issue de ces travaux, des recommandations ont été arrêtées

1- les statuts et règlements seront finalisés par le bureau exécutif dans de plus bref délai, qui se chargera en outre de faire déposer le dossier de l’association auprès des services compétents, pour légalisation.

2- L’objectif général de l’association est de permettre à toutes les couches sociales du Cameroun d’être en santé, à travers une communication à grande échelle.

3- Le bureau exécutif travail en franche collaboration avec les chefs d’unités qui sont en fait des organes techniques.

4- Le plan d’action sera enrichi par un groupe de travail mis sur pied à cet effet.

5- Et c’est dans un climat de convivialité et de fraternité que les journalistes se sont séparés à Mbalmayo. Alors qu’il était exactement 19 heures passées de 5 minutes. Heure à laquelle Docteur Sa’a a clôturé les travaux.

Fait à Mbalmayo le 05/03/2011

Par Thierry Eba

Rapporteur général

MBOLOCAMEROON 94 78 86 88 /70 31 11 28

13:52 Écrit par Bambino dans SANTE | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : santé, séminaire, imprégnation, journaliste, promotion, mbolocameroon | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

De nouveaux généraux au cameroun

 

DE NOUVEAUX GALONS CHEZ LES BIDASSES CAMEROUNAIS

 

Par Idriss Linge - 14/03/2011

Une dizaine de Généraux font leur entrée, quatre anciens occupent désormais des postes honorifiques

Dix officiers supérieurs promus aux rangs de généraux
Le président camerounais Paul Biya a procédé dans la nuit du vendredi 10 mars 2011 dernier, à des nomminations au sein de l’armée camerounaise. Une dizaine de colonels et de capitaines de vaisseaux, ont accédé au rang de général. Dans le même contexte, il y a eu des mouvements de postes entre généraux. Le capitaine de vaisseau Fouda devient ainsi contre-amiral. Le texte ne le demet pas de ses fonctions d’aide de camp, le président Paul Biya devrait ainsi être militairement assisté d’un officier ayant rang de général. Deux autres capitaines de vaisseaux, Mendoua Jean et Njine Djonkam Pierre, sont eux aussi, nommés au rang de contre-amiral. Enfin toujours dans la marine, le capitaine de vaisseau Nsola Jean Pierre est élevé au rang de contre-amiral, et devrait avoir en charge les opérations dans ce secteur de l’armée. Dans l’armée de l’air, c’est le Colonel MOMHA Jean-Calvin qui accède au rang de général. Trois colonels de l’armée de terre accèdent au rang de général de brigade. Il s’agit des Colonels Mahamat Ahmed, Tumenta Chomu Martin et Ebaka Hypolite. Quelques Etats-majors changent de chefs. Le général de division Baba Souley quitte les sapeurs pompiers pour l'Armée de terre; le général Jean Calvin Momha occupera les Airs, Le général Jean Mendoua nagera dans les eaux de la Marine à la place du vice Amiral Guillaume Ngouah Ngally qui devient Inspecteur général des Armées; le général de brigade Mahamat Hamed éteindra les feux chez les sapeurs pompiers, face collège de la Retraite à Yaoundé. Le président Paul Biya a également nommé un chef d'Etat major particulier. Ainsi, le colonel Emmanuel Amougou devient chef d'Etat major particulier du président de la République par intérim. Certains généraux en postes ont grandi d'un grade au moins. Yvo Desancio Yenwo (Sécurité présidentielle), Isidore Claude Obama et Simon Pierre Dagafounangsou passent Généraux de division pour la Gendarmerie, Baba Souley, Sali Mohamadou, Hector Marie Tchemo et Ngambou Isaïe pour l'armée de terre.

Quatre anciens Généraux mis hors échelle
Pour le quotidien officiel cameroon-tribune, ces mouvements s’inscrivent en droite ligne de la réforme annoncée des Armées par le président Biya. Le président Biya parlant de cette modernité des armées camerounaises lors du cinquantenaire de ce corps à Bamenda, disait qu’il « vise à moderniser et à accroître l’efficacité opérationnelle de nos forces de défense. » Selon Paul Biya, cette réforme est appelée à se poursuivre « avec comme axes majeurs le rajeunissement et la professionnalisation des effectifs, la modernisation des équipements et l’amélioration du cadre de vie des personnels militaires. » Certains média privés, Le Messager en l’occurrence, fait savoir que le président a finalement trouvé l’astuce nécessaire pour mettre à la retraite certains généraux, dont l’omniprésence aurait été source de mécontentement au sein des forces militaires. En effet, un texte du chef de l’Etat, porte sur l’admission à la deuxième section des cadres d’officiers généraux des forces de défense, du général d’armée Semengue Pierre, des généraux de corps d’armée Nganso Sunji et Oumaroudjam Yaya, ainsi que du général de division Tataw Tabe James. Ils sont tous des véritables mémoires de l’armée camerounaise. Ces derniers parmi les plus gradés et les plus anciens de l’armée camerounaise, restent à la disposition du ministère de la défense, en raison de leur longue expérience et de leur longue expertise dans le domaine. Mais le fait est que cette élévation est interprétée par certains, comme une mise au garage.

  • Deuxième Section du cadre des Officiers Généraux des Forces de Défense : GENDARMERIE NATIONALE (Général de Corps d'Armée OUMAROUDJAM YAYA), ARMEE DE TERRE (Général d'Armée SEMENGUE Pierre; Général de Corps d'Armée NGANSO SUNJI Jean; Général de Division TATAW TAPE James).
  • Elévation au rang et appellation de Général de Corps d'Armée : Général de Division MEKA René Claude.
  • Elévation au grade de Général de Division : GENDARMERIE NATIONALE (Général de Brigade IVO DESANCIO YENWO; Général de Brigade DAGAFOUNANGSOU Simon Pierre; Général de Brigade OBAMA Isidore). ARMEE DE TERRE (Général de Brigade BABA SOULEY; Général de Brigade SALY MOHAMADOU; Général de Brigade TCHEMO Hector Marie; Général de Brigade NGAMBOU Esaïe).
  • Elevé au grade de Général de Brigade: GENDARMERIE NATIONALE (Colonel MOHAMADOU HAMADIKO)
  • Elevé au grade de Contre-amiral : MARINE NATIONALE (Capitaine de Vaisseau NSOLA Jean-Pierre).
  • Nommés au grade de Général de Brigade: GENDARMERIE NATIONALE (Colonel ELOKOBI Daniel NJOCK.) ; ARMEE DE TERRE (Colonel MAHAMAT AHMED; Colonel TUMENTA CHOMU Martin; Colonel EBAKA Hyppolite.) ; ARMEE DE L'AIR (Colonel MOMHA Jean Calvin.)
  • Nommés au grade de CONTRE-AMIRAL: Capitaine de Vaisseau FOUDA Joseph; Capitaine de Vaisseau MENDOUA Jean; Capitaine de Vaisseau NJINE DJONKAM Pierre.
  • Nomination de Chefs d'Etats-majors centraux : ETAT-MAJOR DES ARMEES (Général de Corps d'Armée MEKA René Claude) ; ETAT-MAJOR DE L'ARMEE DE TERRE (Général de Division BABA SOULEY) ; ETAT-MAJOR DE L'ARMEE DE L'AIR (Général de Brigade Aérienne MOMHA Jean Calvin) ; ETAT-MAJOR DE LA MARINE (Contre-amiral MENDOUA Jean)
  • Nomination du Commandant du Corps national des sapeurs pompiers : Général de Brigade MAHAMAT AHMED, commandant du corps national des sapeurs pompiers.
  • Nomination de responsables au Ministère de la Défense. CONTROLEUR GENERAL DES ARMEES (Général de Division NKOA ATENGA Camille) ; INSPECTEUR GENERAL DES ARMEES ( Vice-amiral NGOUAH NGALLY Guillaume) ; INSPECTEUR GENERAL DE LA GENDARMERIE NATIONALE ( Général de Division MAMBOU DEFFO Roland) ; CONSEILLER LOGISTIQUE( Général de Division ASSO'O EMANE Benoît) ; CONTROLEUR DES ARMEES ( Contre-amiral NSOLA Jean-Pierre) ; INSPECTEUR DES ARMEES ( Général de Division YOUMBA Jean René) ; DIRECTEUR CENTRAL DE L'ADMINISTRATION ET DE LA LOGISTIQUE A LA GENDARMERIE NATIONALE ( Général de Division ANGOUAND Laurent Claude) ; DIRECTEUR CENTRAL DE LA COORDINATION A LA GENDARMERIE NATIONALE (Général de Brigade ELOKOBI Daniel NJOCK) ; DIRECTEUR CENTRAL DE SUIVI DE LA MAINTENANCE DES MATERIELS MAJEURS DES FORCES DE DEFENSE (Contre-amiral NJINE DJONKAM Pierre) ;MAJOR GENERAL DE L'ETAT-MAJOR DES ARMEES (Général de Division SAMOBO Pierre) ; SOUS CHEF OPERATIONS( Colonel TINAK METOK Jérôme) ; COMMANDEMENT DU COURS SUPERIEUR INTERARMEES DE DEFENSE(Général de Division NGAMBOU Esaïe.)MAJOR GENERAL DE L'ETAT-MAJOR DE L'ARMEE DE TERRE (Général de Brigade EBAKA Hyppolite) ; MAJOR GENERAL DE L'ARMEE DE L’AIR (Colonel EBA EBA Bède Benoît) ; MAJOR GENERAL DE LA MARINE NATIONALE (Capitaine de Vaisseau NFORBISSON Martin CHE) ; COMMANDANT EN SECOND DES SAPEURS POMPIERS (Colonel OWONA NLEND Théophile)
  • COMMANDANT PREMIERE REGION MILITAIRE INTERARMEES : (Général de Division TCHEMO Hector Marie) ; DEUXIEME REGION MILITAIRE INTERARMEES (Général de Division SALY MOHAMADOU) ; TROISIEME REGION MILITAIRE INTERARMEES (Général de Brigade TUMENTA CHOMU Martin) ; PREMIERE REGION DE GENDARMERIE (Général de Division DAGAFOUNANGSOU Simon Pierre) ; DEUXIEME REGION DE GENDARMERIE (Général de Division OBAMA Isidore) ; TROISIEME REGION DE GENDARMERIE (Colonel PILO Robert).
  • Chef d'Etat-major Particulier (EMP) du Président de la République : Colonel AMOUGOU Emmanuel (par intérim)
  • Commandant de l'Ecole Internationale des Forces de Sécurités (EIFORCES) : Général de Brigade MOHAMADOU HAMADIKO.

Source : Journal du Cameroun.

mbolocameroon@yahoo.fr 94788688/78868688 /22114587

13:49 Écrit par Bambino dans POLITIQUE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : promotion, généraux, armée, nomination | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

lundi, 10 mai 2010

1er mai 2010 à Yaoundé: Impressions des travailleurs...

FETE DU TRAVAIL 2010 au Cameroun

Sans titre.JPGLes impressions des participants.

NGANDI ABESSOLO (Inspecteur du Crédit national du centre : CRENAC) « Mes sentiments sont assez bons. C’était un baptême du feu pour nous et je crois que notre prestation n’a pas été médiocre vu les applaudissements de la tribune officielle. Des discours prononcés, je retiens en tant que travailleur ce qu’a dit le ministre n’est qu’une réalité profonde. C’est comme si nous lui avions fait la liste de nos doléances et que ce jour, il est venu les défendre. Je souhaite que les mesures proposées se concrétisent. Son discours appelle à beaucoup d’espoirs. »

En rappel, le crédit national du centre que vous voyez sur cette photo, est société de micro finance de 1ère catégorie, qui compte une vingtaine d’agences sur l’ensemble du territoire.

 Son siège est  à Yaoundé. Elle est dirigée par le Dr Jean-Claude SINGHE.

Ci-haut: le personnel du CRENAC démontrant sa capacité de mobilisation.

Didier ONANA (c)mbolocameroon 22 11 45 87

mbolocameroon@yahoo.fr

 

FETE DU TRAVAIL 2010 au Cameroun

Les impressions des participants.

NGANDI ABESSOLO (Inspecteur du Crédit national du centre : CRENAC) « Mes sentiments sont assez bons. C’était un baptême du feu pour nous et je crois que notre prestation n’a pas été médiocre vu les applaudissements de la tribune officielle. Des discours prononcés, je retiens en tant que travailleur ce qu’a dit le ministre n’est qu’une réalité profonde. C’est comme si nous lui avions fait la liste de nos doléances et que ce jour, il est venu les défendre. Je souhaite que les mesures proposées se concrétisent. Son discours appelle à beaucoup d’espoirs. »

En rappel, le crédit national du centre que vous voyez sur cette photo, est société de micro finance de 1ère catégorie, qui compte une vingtaine d’agence sur l’ensemble du territoire.

Son siège est  à Yaoundé. Elle est dirigée par le Dr Jean-Claude SINGHE.

Ci bas, le personnel du CRENAC démontrant sa capacité de mobilisation.

Didier ONANA (c)mbolocameroon 22 11 45 87

mbolocameroon@yahoo.fr

mupeci.JPG

 Léopold K. TCHOUPOU :(chef d’Agence MUPECI   du Centre) :  « La célébration de cette fête du travail ne s’est pas effectuée comme nous aurions voulu . S’il faut se résoudre à marcher comme on l’a fait sans s’asseoir pour voir la condition du travailleur, nous pensons qu’il y a un problème qu’il faille au préalable résoudre.

MBOLOCAMEROON : Mais vous auriez dû le faire au sein de votre entreprise…

Léopold K. TCHOUPOU : Au sein de l’entreprise c’est vrai, mais si les choses étaient organisées de sorte qu’au sommet déjà, on songe à mettre les débats comme ceux-là sur la table, ça devrait être bien. Ne pensez pas qu’au sein de l’entreprise on ne le fait pas. Ca ne peut avoir le même impact que s’il y avait la pression administrative. C’est un peu à ça que je renvoie, si non à notre niveau, les choses se sont assez bien déroulées. C’est vrai que ça ne peut pas être à 100% comme on aurait voulu. Mais comme je le dis, ce qui manque encore, c’est une véritable fête du travail. Que ce ne soit plus une fête au cours de la quelle on va s’asseoir pour partager. Il faut bien qu’on essaie      de changer pendant les fêtes comme celle –là.

 

MBOLOCAMEROON : Est-ce que la Mupeci en tire quand même quelque chose ?

Léopold K. TCHOUPOU : J’ai envie  dire oui, par ce que la Mupeci , du fait de brandir ses couleurs  s’est faite découvrir. Il ya deux ans, on ne défilait pas. On allait juste sur le lieu de la fête pour voir comment ça se passait. Il ya donc cette publicité qu’on fait. Ceux  qui ne connaissaient   la mupeci qu’en passant l’ont découverte aujourd’hui en voyant ses couleurs. Désormais ils vont se rapprocher forcément  pour voir ce qu’elle fait. C’est pour ça que je dis que Mupeci n’est pas perdant.

Pour terminer,disons que la Mutuelle pour la promotion de l'épargne  et du crédit d'investissement  est une micro finance de 1ère catégorie ayant une dizaine d'agences sur toute l'étendue du territoire camerounais. Elle a pour directeur général monsieur Thaddée FOMEKONG et pour président du Conseil d' Administration;monsieur Augustin YEMENE.

 Photo du milieu : la mupeci défilant le 1er mai.

Didier ONANA (c)mbolocameroon 22 11 45 87

mbolocameroon@yahoo.fr

 

mercredi, 14 avril 2010

Ligue régionale de football de yaoundé 6è

Ligue d’Arrondissement de football de Yaoundé VI. Les activités ont démarré.

La ligue d’arrondissement de football de Yaoundé VI, la seule en activité parmi celles que comporte le département du Mfoundi après leur création en janvier dernier par l’instance fédérale, s’est jetée à l’eau. C’était le week-end dernier au stade de l’école de Biyem-assi. L’ouverture qui s’est achevée sous une pluie battante était présidée par monsieur Akoumbel René Blaise, le secrétaire particulier du sous-préfet de l’arrondissement de Yaoundé 6è qui avait à ses cotés, plusieurs autres autorités de cette unité administrative.

La ligue que dirige Serge Auguste Divine ETOTA a pour but de détecter de nouveaux talents parmi la jeunesse et lutter contre la délinquance et l’oisiveté au sein de la jeunesse. La cérémonie d’ouverture avait pour articulations : deux rencontres entre vétérans de football de Yaoundé 6è et le match proprement dit qui opposait Essingang FC à Jeunesse sportive. Deux équipes bien motivées par l’enjeu et la forte présence des médias. Le score de parité (1-1) malgré la pluie reflète la physionomie de la rencontre.

A la fin de cette 1ère journée d’un championnat qui a pour le moment 4 clubs en règle sur 9 attendus, votre journal MBOLO CAMEROON a donné la parole à quelques personnes.

Madame SONGO Manuela Sandra L présidente de essingang fc) : Le club a été crée après que les nominations aient été faites dans les ligues d’arrondissement par le président de la fédération à travers le régional. Nous avons donc crée cette équipe pour participer à l’animation de cet arrondissement.

Le club est financé par mon fiancé dont je tais le nom. Ses multiples activités l’empêchant de promouvoir et de gérer au quotidien cette équipe, il me l’a confié afin que je sois aussi dans les affaires comme lui, et que je sois ses yeux et ses oreilles.

Nos ambitions sont nombreuses. Je souhaite que l’équipe joue bien et évolue dans la hiérarchie de notre football. Nous nous battons pour avoir des partenaires à l’étranger et sur le plan local. Nous en avons déjà, mais ils veulent que nous montions en division supérieure.

ETOTA Divine Serge Auguste (président de la ligue d’arrondissement de Yaoundé 6è) :

D’une décision signée le 22 janvier 2010 faisant de moi le président de la ligue d’ arrondissement de football de Yaoundé de 6, j’ai le droit aujourd’hui d’organiser ce championnat et mener les autres activités prévues dans notre chronogramme. Nous avons pour mission de promouvoir le football dans toutes les catégories de l’arrondissement de notre unité administrative. Nous nous sommes donnés aussi pour mission de détecter les jeunes talents, de permettre à la jeunesse de se divertir sainement en évitant les jeux dangereux et l’oisiveté. Outre le championnat qui a démarré aujourd’hui, il y a la coupe de football d’arrondissement, un championnat poussin et benjamin.

Je voudrais dire merci aux présidents des différents clubs de Yaoundé 6è qui ont tenu à participer à cette compétition marquant ainsi leur adhésion à notre programme. Les responsabilités au niveau de ligue sont partagées au niveau du fonctionnement ce sont les clubs qui constituent la fédération et qui contribuent au fonctionnement d’une structure comme la notre.

Reste aux autres ligues de suivre l’exemple impulsée par le président ETOTA Divine.

Propos recueillis par Didier ONANA ©mbolocameroon 22 11 45 87

mbolocameroon@yahoo.fr

14:08 Écrit par Bambino dans Football | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : 4è division, arrondissement, détection, promotion | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook